samedi 2 mars 2013

*Vidéo* : TAG : Un Jour


Bonjour à tous,
Je vous poste une vidéo TAG que j'ai pris plaisir à tourner ! J'espère qu'il vous plaira et que vous apprendrez un peu plus à me connaître avec l'ensemble des questions :)

TAG créé par Napolérick pour Claudia de Lecture-de-Livres...

Les questions du TAG :
1) Quel est le livre que tu aurais voulu écrire ?
2) Tu lis un livre et tu t'imagines les lieux et les personnages. Si tu le relis plusieurs années plus tard, arrives-tu à retrouver les mêmes visions ? Peux-tu même les changer si tu le souhaites ?
3) Quel est l'ouvrage que tu n'oserais pas lire ?
4) Quel est le bouquin qui t'a énervé ou irrité au point de réécrire une fin ?
5) Comment vois-tu ta chambre ou ton appartement ou ta maison dans dix ans au niveau du volume de livres ?
6) Un livre que tu aimais peut-il devenir un livre que tu n'aimeras plus si tu lis quelque chose qui te déplaît dans la biographie de celui qui l'a écrit ?
7) Est-ce que tu est agacée si on regarde ce que tu lis par dessus ton épaule dans le bus, métro etc ?
8) Quand tu accroches bien à un récit et que tu vois que l'auteur est mort avant d'écrire la suite, quelle est ta réaction?
9) Existe-t-il un bouquin que tu aimais tant il a pu être cause de discorde et même de rupture avec quelqu'un qui ne l'aimait pas et s'en moquait ?
10) Hors de tes obligations scolaires, peux-tu rester une semaine complète sans lire ?

*Vidéo* : TAG : Let's Talk About Books


Bonjour à tous,
Voilà un petit TAG bien sympathique que j'ai découvert sur la chaîne de Claudia de Lectures-de-livre ! J'espère qu'il vous plaira et que vous en apprendrez plus sur moi :)

Tag créé par BuchlingJanine et repris par Frenchorchidea en français...

Les questions du TAG :
1) Quel genre littéraire préfère-tu lire ?
2) Quel genre littéraire ne t'attire pas du tout ? 
3) Préfère-tu lire un livre avec beaucoup de pages ou un livre plus fin ?
4) Combien d'argent dépenses-tu par mois dans les livres ? 
5) Décrit nous l'endroit parfait pour lire selon toi
6) Combien de livres comptes-tu dans ta PAL ?
7) Essaye-tu de motiver les gens autour de toi à lire et comment ?
8) Tu viens de terminer un livre, est-ce que tu en commence un autre immédiatement ou tu as besoin de quelques heures, ou une journée, pour en commencer un nouveau ? 
9) Comment choisis-tu ta prochaine lecture ? 
10) De quel auteur achètes-tu les livres sans même connaître l'histoire ?
11) Quelles sont tes chaînes Youtube préférés qui parlent de livres ?
12) Quelle est ta lecture actuelle ?

vendredi 1 mars 2013

Chronique : Charley Davidson - Tome 1 : Première Tombe sur la Droite de Darynda Jones


Charley Davidson – Tome 1 : Première Tombe sur la Droite de Darynda Jones. (Genre : Bit-lit).

Editions : Milady
Prix : 8,20€
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2011
Titre version originale : Charley Davidson, Book 1 : First Grave on the Right.

   .Résumé : Mon nom c’est Charley et je suis la Faucheuse. Les morts, je connais : j’en vois depuis que je suis née. Des fois, je les aide à faire des trucs du genre laisser un mot à leurs proches ou traquer leur assassin… Ca tombe bien parce que je suis aussi détective privée ! Pratique non ? Ce qui l’est moins, c’est que les gens autour de moi ont du mal à y croire. Comme Swopes, l’agent avec qui je bosse : je voudrais qu’il me lâche un peu la grappe. Cela dit, je pourrais le gérer si je n’avais pas d’autres chats à fouetter… comme ce bel inconnu qui vient me rendre visite toutes les nuits dans des rêves torrides et dont j’aimerais bien découvrir l’identité…


  .Charley, Charley, Charley… Une couverture magnifique pour ce 1er tome. Même le design très girly, a réussi à me convaincre c’est vous dire ! Cette saga a fait tellement parlée d’elle sur la blogosphère, que je m’attendais à avoir un énorme coup de cœur pour ce 1er tome. Et bien ce n’est pas le cas, même si le début et la fin m’ont énormément plu, le milieu du roman m’a un peu ennuyé et énervé sur certains points.

.Comme je n’arrive pas à organiser mes idées correctement, on va retourner aux bon vieux « points positifs/points négatifs ».

  Les points négatifs : pour ma part j’ai trouvé le roman trop prévisible. Par deux fois, j’ai réussi à trouver l’issue de l’intrigue personnelle de Charley. L’auteure nous met des indices devant les yeux évidents, et c’est dommage. Elle aurait dû, plus nous faire galérer concernant Reyes et le Grand Méchant par exemple. Cela m’a gêné dans ma lecture. Ensuite, je me suis fait plusieurs fois la réflexion qu’il y avait trop, trop, trop de personnages et notamment secondaires. Entre les vivants et les morts j’en suis arrivé à une quinzaine de personnages. J’ai parfois été perdu dans l’afflux en me demandant qui était qui, si c’était un mort ou un vivant, un méchant ou un gentil. Et quand je suis perdu dans un roman ça m’agace au plus haut point. Certes, je me souvenais après qui était qui, mais quand il n’y a pas une fluidité dans la continuité des personnages, et quand on les voit ne serait-ce qu’une fois, je ne vois pas l’intérêt de le faire intervenir (mais ce n’est que mon avis). Puis vous savez sans doute que Charley/Charlotte est détective privée. Le début m’a énormément plu, parce que l’intrigue policière était bien menée par l’auteure, mais vers le milieu j’ai senti que l’enquête avait été mise au second plan et je ne m’attendais pas à cela. Je pensais que les avocats auraient été plus mis en avant de part l’enquête et de part leur personnalité attachante. Enfin, ce que je regrette aussi c’est que l’univers n’est pas assez exploité dans ce tome 1 ! Vous allez me dire que oui, c’est un tome 1, qu’il met en place l’intrigue, l’histoire, les personnages et l’univers mais pour ma part ça n’a pas été poussé assez loin. L’auteure prends le temps dans le 1er tiers du roman, d’expliquer ce qu’est Charley, comment les morts passent de l’autre côté, l’étendu de son pouvoir, mais cela m’a laissé comme un goût amer en bouche… Je pense que l’univers sera largement mieux exploité dans les prochains tomes, mais j’ai senti qu’il y avait une retenue pour ne pas en dire trop. Surtout quand on sait que Charley est une Faucheuse, il doit bien y avoir des personnes comme elle.

   Les points positifs : J’ai adoré Charley au plus au point, même si elle peut paraitre chiante ou égoïste dans certaines situations. Elle a un caractère bien trempé et ça fait du bien d’avoir une héroïne qui ne se laisse pas faire avec les garçons notamment. Elle a aussi un humour a coupé le souffle, vraiment ! Qu’est ce que j’ai ri… les piques qu’elle envoie à ses camarades de boulot, à sa meilleure amie ou à son oncle m’ont fait rire à un point et ça fait du bien. Charley est attachante, elle possède un vrai passé, une vraie histoire même si elle est douloureuse et c’est ce qui la rend plus forte. Cela n’a pas été toujours rose dans sa vie mais elle a su se relever, preuve qu’elle sait où elle va. Et puis elle sait ce qu’elle veut ! Charley Davidson est essentielle au roman, si bien qu’on a envie de s’y replonger pour la voir s’épanouir et chercher des réponses à ses questions. Ce que j’ai aussi aimé c’est que les personnages secondaires sont aussi hilarants, notamment sa meilleure amie Cookie, son oncle Bob ou les trois avocats. L’auteure arrive à nous transmettre les émotions de ses personnages. La souffrance des familles quant aux défunts, l’excitation de Charley dans ses rêves avec ce fameux inconnu, sa soif de savoir et de réponses quant à l’enquête et à Reyes, sa frustration, sa compassion et son engouement. Ensuite, même si la fin ne m’a pas surprise parce que j’avais deviné ce qu’il se passait, je pense qu’elle laisse présager une bonne suite. Dans les cent dernières pages, l’auteure lâche les vannes et les révélations s’enchaînent. Notamment concernant l’enquête policière et surtout concernant Reyes, ce qui donne envie d’en savoir plus sur cet être mystérieux qui ne cesse de troubler Charley. Ce qui est aussi ingénieux ce sont les flash-back qui permettent de savoir comment se sont passés certaines rencontres, et nous informent sur le passé des personnages, pourquoi ils en sont à tel point et d’en apprendre plus sur eux tout simplement. Ce que j’ai adoré c’est la référence au titre vers la fin du roman, on comprend pourquoi il s’appelle « Première tombe sur la droite ». Et l’organisation des chapitres est aussi originale, avec de petites expressions rigolotes qui font sourire à chaque fois.

