jeudi 14 mars 2013

Chronique : Enfants de la Paranoïa - Tome 1 de Trevor Shane


Enfants de la Paranoïa - Tome 1 de Trevor Shane. (Genre : Science-fiction, Thriller).

Editions : Michel Lafon
Prix : 19,95€
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2011
Titre version originale : Children of Paranoia.

   .Résumé : Règle #1 : On ne tue pas les innocents. Règle #2 : On ne tue pas les ennemis de moins de 18ans. Depuis des siècles, une guerre souterraine, ignorée du commun des mortels, oppose deux clans qui se déchirent au nom du Bien et du Mal. Des deux côtés, des assassins endoctrinés et entraînés dès leur enfance à haïr et à détruire le camp adverse. Joseph, vingt-trois ans, est l’un de ces tueurs d’élite. Il ne connaît qu’une réalité : tuer ou être tué. Mais alors qu’il retrouve ses deux plus proches amis pour quelques jours de vacances dans le New Jersey, il tombe dans une embuscade. Echappant de peu à ce piège mortel, il est envoyé en mission à Montréal où il rencontre Maria, une jeune innocente de dix-sept ans. Pour la première fois, Joseph découvre l’amour… et le doute. S’il veut protéger la femme qu’il aime, il doit abandonner la vie qu’il a toujours connue et trahir ses frères d’armes. Osera-t-il transgresser les règles ?


  .Cet ouvrage m’a toujours attiré par son résumé, que j’avais lu il y a peut être 1 an de cela. Et j’avais toujours repoussé l’échéance de l’achat. Mais après avoir vu l’avis de Kévin, (Palace Crouton), je n’ai pas hésité une seule seconde. La couverture, même si elle n’est pas super belle, attire l’œil et c’est le plus important. Le fait qu’on le remarque, le fait se démarquer. Par contre après avoir lu le bouquin, je vous dis et vous ordonne de ne pas lire la 4ème de couverture, parce que c’est en gros toute la 1ère moitié du livre. Et heureusement que je ne l’ai