   .Un bon 1er tome dans l’ensemble, même si la moitié du roman m’a déçu. Le style de Darynda Jones est excellent. Son récit se lit très vite et elle arrive à nous accrocher la plupart du temps dans son intrigue. Comme le dit J.R Ward sur la couverture, « Hilarant et émouvant, sexy et surprenant… » Je suis parfaitement d’accord avec lui. Mais pour ma part il n’est pas indispensable. C’est une bonne lecture qui permet de nous faire passer un bon moment et je vous le recommande si vous êtes amateur de bit-lit. En tout cas, j’ai hâte de connaitre la suite pour savoir si l’auteure va un peu plus se lâcher dans son univers, si Charley va en apprendre un peu plus sur ses pouvoirs et si l’intrigue sera mieux menée concernant l’enquête policière et la vie personnelle de Charley. Il ne me reste plus qu’à sortir le 2nd tome qui est dans ma PAL.

.Ma note : 7,5/10 sur Livraddict.

Chronique : Tout Ce Qu'il Voudra - Tome 3, et 4 de Sara Fawkes


Tout Ce Qu'il Voudra – Tome 3, et 4 de Sarah Fawkes. (Genre : Romance).

Éditions : Marabout
Prix : 3,99€
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2012
Titre version originale : Anything he wants, Book 3 and 4.

   .Résumé tome 3 : La vie des milliardaires est tourbillonnante mais semée d’embûches… Lucy, qui accompagne Jeremiah à un gala de charité à Paris, doit apprendre à naviguer dans des eaux troubles. Plus facile à dire qu’à faire : l’homme possède bien des côtés secrets, dont une extrême possessivité, qu’il manifeste quand Lucy est présentée à son frère, Lucas. Entrainée dans le conflit qui oppose les deux hommes, Lucy sera peu à peu envahie par un sentiment auquel elle ne s’attendait pas : un attachement certain pour son exigeant patron. Mais certains secrets sont dangereux, et Lucy va être prise dans un piège, destiné à un autre, qui pourrait se révéler mortel…


   .Dans ces tomes, moins de sexe et plus d'intrigue. On en apprend plus sur la vie de Jeremiah ainsi que sur la vie de Lucy. On fait la connaissance du frère de Jeremiah, Lucas, ainsi que des enjeux familiaux qui sont en jeu. C'est une petite guerre de famille qui amène un peu de rebondissement dans l'histoire. Ce qui est positif c'est que nous ne sommes plus centrés avec seulement deux personnages, on en découvre d'autres qu'on apprend à apprécier, à détester ou à ne pas savoir quoi penser.

 .L'auteure se permet d'aller plus en profondeur et va chercher à exploiter le potentiel de ses personnages. Lucy et Jeremiah vont éprouver des sentiments qu'on n'aurait pas imaginés (surtout Lucy). On sent qu'ils se rapprochent et qu'il commence à se passer quelque chose. Peut être pas des sentiments d'amour, mais une relation originale qui leur ressemble. En tout cas c'est ce que l'auteure laisse transparaitre à travers les émotions de Lucy. Jeremiah se fait plus protecteur et on peut se poser des questions. S'attache-t-il à Lucy tout comme elle peut être attachée à lui ? Jeremiah serait-il tombé dans son propre piège ? Protecteur ou possessif ?

   .En tout cas ce qui est certain c'est que sa personnalité est plus dévoilée. Il est complètement différent avec Lucy, quand il s'agit de la vie de tous les jours et quand il s'agit des relations intimes. C'est à travers ces tomes qu'on commence petit à petit à s'attacher à Lucy et à Jeremiah. Même si leur « relation » est mal perçue en publique on ne peut qu'espérer une suite qui fera taire les mauvaises langues fourchues. Notamment la mère de Jeremiah qui ne se gêne pas pour lancer des piques et des critiques concernant Lucy. Cette femme est juste énervante et comme Lucy, on a envie de lui mettre notre poing dans la figure.

   .Chose positive dans ces tomes c'est qu'après un événement survenu à la fin du tome 3, l'intrigue est plus poussée et l'auteure essai de titiller notre curiosité en nous cachant des informations. Une petite enquête est ouverte, du côté de Jeremiah, mais il ne laisse rien transparaitre et ne dit rien, ce qui m'a agacé fortement. Bien sur, la fin du tome 4 a été trop prévisible, mais c'est un rebondissement qui donne envie de lire le dernier tome de cette série qui sortira début février. Bien entendu les scènes de sexe, bien qu’il y en ait moins sont toujours aussi crues ainsi que les mots qui y sont employés… Psychologie sensible s’abstenir ! Je lirai en tout cas le tome 5 avec plaisir, pour connaitre la fin de cette saga.

.Mes notes : Tome 3 : 7/10 sur Livraddict.
                         Tome 4 : 7/10 sur Livraddict.

Chronique : Tout Ce Qu'il Voudra - Tome 1, et 2 de Sara Fawkes


Tout Ce Qu'il Voudra – Tome 1, et 2 de Sarah Fawkes. (Genre : Romance).

Éditions : Marabout
Prix : 3,99€
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2012
Titre version originale : Anything he wants, Book 1 and 2.

   .Résumé tome 1 : Le poste d'intérimaire de Lucy dans une grande entreprise new-yorkaise n'est pas le job de ses rêves, mais il lui permet de payer ses factures. Le point culminant de sa journée ? Prendre l'ascenseur le matin en compagnie d'un bel inconnu. Sa vie bascule quand elle se laisse séduire par l'étranger, cédant sans aucune résistance à un homme dont elle ne connaît même pas le nom. Lucy découvrira très vite que cet homme n'est autre que Jeremiah Hamilton, le P.-D.G milliardaire de la compagnie pour laquelle elle travaille, qui lui propose alors un contrat très particulier : devenir son assistance personnelle et se soumettre à tout ce qu'il voudra...


   .C'est la 1ère fois que je me lance dans de la lecture érotique (oui parce que ça en est ^^), et je dois dire que j'en suis un peu chamboulé. Je m'attendais à avoir des scènes de sexe, mais pas de ce genre là ! En tout cas, bien que cette mini saga ne soit pas de la grande littérature, Sarah Fawkes arrive à nous insuffler les sentiments de son héroïne et ce qu'elle ressent lors de ses ébats. Les couvertures des 4 premiers tomes sont très simples, mais elles sont efficaces parce qu'elles attirent l'œil et envoutent par leurs couleurs.

  .Ces tomes peuvent se résumer en un seul mot : SEXE ! Dans le tome 1 trois scènes de sexe en 60 pages, décrites peut être sur plus de 10 pages ça fait un peu beaucoup. Sachant que même si on arrive à percevoir l'excitation de Lucy notre personnage principal, on connait peu de chose sur elle et encore moins sur le compte de Jeremiah. On a donc du mal à s'attacher à eux. Ce qui peut être choquant c'est que Lucy se laisse faire, alors qu'elle ne connait pas cet homme qui prend l'ascenseur tous les jours avec elle. Même si tous les deux se sentent attirer inexplicablement, ce n'est du sexe que pour du sexe et rien de plus.

  .Ce qui ressort de ces 2 tomes c'est que Lucy est dans le fond quelqu'un de bien, qui a une vie douloureuse et qui essai de s'en sortir malgré la malchance qu'elle a pu avoir. Elle est douce et fragile et n'a pas vraiment d'expérience avec les hommes. Mais, d'un autre côté, elle peut être énervante et on a envie de la secouer quelques fois, parce que si l'auteur avait changé de point de vue et qu'on avait été dans la tête de Jeremiah, Lucy serait passée pour une grosse allumeuse avide de sexe et de nouvelles expériences. Certes elle apprend des choses sexuellement mais Jeremiah est dans la possession et la domination ce qui l'attire... En temps que lecteur, certes j'ai été excité par les choses les plus softs qu'ils ont pu faire, mais Lucy aurait du se révolter pour sauvegarder un peu de fierté. Elle passe pour une fille sans caractère.

   .Ce qu'on peut reprocher à Sarah Fawkes c'est son manque d'investissement dans la profondeur et la connaissance de ses personnages. On ne connait qu'un pan essentiel de leur vie alors qu'on voudrait en savoir davantage. Et encore on apprend à connaître Jeremiah dans le tome 3. C'est très frustrant en temps que lecteur de ne pas être satisfait au niveau de sa curiosité. Et c'est peut être pour cela que l'envie nous prend de vouloir lire les autres tomes de cette saga.

  .Dans ces deux premiers tomes il n'y a pas vraiment d'intrigue, on se laisse porter par Lucy et ses rencontres, sans vraiment atteindre un but précis. C'est ce qui peut être gênant. A la fin du tome 1, quand Lucy signe le contrat, on peut essayer d'être compatissant compte tenu de sa situation personnelle mais autant faire Escort Girl... Parce que cette convention est dégradante.

  .La fin du tome 2 laissait présager un peu plus d’intrigue et de découvertes. C’est ce qui peut nous donner envie d’en savoir plus sur cette saga. Dernière chose, les scènes de sexes peuvent choquer par l’ampleur qu’elles peuvent prendre, et par les mots qu’à pu utiliser l’auteure. En effet, ces derniers sont crues, elle ne les mâche pas, elle y va franco ! Curiosité oblige je me suis plongé dans les tomes 3 et 4.

.Mes notes : Tome 1 : 6,5/10 sur Livraddict.
                         Tome 2 : 6,5/10 sur Livraddict.

Chronique : La Trilogie Crossfire - Tome 1 : Dévoile-Moi de Sylvia Day


La Trilogie Crossfire – Tome 1 : Dévoile-Moi de Sylvia Day. (Genre : Romance).

Editions : J’ai Lu
Prix : 13€
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2012
Titre version originale : Crossfire, Book 1 : Bared To You.

   .Résumé : Lorsqu’il est entré dans ma vie, je ne savais rien de Gideon Cross sinon qu’il exerçait sur moi une attraction violente, si intense que j’en fus ébranlée. J’ignorais encore tout de sa force et de ses failles, de ce besoin qu’il avait de posséder et de dominer, de l’abîme au bord duquel il oscillait. Je n’imaginais pas que chacun de nous deviendrait le miroir de l’autre – un miroir dans lequel se reflèteraient les blessures intimes et les désirs vertigineux qui nous habitaient. Je ne mesurais pas encore la profondeur de l’amour qui allait nous unir.


   .LIVRE COUP DE CŒUR ! C’est un livre qui fait parler de lui sur la blogosphère, par son impression positive qu’il laisse en bouche et en tête… Il n’a pas été médiatisé autant que Cinquante Nuances de Grey, sont premier concurrent, et c’est ce qui m’a attiré pour le choisir lui ! Et puis, les avis positifs qu’il a eu ont été bien meilleurs comparé à Cinquante Nuances de Grey. Une couverture simple mais qui est efficace parce qu’elle attire l’œil. Et puis le petit slogan « Il me possède, il m’obsède… », c’était très tentant. Et puis le titre est très bien adapté au roman et à son histoire.

   .Les deux personnages principaux sont très attachants et vont se « dévoiler » l’un à l’autre. Eva à travers qui on voit l’histoire, est une personne forte et fragile à la fois. Forte, parce qu’elle est indépendante et elle s’épanouie dans son nouveau travail. Elle prend sa vie en main et a les pieds sur terre. Elle sait qu’elles sont ses priorités et compte se tenir aux valeurs, qui lui ont été inculquées. Mais elle est aussi fragile, à cause de son passé, qui l’empêche d’avancer sur d’autres chemins auxquels elle n’aurait pas pensé. Quant à Gideon, qu’on connait peu. C’est quelqu’un qui est sur de lui et qui aime tout contrôler dans sa vie (ce qui peut être énervant). Il dégage une prestance dont lui seul a le secret. C’est une personne qui peut ne montrer aucun sentiment, ou alors à l’opposé être très avenant. Il y a une réelle recherche dans le caractère des personnages. Ils sont si différents mais pourtant ils se ressemblent beaucoup.

   .L’histoire d’amour qui se niche entre Eva et Gideon est un amour peu banal, on sent une envie chez Sylvia Day, de nous initier à une réelle profondeur dans les sentiments de ses personnages. L’auteure fera évoluer cet amour. Elle a su mêler piquant, remise en question, doute, choix, émoustillement, prise de tête, concessions et extase. Tout est alors réuni, pour que cet amour puisse naitre et éclore. Mais chacun d’eux ne va cesser de se mettre des bâtons dans les roues, et l’auteure réussie très bien à freiner l’avancer de cette idylle naissante. Elle exploite tous les filons possibles et inimaginables pour retarder un peu plus l’explosion des mots fatidiques… Au début, leur amour est surtout baser sur les moments intimes et sexuels, chacun découvrant un peu plus les limites de l’autre et ses propres limites, les repoussant toujours un peu plus. Sylvia Day avec son écriture divine, a su me faire partager ces scènes érotiques en m’émoustillant. Franchement c’est comme si j’étais à la place de Gideon et je prenais plaisir à partager ces moments intimes dans une relation à deux. Mais là où l’auteure est forte, c’est qu’elle ne laisse pas ses personnages calmes une seule seconde. Il y a des prises de têtes, là où on ne s’y attend pas forcément. Leur domination et leur possession se manifestant à chaque instant, sur l’un comme sur l’autre. La Trilogie Crossfire est un amour teinté de possession et de domination ce qui le rend encore plus fort dans les sentiments éprouvés par les personnages. Encore plus fort physiquement, encore plus fort dans le désir, encore plus fort dans l’espoir d’une potentielle vraie relation.

   .Mais, à travers cette relation basée sur l’apprentissage du corps de l’autre et de l’extase des sens, Sylvia Day a su y nouer le dialogue et la compréhension qui sont essentiels au sein d’un couple. Cela est très bien abordé quand au fil de l’intrigue, des révélations sur le passé des personnages vont nous être faites. C’est ce que j’ai apprécié dans cette histoire. Eva et Gideon ne sont pas deux personnes banales, ils ont vécu des expériences douloureuses malgré leur jeune âge. On les perçoit alors d’une autre manière au fil du roman. On ne peut qu’espérer un amour qui puisse les combler tous les deux.

  .Les personnages secondaires sont aussi attrayants et m’ont fait beaucoup rire ! Les répliques mises en place réussissent à capter l’attention du lecteur. Sylvia Day a une plume magnifique, elle nous rend avide de curiosité et nous rend accro à son roman. Elle m’a rendu jaloux de Gideon et de tout ce qu’il possède ^^ Je ne voulais jamais quitter cette histoire, voulant toujours savoir la suite. Surtout que la fin des chapitres me laissait toujours perplexe sur l’avancée de l’intrigue. Une petite critique envoyé par l’un des personnages et Bam … ! Tout explose. L’auteure adresse aussi un message sur les amours qui peuvent être médiatisés. Quand on est célèbre (comme Gideon), la moindre petite exposition avec une nouvelle jeune fille, peut vite être interprétée de manière à ce que des ragots surgissent.

   .La fin m’a laissé un peu perplexe, parce que je ne m’attendais pas à ce genre de final. Je pensais que Sylvia Day allait nous faire une révélation ou quelque chose comme ça, mais c’est une fin ordinaire. Elle laisse présager cependant, une suite emprunt de difficultés et de rebondissements pour notre couple possessif. En tout cas je vous le recommande vivement !

.Ma note : 8/10 sur Livraddict.

Chronique : Wicca - Tome 4 : Les Retrouvailles de Cate Tiernan


Wicca – Tome 4 : Les Retrouvailles de Cate Tiernan. (Genre : Fantastique, Jeunesse).

Editions : Hachette
Prix : 17,70€
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2001
Titre version originale : Sweep – Vol.10 : Seeker ; Vol.11 : Origins ; Vol.12 : Eclipse.

   .Résumé : Je m’appelle Hunter, « le Chasseur ». Mon destin de Traqueur semble tout tracé. Même si mes propres parents sont impliqués, c’est ma mission qui doit l’emporter. Je dois découvrir ce que mon père manigance. Il me faut aussi traquer et arrêter une jeune sorcière. Elle brave les interdits, son pouvoir devient dangereux. Je sens sa présence. Son esprit nous a rejoints. Enfin.


  .Wicca est une saga que j'affectionne particulièrement. Depuis ma lecture du 1er tome, je ne cesse d'être enchanté à chacune de mes lectures, dans l'histoire et l'intrigue de ces romans. Les couvertures sont simples mais efficaces. Je me suis toujours questionné, sur qui était représenté sur les couvertures (Morgan, Cal, Selene, Sky ou Hunter...). C'est donc avec un grand plaisir que je me suis lancé dans la lecture du 4ème tome de cet univers magyque. Petite précision, dans cet univers de Wicca, la magie s'écrit avec un « y » et non pas avec un « i ».

  .Je ne vous raconterai pas le commencement de l'histoire du tome 4, mais plutôt celle du tome 1 pour vous donner envie. L'histoire commence donc avec Morgan, notre héroïne qui vit avec ses parents et sa sœur Mary K. Cette famille à laquelle on s'attache vite, est chrétienne et se rend à la messe tous les dimanches, qui par la suite va manger dans leur restaurant favori. Le petit rituel familial dominical. Morgan a 16ans dans le tome 1, et va donc au lycée. C'est une jeune fille sans histoire, qui travaille bien et qui est aimée de sa famille et de ses amis. C'est au lycée qu'elle va rencontrer Cal Blair, un jeune homme beau et attirant que toutes les filles aimeraient avoir comme petit-ami. Morgan va se sentir attirée par lui d'une manière forte et impensable. Cal va initier Morgan et un petit groupe d'amis, à la Wicca, sorte de magye à laquelle personne ne croit vraiment... sauf quand on est une véritable sorcière. C'est le cas de Morgan, qui au cours du 1er cercle (rituel où des sorciers se retrouvent pour communier avec la Déesse et sa magye) va ressentir un afflux magyque au sein de son corps, une joie euphorique, un bonheur immense sans connaître vraiment une explication à tout cela. Cal qui a ressenti ce pouvoir en Morgan, va l'initier petit à petit à la Wicca (ainsi que ses amis). Il lui apprendra les différents clans qui composent la communauté magyque, les propriétés des cinq éléments, les propriétés des pierres magyques, les vertus des plantes ainsi que les runes. Mais l'arrivée de Hunter, va bouleverser le petit monde que Morgan a pu se créer et ne saura plus sur quel pied danser. Croire Cal son amour qui lui a tout appris, ou Hunter un inconnu à qui faire confiance semble impossible ?

   .L'univers que Cate Tiernan a réussi à créer est vraiment génial. On sent que derrière l'écriture de cette saga elle a effectué des recherches, pour nous en apprendre davantage à chaque tome. Elle s'est renseignée sur les pierres magyques, sur les vertus des plantes, sur les différents clans, sur les sorts qu'on peut jeter, sur les effets de la magye et sur ses conséquences et sur les mots qu'il faut employer. Ce qui constitue un véritable socle à son histoire et un véritable fond à son intrigue. Tous les personnages sont attachants à leur manière et comme dans toutes les sagas, on s'en méfie de certains alors que d'autres nous horripile au plus haut point. Morgan, Cal et Selene (la mère de Cal) sont des personnages auxquels on s'attache vite, parce qu'ils contribuent au bonheur de Morgan, et à sa construction magyque. Hunter, Sky... on s'en méfie parce qu'il arrive à l'improviste et chamboule tout dans cette histoire qui semblait si bien partie.

   .Être dans la tête de Morgan est tellement gratifiant pour nous. En effet, l'écriture de Cate Tiernan nous fait nous rendre compte à quel point Morgan vit des choses formidables et on l'envie que la magye ne puisse exister véritablement. Cette auteure a un véritable don pour l'écriture et arrive à nous transmettre les moindres émotions de ses personnages. Par ce qu'ils disent et par ce qu'ils font, on les aime, on les déteste, on est sceptique à leur égard sans véritablement réussir à les cerner (pour certains personnages). Certains personnages partent de l'histoire, d'autres arrivent et amènent de nouvelles questions. Mais on sent un désir de renouveau chez l'auteure, pour nous amener de nouvelles choses. Ses descriptions sur les émotions de Morgan lors des cercles de magye, avaient réussi à me chambouler et à me donner des frissons à chaque fois. Véritable avalanche d'émotion et de bonheur.

  .Le récit de cette saga reste dynamique et l'auteure arrive à alterner les descriptions utiles et les dialogues ce qui donne un rythme à l'intrigue. Les descriptions ne sont jamais longues mais elles sont toujours utiles pour nous donner un aperçu des lieux, d'une personne et c'est comme si on y était. Cate Tiernan sait employer les mots avec une précision et une justesse qui rend son récit attrayant. Elle réussi (ce qui est bien joué de sa part) à nous rendre curieux de son intrigue car on ne cesse de se poser des questions. Chaque tome amène ses nouvelles questions en ayant répondu aux précédentes, ce qui apporte de la satisfaction au lecteur. Cate Tiernan nous fait aussi voyager, on se rend alors à New-York (tome3), au Canada et en Écosse au XVIIème siècle (tome 4).

  .Morgan au cours des tomes va devoir affronter ses origines, son passé, les influences néfastes de la magye noire, l'hécatombe des sorciers face à la vague noire. Mais aussi se mettre à dos les personnes qu'elle aime et qu'elle apprécie, ou bien les personnes auxquelles elle ne se serait pas doutée une seconde... Juste un mini spoiler pour vous donner envie ! ^^

  .Après avoir fini le tome 4, que j'ai trouvé particulièrement réussi encore une fois, les questions que je me posais se sont envolées, et c'est une belle fin que nous offre l'auteure. Je reste alors dubitatif sur la parution d'un tome 5. Si parution il y a, je l'achèterai sans aucun doute, mais je ne vois pas pour le moment où l'auteure pourrait nous emmener pour encore innover et nous rendre accro à son histoire. Certes, j'ai été dubitatif sur les dernières réflexions qu'a pu avoir Morgan concernant un personnage utilisant la magye noire, mais pour moi ce 4ème tome aurait très bien pu finir cette saga. Nous verrons donc ce que nous réserve le tome 5 !

.Ma note : 7,5/10 sur Livraddict.

Chronique : Plus fort que la haine de Tim Guénard


Plus fort que la haine de Tim Guénard. (Genre : Témoignage).

Editions : J’ai Lu
Prix : 4,80€ (Emprunt Famille)
Année de parution originale : 2000

   .Résumé : Tim est une « mauvaise graine ». Abandonné par sa mère et battu à mort par son père, il devient à cinq ans un enfant de l’Assistance. De familles d’accueil en maisons de correction, de brutalités en humiliations, il apprend la violence et la haine. Pourtant, son immense soif de liberté et d’amour l’entrainera dans les rues de Paris, au hasard des rencontres, à la recherche d’une humanité perdue et d’un accès au bonheur… Poignant témoignage d’une enfance dévastée, cet ouvrage est aussi un magnifique éloge de l’amour, du pardon et de la vie.


  .Un premier témoignage pour ma part, qui fût une bonne découverte. J’avais quelques appréhensions face à ce genre de lecture, comme on peut en avoir quand on est dans l’inconnu. J’avais peur que le style soit impersonnel, que je ne puisse pas m’attacher à une histoire vraie. Mais c’est tout l’inverse qui s’est produit et j’en suis ravie. La couverture du livre est simple, mais efficace. Elle m’a beaucoup fait réfléchir et je me suis demandé, comment on pouvait faire du mal à un enfant qui ne demande qu’à être aimé par ses parents.

  .Tim est une personne que la vie n’a pas épargnée ! Depuis son enfance le monde autour de lui s’écroule comme si sa propre famille n’avait jamais voulu de lui. Il a été abandonné par sa mère, attaché à un poteau le long de la route. Son père et sa belle-mère, après l’avoir recueilli l’ont battu jusqu’à ce que ses os soient fracturés. Ils lui ont fait vivre un enfer en le faisant dormir dehors dans la niche du chien, et en le poussant dans les escaliers de la cave. Puis il ira à l’hôpital et il dénoncera ses « parents » à l’assistante sociale. En étant placé dans une autre famille, on ne peut qu’espérer qu’il s’en sorte et qu’il connaisse le bonheur d’être aimé. Mais malheureusement les galères s’enchaînent, c’est comme si cet enfant avait sur lui une malédiction, que la joie pour lui n’existait pas. Après avoir connu un temps l’affection et la tendresse qu’il avait besoin dans une famille d’agriculteur, il sera placé en maison de correction puis s’en échappera et se retrouvera confronté à lui-même, aux horreurs de la rue et à la grande ville de Paris.

  .Cet enfant se forgera un caractère, que les autres enfants de son âge ne sont pas censés avoir. Il s’endurcira et se confrontera à l’autorité qu’il n’a jamais eu, du moins pas de la bonne manière. A Paris la chance ne va pas lui sourire, il sera embrigadé dans des choses auxquelles je n’aurai jamais pensé. Il souffrira, sera souillé, traité de tous les noms, se révoltera, fera affaire avec des gens malhonnêtes, gagnera de l’argent de manière officieuse. Bref, on ne peut qu’être choqué par tout ce qu’un enfant se son âge a subit et fait. Il faut une véritable force psychique. Tim essaie d’aller toujours de l’avant, en espérant toujours tomber sur quelqu’un de bon, de droit et d’honnête. Et c’est ce que j’ai trouvé grandiose chez lui, il ne cessera jamais de croire, de croire en son bonheur et en une vie meilleure.

   .Tim va véritablement grandir et apprendre des erreurs qu’il a pu commettre étant petit. Il évoluera et mûrira d’une façon inimaginable. La force qu’il s’est trouvé est un combat de tous les jours, pour essayer de devenir quelqu’un de meilleur et de plus juste. Un peu après le milieu du roman, la vie de Tim commence à s’améliorer parce qu’il peut, comme les honnêtes gens, gagner sa vie après de multiples épreuves. J’ai trouvé que le roman était découpé en trois phases : la 1ère phase est celle de l’ignorance et du fait qu’il ne peut que subir tout ce qu’on lui inflige malgré son âge et ses multiples rébellions. La 2ème phase est celle de la haine envers le genre humain et contre les méfaits de ce monde. Tim découvrira une haine enfoui, une haine contre son père plus particulièrement. Une haine qu’il tentera de maîtriser et d’utiliser à bon escient. Enfin, la 3ème phase et surement la plus émouvante est celle du pardon. Tim malgré tout ce qu’il a subit et après un long cheminement de l’apprentissage de la vie, réussira à pardonner à toutes ces personnes qui lui ont causé du tort et qui lui ont fait du mal. Il apprendra un métier, découvrira la vie religieuse et surtout l’amour… La volonté est aussi au centre de ce roman. Tim essaiera par sa volonté d’enterrer ses vieux démons et de devenir un Homme, quelqu’un de bien mais cet apprentissage sera semé de doutes. Il est difficile d’ensevelir ses vieux démons au plus profond de son être. Doit-on obligatoirement reproduire ce que nous avons subit quand nous étions jeunes ?

  .Je ne vais pas vous en dire plus et vous laisser dans le doute concernant la fin. Tim réussira-t-il à pardonner à son père, le véritable auteur de tous les supplices subits ? Ce livre fait beaucoup réfléchir sur notre propre vie. Je me suis dit que j’avais vraiment de la chance d’avoir des parents qui m’aiment et qui m’encourage dans les choix que je peux faire. Il nous fait aussi réfléchir sur la vie, sur ses choix, ses décisions, ses contraintes. Tim Guénard ne se dit pas écrivain, mais j’ai trouvé que c’était très bien écrit. Il réussi à nous faire transparaitre ses émotions à travers ce qu’il a vécu et c’est ce qui compte. C’est le but d’un témoignage. Nous faire réfléchir et nous inculquer des valeurs, celles qui nous manquent véritablement.

.Ma note : 7,5/10 sur Livraddict.

Chronique : Entre Chiens et Loups de Malorie Blackman


Entre Chiens et Loups – Tome 1 de Malorie Blackman. (Genre : Jeunesse, Science-fiction).

Editions : Milan
Prix : 9,50€ (Emprunt Médiathèque)
Année de parution française : 2005
Année de parution originale : 2001
Titre version originale : Noughts & Crosses, Book 1.

   .Résumé : Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Un monde où les communautés s’affrontent à coup de lois racistes et de bombes. C’est un monde où Callum et Sephy n’ont pas le droit de s’aimer. Car elle est noire et fille de ministre. Et lui blanc et fils d’un rebelle clandestin… Et s’ils changeaient ce monde ?


  .LIVRE COUP DE CŒUR ! Un roman qui fait parler de lui sur la blogosphère, avec une note de 18,2 sur Livraddict, comment passer à côté de ce livre ? Ca je vous le demande, c’est une histoire tellement touchante et triste. Les nouvelles couvertures tendent à la curiosité et le résumé m’a beaucoup tenté. Un monde dystopique inversé du notre, où les noirs ont le pouvoir sur les blancs. C’est tellement original comme dystopie qu’il fallait avoir l’idée. Tout cela mélangé à un amour impossible parce qu’interdit, le roman présageait d’être très bon…

  .On retrouve deux personnages principaux attachants et tellement différents ! Callum, adolescent blanc du peuple Nihils qui depuis tout petit est ami avec Sephy, adolescente noir du peuple Prima. C’est grâce à la mère de Callum, Meggie, qu’ils ont pu se connaitre. Cette dernière a travaillé comme femme de ménage dans l’immense maison de la famille de Sephy, après s’être fait renvoyée illégitimement. Callum et Sephy sont très attachés au point de tomber amoureux l’un de l’autre. Mais on sent que cet amour ne devrait pas exister. Ils se voient en cachète, dans des coins calmes et discrets pour ne pas éveiller de soupçons dans leur famille respective. Cet amour sera semé d’embuches plus importantes les unes les autres.

  .Les a priori, les préjugés et les « on dit » vont bon train dans cet univers. Chacun se doit de rester à sa place, dans son peuple. Alors un amour entre une noir et un blanc, quelle honte pour ce monde. Les personnages secondaires (les familles de Callum et Sephy) sont très durs avec cet amour, ils essaient de les influencer et de les mettre en garde. Mais avec des stratagèmes et des ruses, ils réussissent à se voir pour continuer à forger leur amitié parce que petit à petit leur amour s’effiloche. Callum et Sephy vont beaucoup évoluer et murir dans ce roman. Ils vont se rendre compte que s’afficher en public ne donne pas une bonne image, ils iront jusqu’à se demander s’ils font bien d’être ensemble. Seul, ils se poseront beaucoup de questions sur leur avenir à deux et iront jusqu’à renier cette possibilité mais leur force c’est d’y croire à deux, lorsqu’ils seront ensemble. C’est ce qui rend leur histoire extrêmement émouvante. Le choix est aussi au centre de ce roman. Des choix souvent difficiles pour Callum et Sephy qui les feront avancer et se rendre compte de la réalité de leur monde.

  .Chaque famille dans ce roman a ses difficultés et ses problèmes. Ce n’est pas parce qu’on est blanc, donc Nihil qu’on a plus de problèmes qu’une famille aisée noir, donc Prima. Ce qui est touchant et énervant à la fois c’est que si Callum veut aider Sephy, les portes de sa famille lui seront fermées parce que jugé à cause de sa couleur de peau. Et c’est pareil pour Sephy, on leur fait sentir qu’ils ne sont pas à leur place et qu’ils gênent plus qu’autre chose.

  .Ce roman est sincèrement révoltant, l’auteure a voulu nous faire passer un excellent message ! Le racisme est quelque chose qui fait encore beaucoup parlé de lui dans notre société actuelle et c’est tellement dommage. Je n’ai pas pu m’empêcher de comparer le monde de Sephy et Callum, à notre monde en me disant que tout ce qui leur arrive pourrait arriver, ou est déjà arrivé à d’autres personnes sur notre planète. Parce que oui, l’auteure parle de racisme entre les noirs et les blancs mais il y a d’autres formes de racisme. Comme le racisme envers les handicapés, entre les peuples asiatiques, envers les magrébins et que sais-je encore ! L’auteure nous mène par le bout du nez, en allant de surprises en surprises avec des retournements de situations, auxquelles on ne s’attendait mais absolument pas. Moi qui n’est jamais pleuré pour un roman je dois vous dire que dès les 100 premières pages on se prend une vraie claque dans la figure, et l’émotion que nous fait partager l’auteure est vraiment forte. Et c’est un univers tellement bien exploitée et réfléchit, on sent une véritable recherche de Malorie Blackman. Ce roman est synonyme de paix envers les peuples même si on peut penser que cela n’arrivera jamais. Il est aussi synonyme de rêve et d’espoir parce qu’au long du roman on ne cessera d’y croire pour Sephy et Callum, on ne veut que le meilleur pour eux deux, pour leur famille si différentes (pfiouuu je crois que je vais me mettre à pleurer).

  .Le dernier quart du livre est le plus dur, une fin mais juste horrible. Je ne m’attendais pas à ça du tout. Je ne voyais pas où l’auteure voulait nous emmener et j’ai été scotché. Il m’a fallu relire deux fois la fin, pour être sur que c’était la bonne et toute l’émotion qui s’en dégage c’est juste énorme. J’ai été tellement sous le choque qu’il a fallu que je sorte pour m’aérer les idées parce que je n’en revenais pas. Je me suis dit que l’auteure ne pouvait pas nous faire ça. C’est une fin très bien construite et ce que j’ai aussi apprécié c’est que le roman se passe sur une période de 3-4ans et on voit évoluer les personnages. Ce qui est aussi original c’est qu’on a le point de vue de Callum et à la fois de Sephy et c’est ce qui nous permet de rentrer plus profondément dans l’histoire et de s’attacher encore plus à eux. Si vous voulez lire un roman fort en émotion, à la fois triste et remplit d’espoir : lisez-le ! Je lirai le tome 2 avec plaisir :)

.Ma note : 9/10 sur Livraddict.

Chronique : Pierre et Jean de Guy de Maupassant


Pierre et Jean de Guy de Maupassant. (Genre : Classique).

Editions : Pocket
Prix : 3€
Année de parution originale : 1998

   .Résumé : Pierre, médecin, ne comprend pas pourquoi un ami de sa famille a légué sa fortune à Jean, son frère cadet. Au terme d’une véritable enquête policière, il mettra au jour un terrible secret. Le quatrième roman de Maupassant, publié en 1888, est sans doute le meilleur. Le récit, qui tient à la fois de l’étude naturaliste et de l’analyse psychologique, s’appuie sur une intrigue simple et forte. « Le réaliste, s’il est un artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même », Guy de Maupassant.


   .Voilà un classique que j’avais du lire quand j’étais au collège. Me sentant d’attaque pour reprendre ce genre littéraire petit à petit, il m’a été conseillé lecture-de-livres et je la remercie beaucoup ! J’ai apprécié cette histoire qui souvent devient vraie malheureusement… La couverture n’est pas super, mais ça ne m’a pas rebuté pour commencer ce livre. Et l’écriture à la 3ème personne n’enlève en rien le charme de cette lecture.

   .Pierre est le personnage qui change le plus au fil de l’histoire. On le sent troublé et tourmenté par cet héritage douteux qui tombe du ciel. Il se pose beaucoup de questions, et à force de parler avec des gens qu’il côtoie, il en viendra à une hypothèse folle mais qui peut se révéler être vraie. Pierre se sent exclut de sa famille et de tout ce qu’il s’y passe. Il va se sentir aussi jaloux par rapport à son frère, ne comprenant pas pourquoi cet ami ne lui a pas légué à lui aussi une part de l’héritage. Il va chercher, creuser au plus profond de ses souvenirs les liens qui unissent cet homme à sa famille depuis le commencement. On le croit par moment fou, capable de faire du mal à sa propre famille mais il réussi à se raisonner, et à se dire qu’il dérive tout simplement. J’ai ressenti une réelle mise à l’écart volontaire de sa part, ne se sentant plus en confiance dans son foyer. Il devient obsédé par cet héritage, voulant comprendre le pourquoi du comment. Toute la journée, toute la nuit ses pensées ne tournent qu’autour de cela. Mais il a peur que l’hypothèse qu’il entrevoit soit vraie, ce qui pourrait déshonorer sa modeste famille. Pierre se fera alors plus discret, d’un garçon dynamique il se repliera sur lui-même devenant agressif et mal luné.

   .M Roland, le papa, est le personnage qui change le moins. Cet homme est dans son monde, ne voyant pas ce qui se trame sous son propre toit. C’est un benêt et un simple d’esprit qui profite de ce que la vie a pu lui offrir. Jusqu’à la fin du roman, il n’aura joué qu’une partie infime dans cette histoire. Il ne sera jamais mis au courant de la vérité et on peut comprendre pourquoi. Jean et Louise, vont évoluer petit à petit, après la moitié du roman. Quand on aura leur point de vue, on pourra constater que d’une part Louise a perçu l’attitude de son fils Pierre, et essai de faire bonne figure devant lui. Elle sera troublée par son comportement, ne sachant pas comment réagir. Quand à Jean, c’est quand il apprendra la vérité sur cet héritage, qu’il va se montrer plus à l’écoute de sa mère et à son service pour l’aider à surmonter cette triste vérité. Mais il ne change pas radicalement comme a pu changer son frère. Pour lui l’héritage est quelque chose de merveilleux pour sa famille modeste. Mais Louise aurait-elle un secret bien gardé depuis toutes ces années ? On ne sait pas vraiment puisque la plupart du temps nous n’avons que des hypothèses de Pierre et on ne sait pas si elles sont véridiques.

   .C’est un roman que dans lequel j’ai apprécié me replonger après toutes ces années. En le lisant, je me suis dit que cette histoire d’héritage arrive parfois au sein des familles. La plupart du temps, les frères et sœurs se battent pour de l’argent et ne se reparlent plus, parce qu’ils se sont engueulés et brouillés. C’est une histoire qui nous fait réfléchir sur les valeurs de la vie et sur la moralité des gens. L’argent dans cette famille, n’a fait que tout détruire, et n’a pas apporté le bonheur qu’on aurait pu espérer. Il n’a amené que de la jalousie, de la haine, de la rancœur et des déceptions. Même si une faute d’un membre de la famille est toujours blessante, il faut apprendre à l’accepter avec le temps parce que la famille est importante.

   .On peut se dire que s’il n’y avait pas eu cette faute, rien de tout cela ne serait arrivé. Mais la personne qui a commis cette erreur nous explique parfaitement pourquoi elle l’a faite. Et ce que j’ai trouvé admirable, c’est que pour rien au monde elle ne regrette son geste. C’est une fin triste que nous apporte l’auteur. Le déchirement de voir partir un fils qui comptait beaucoup au sein du foyer, même si les mots et l’expression des sentiments n’étaient pas au rendez-vous. Je pense que la moralité de cette histoire est que peu importe les erreurs commises dans le passé, ce qui est fait est fait, et il faut apprendre à pardonner avec le temps.

   .Tous les membres d’une famille sont importants et chacun doit être aimé de manière égale. C’est ce qu’on peut ressentir dans les dernières lignes écrites par l’auteur. On sent que même si Pierre a changé, Louise aimera son fils comme au commencement de sa vie, comme avant cet héritage qui l’a détruit intérieurement, et c’est le plus important. Guy de Maupassant a un style qui se lit bien avec une profondeur dans son écriture. J’ai senti que chaque mot était réfléchi et apportait un sens à l’histoire. Si vous voulez lire une belle histoire emprunt de moralité je vous le recommande !

.Ma note : 7/10 sur Livraddict.

Chronique : La Maison de la Nuit : Le Serment de Lenobia de P.C. & Kristin Cast


La Maison de la Nuit : Le Serment de Lenobia de P.C. & Kristin Cast. (Genre : Fantastique, Jeunesse).

Editions : Pocket Jeunesse
Prix : 9,90€
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2012
Titre version originale : A House of Night Novel : Lenobia’s Vow.

   .Résumé : France, 1788. Fuyant une vie de misère, Lenobia, seize ans, embarque sur un navire pour la Nouvelle-Orléans, où elle doit épouser le duc de Silegne. Mais un être démoniaque fait partie du voyage… Rattrapée par son destin, la jeune fille est seule à lutter contre des forces obscures. A moins que l’amour ne croise sa route…


   .J’attendais ce hors série de « La Maison de la Nuit » avec impatience, pour en découvrir plus sur le professeur préféré de Zoey. Lenobia était pour moi quelqu’un de mystérieux, parce que les auteures ne disaient rien d’elle, à part qu’elle avait une affinité spéciale avec les chevaux. Une couverture que je trouve très belle, les couleurs ont bien été choisies et la demoiselle est très jolie ! J’ai passé un agréablement moment avec cette histoire, que j’ai lu en deux heures de temps…

   .L’histoire commence avec la mort de la demi-sœur de Lenobia, Cécile. On apprend par la suite que la mère de Lenobia n’est pas une femme de haut rang, et que le futur professeur de Zoey est en fait une fille illégitime, que tout le monde traite de bâtarde. A la mort de Cécile (fille légitime elle), la maman de Lenobia veut que sa fille prenne la place de cette dernière pour qu’elle ait une vie meilleure. Cécile était promise à un Duc qui aurait pu lui apporter sécurité et épanouissement. Le déchirement est dur pour la mère et la fille, mais Lenobia accepte à contre cœur, de suivre les conseils de sa mère… La voilà partie pour un périple difficile et semé d’embuches.

   .J’ai apprécié rentrer directement dans l’histoire, parce que cette nouvelle est courte (140 pages). On arrive facilement à se mettre à la place de Lenobia, et on ressent tout ce qu’elle va éprouver au cours de cette nouvelle. Le début est un véritable déchirement sentimental qui donne envie de pleurer. Lenobia et sa mère sont deux personnes qui se donnent du courage mutuellement, et chacune veut paraitre forte devant l’autre. C’est leur manière de se protéger l’une envers l’autre, même si au fond, elles ont mal au cœur à cause de ce départ. On ne peut qu’éprouver de la tristesse devant la situation qui se joue dans notre tête, les mots qui sont employés sont forts et on ne peut qu’espérer que Lenobia écoute sa mère. Seule cette dernière sait ce qui est bien pour sa fille et les révélations sur ce qu’elle ressent pour elle sont très touchantes.

   .Un autre personnage maléfique fera son apparition tôt dans la nouvelle, c’est l’évêque Charles de Beaumont. On sent que cet homme est absorbé par le péché et l’abomination dès son apparition au chapitre 2. On sent que c’est quelqu’un de froid, de profiteur, il vie dans la luxure de la chair et aime profiter des jeunes filles prudes et naïves… Soupçonné d’être l’auteur d’incendies inexpliqués, il sera envoyé lui aussi à la Nouvelle Orléans. Le fait est que cet homme d’Eglise puissant a le béguin pour Lenobia. Il veut à tout pris mettre la main sur elle et on espère qu’il ne réussira pas ! Comme vous pouvez vous en douter, ils se retrouveront sur le bateau les menant au nouveau monde.

   .Sœur Marie Madeleine et Martin seront eux aussi des personnages importants pour Lenobia, mais je ne vous en dis pas plus… Cette nouvelle sur le passé de Lenobia est touchante et difficile à la fois. Lenobia se retrouvera parfois seule pour se fondre dans la masse. En public, elle s’efforcera d’être Cécile, fille légitime. Mais on se doute que ce rôle qu’elle doit porter est un fardeau qui lui pèse. Elle trouvera du réconfort et de la sécurité auprès des chevaux. Avec eux, elle n’a pas besoin de faire semblant d’être qui elle n’est pas. Je l’ai trouvé très mur pour son âge, son sens de l’égalité pour tous est poussé à cause de son illégitimité. Et elle a une ouverture d’esprit digne de notre présent à nous et pas de son époque.

  .Pour finir, je dirai que le récit est bien mis en place par les auteures. Les pages se tournent très vite et très facilement. Les mots employés sont simples mais efficaces, et ils nous permettent de s’attacher à Lenobia, ainsi que d’éprouver tout ce qu’elle ressent au long du roman. Notre curiosité est tenue en éveil, j’ai toujours voulu en savoir plus sur elle et sur comment finissait l’histoire. Ce que j’ai apprécié c’est que la magie est présente, alors qu’il n’y a pas de Maison de la Nuit. Les auteures ont su rester dans leur univers que j’adore énormément. J’ai bien aimé la fin bien qu’elle soit vite expédiée. Une fin triste mais qui incite à un renouveau, une nouvelle vie, un nouveau départ. Des révélations vont être faites et le serment que Lenobia énonce est très touchant. La fin m’a donné des frissons, et j’ai eu envie de savoir ce que Lenobia allait faire face à ce qui lui était arrivé. Perdu, sans personne proche et sans famille, elle devra se reconstruire pour avancer. Elle pourra se raccrocher à un seul élément qui n’a pas changé, et qui restera toujours avec elle… Les chevaux. Si vous voulez en apprendre plus sur le professeur préféré de Zoey, je vous recommande cette nouvelle !

.Ma note : 7,5/10 sur Livraddict.

Chronique : Si douce sera la mort de Charlaine Harris


Si douce sera la mort de Charlaine Harris. (Genre : Thriller).

Editions : J’ai Lu
Prix : 8,90€
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2011
Titre version originale : Sweet and Deadly.

   .Résumé : La chaleur du Mississipi est étouffante, les insectes grouillent. Catherine Linton, vingt-trois ans, s’entraîne à tirer sur des cannettes devant une cabane. Elle est interrompue par une odeur pestilentielle. Une main dépasse de la porte, celle du cadavre ensanglanté d’une femme… l’infirmière de son père. Cette fois, le shérif de Lowfield la croira quand elle lui dira que ses parents ne sont pas morts accidentellement six mois plus tôt. La petite ville paisible où Catherine a grandi risque de devenir l’endroit où elle mourra si elle n’éclaircit pas les secrets qui pèsent sur sa famille…


   .C’est un roman qui m’avait plu par sa couverture et par son résumé ! Une couverture mystérieuse avec une jolie femme aux yeux gris, j’ai adoré. Et un résumé qui laissait envisager une enquête policière intéressante… Tout était réuni ! J’ai apprécié ce livre mais quelques petits défauts sont à évoquer.

   .L’histoire commence avec Catherine, (personnage principal), qui est partie faire du tir un matin, sur les terres qu’elle a hérité à la mort de ses parents, dans un accident. A la suite d’une odeur pestilentielle, la séance de tir est écourtée et c’est là qu’elle découvrira la main, puis le cadavre d’une femme qui a sans doute été assassinée. Après s’être rendu au commissariat pour faire sa déposition, notre héroïne amène le shérif sur les lieux du crime, et c’est là qu’elle apprendra que la personne décédée, est l’ancienne infirmière (Leona) qui travaillait avec son père (qui était docteur). Notre charmante protagoniste essaie alors de rassembler les pièces du puzzle, et semble croire que l’accident de ses parents et le meurtre de Leona sont liés.

   .Pour les points négatifs : ce qui m’a déplu, c’est que j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire. Certes le cadavre est vite découvert, mais l’enquête policière est mise de côté. On suit la vie de Catherine, sa routine, ses peurs et ses réflexions, mais le cheminement de l’enquête policière n’est pas mise en avant. Ce qui a été un peu dérangeant, c’est la narration qui est à la 3ème personne donc, j’ai eu du mal à m’attacher à Catherine. J’ai senti une distance entre elle et moi, quand je lisais le roman et c’est ce qui m’a déplu. Bien sur, on connait sa vie affective, sociale, dans quoi elle travaille, ses envies, mais je n’ai pas pu dépasser ce narrateur omniscient à la 3ème personne ! Ce qui est aussi un point négatif, c’est que l’action ne commence vraiment qu’à la moitié du roman et comme il fait à peine 247 pages, je me suis demandé si l’auteure allait avoir le temps, de mettre en place des rebondissements et son intrigue. J’ai aussi été dérouté par tous les personnages secondaires (10 je crois) qu’il y a dans cette histoire. Je me disais souvent « alors c’est qui celle-là, c’est qui celui-ci ? » Surtout quand ils sont abordés une fois, qu’ils lâchent une info et qu’on ne les revoit plus de tout le roman… c’est limite. Donc difficile de mémoriser les noms !

   .Pour les points positifs : une fois que l’intrigue est lancée, l’auteure sait nous tenir en haleine avec les découvertes et les indices qu’elle sème petit à petit. Ce qui est intéressant, comme le fait remarquer Catherine, c’est que toutes les personnes de Lowfield (ville du roman) se connaissent, alors on a l’impression que tout le monde pourrait être le coupable. On ne sait pas sur quel pied danser, et on en vient à soupçonner l’insoupçonnable… La plume de Charlaine Harris est d’un style particulier, qui sait nous mettre en pression dans les moments où il faut l’être. Même si la narration est à la 3ème personne, dans les situations importantes les émotions et les sentiments de Catherine me sont parvenus. Je l’ai alors senti, seule, désespérée, troublée, anxieuse, stressée, déterminée et surtout forte de caractère. Malgré tous les incidents qui viennent perturber sa vie, elle fait bonne figure dans son voisinage pour montrer qu’elle ne se laisse pas impressionner. Elle est aussi d’une franchise qui va lui permettre de se mettre hors de cause, parce qu’elle aussi est soupçonnée… Surtout qu’un autre meurtre arrivera à un personnage secondaire important, et se retrouver deux fois au mauvais endroit, au mauvais moment ce n’est pas évident ! Le point positif de ce roman ce sont les commérages entre voisins qui nous embrouillent l’esprit. Chacun cherche à fouiner et à faire sa petite enquête. Mais celle qui fait le plus gros de l’enquête et qui va découvrir le vrai coupable, c’est Catherine. En cherchant avec Randall, le patron de son boulot, elle réussira à remettre ses idées en place, et à trouver qui est le criminel et pourquoi il agit. Quand j’y repense, les indices étaient sous mon nez et je n’ai rien trouvé !

  .Une bonne fin même si elle se déroule un peu vite à mon goût. J’ai trouvé que Catherine s’en sortait un peu trop facilement, même pour une experte en tir… Ce qui est positif, c’est que tout nous est expliqué dans les détails et on sait vraiment pourquoi le coupable a agit. Et j’ai trouvé la raison pitoyable, c’est ce qui m’a un peu gêné vers la fin ! Si vous lisez ce roman vous comprendrez ^^ Finalement, après un début dur au démarrage, l’intrigue est bien ficelée et Charlaine Harris, de part son style d’écriture, nous rend curieux de savoir la fin. Et c’est une fin heureuse pour Catherine, qui va pouvoir enfin profiter de sa vie. L’histoire en elle-même est bien trouvée et Catherine est une héroïne pleine de sang froid. Mon avis est mitigé et ma note, aurait été plus haute, si le début avait été moins long. Mais d’autres personnes ont trouvé ce roman plus intéressant, je vous invite à lire d’autres chroniques.

.Ma note : 6,5/10 sur Livraddict.

*Vidéo* : Bilan de février 2013 / Prévisionnel de mars 2013


Bonjour à tous,
Je vous poste aujourd'hui une vidéo de mon bilan du mois de février 2013 ainsi qu'un prévisionnel du mois de mars 2013 !

Durant le mois de février j'ai lu 7 livres :
- Irrésistible Alchimie - Tome 1 de Simone Elkeles
- Chroniques des Enchanteurs - Tome 4 : 19 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl
- Obsession de Catherine Kalengula
- Treize Raisons de Jay Asher

Durant le mois de mars 10 livres prévus :
- Chroniques des Enchanteurs - Tome 1 : 16 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stohl
- Amaru - Tome 1 : Le fils du Dieu Poisson de Marc Sauer
- Le Premier Jour de Marc Lévy
- La Maison de la Nuit - Tome 7 : Brûlée de P.C. & Kristin Cast
- Enfants de la Paranoïa de Trevor Shane
- Charley Davidson - Tome 2 : Deuxième Tombe sur la Gauche de Darynda Jones
- Damnés - Tome 4 : Volupté de Lauren Kate
- Immortels - Tome 3 : La Guerre de Cate Tiernan
- Clairvoyance - Tome 1 : La Maison de L'ombre de Amélie Sarn
- Le Destin D'une Déesse - Tome 1 : Le Manoir des Immortels de Aimée Carter

Pour lire mes chroniques, cliquez sur le titre du livre...

Chronique : Belladone - Tome 1 : Nuit de Sang de Michelle Rowen


Belladone – Tome 1 : Nuit de Sang de Michelle Rowen. (Genre : Bit-Lit).

Editions : Milady
Prix : 7,90€
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2011
Titre version originale : Nightshade, Book 1.

   .Résumé : Jillian était une fille sans histoire jusqu’à ce qu’on la prenne en otage. Désormais, il ne lui reste plus qu’un choix à faire : mourir des mains de Declan, l’assassin dhampire qui la retient prisonnière, ou succomber aux effets secondaires du poison qu’on lui a injecté : la Belladone. Un venin qui fait d’elle l’arme ultime dans la guerre contre les vampires. Le seul espoir de Jill consiste à convaincre son kidnappeur de la relâcher, mais comment toucher le cœur d’un homme qui n’a jamais ressenti aucune émotion ?


  .Après avoir été tenté par une booktubeuse (Mlle Candyshy), pour l’achat de ce livre, j’ai mis un petit moment à le sortir de ma PAL. En tout cas j’ai bien fait et je ne regrette absolument pas. Très bonne découverte livresque. Une couverture juste magnifique et un résumé intriguant… Tout été réuni pour que j’apprécie ce roman et ce fût le cas.

   .On est directement plongé dans le cœur de l’histoire dès les dix première pages. Je ne cesse de le répéter dans mes chroniques, mais un livre avec lequel on est directement plongé au cœur de l’action, ça donne directement envie de le continuer et c’est un excellent point positif ! On rencontre donc Jillian qui égrène le temps qui la sépare du moment fatidique, où une seringue avec le poison « Belladone » lui sera injectée dans la jugulaire. Declan sera aussi présent dès le début du roman ce qui laisse envisager une longue virée pour nos deux personnages. Jillian est une humaine qui va apprendre à ses dépends que le monde des vampires est bel et bien réel. Elle sera déboussolée ne comprenant pas ce qui lui arrive. Elle sera mis à rude épreuve autant physiquement que mentalement. C’est une personne forte qui ne se laisse pas faire même si intérieurement elle se sent seule et faible, sachant pertinemment qu’elle va mourir. Son instinct la sauvera plus d’une fois et ce qui est intéressant c’est qu’elle sera au centre de toutes les attentions. Normal pour une arme humaine… Declan quant à lui est quelqu’un qui est sans sentiment et je vous laisse découvrir pourquoi. C’est un dhampire (mi humain/mi vampire) qui exécute les ordres point barre. Mais on le découvrira sous un nouvel angle, qui le rendra plus attachant et plus « humain ».

  .L’auteure dès le 1er chapitre frappe fort parce qu’on se pose directement des questions. Sur la Belladone, sur ses effets et ses conséquences, sur Declan et sur ce qu’il est réellement… Enormément de questions qui nous poussent à continuer notre lecture, pour en connaitre plus sur l’univers créé et sur nos deux protagonistes. C’est un univers bit-lit intéressant, que Michelle Rowen a réinterprété à sa sauce, en amenant de nouveaux mythes, de nouvelles spécificités vampiriques. C’est ce qui permet de rendre ce roman captivant par la nouveauté de l’imagination de l’auteure.

   .Les personnages secondaires vont aussi jouer un rôle important. L’auteure nous explique parfaitement bien leur rôle qu’ils vont jouer dans l’histoire ce qui nous permet de ne pas nous perdre en chemin. Et il y en a pour tous les goûts ! Certains on aurait envie de les gifler, alors que d’autres on aimerait les prendre dans nos bras, et leur dire : « ne t’inquiètes pas tout va bien ». Au fil du roman, elle va semer des révélations sur son univers, sur le passé des personnages et sur leur ressenti qui nous permet d’être curieux et de nous intéresser encore un peu plus. Michelle Rowen a cette capacité de nous embrouiller le cerveau qui est phénoménale. Lorsque des retournements de situation vont être faits tout au long du roman, et surtout vers la fin, on se dit mais non ce n’est pas possible ! Pourquoi cette personne meurt et pas elle ? J’ai été désemparé, dubitatif et à la fois compréhensif à ce que l’histoire se déroule comme elle s’est déroulée.

  .C’est une histoire bien ficelée du début à la fin, avec laquelle l’auteure arrive à nous mener. Elle nous embarque dans son univers, intriguant et sombre, et on ne peut rien y faire. Son style d’écriture est super et son roman se lit très facilement. Les pages se tournent vite au fil des révélations et des agissements de certains personnages, qui nous poussent à être avides de savoir. La fin nous laisse dans un suspens qui nous attire pour lire le prochain et dernier tome. Des questions restent en suspend et l’univers créé par Michelle Rowen a je pense, d’autres cartes pour nous faire chavirer. En tout cas si vous êtes amateur de bit-lit, je vous recommande ce roman qui tient toutes ses promesses. Un monde de vampire plus sombre que Twilight… ça vous tente ?

.Ma note : 8/10 sur Livraddict.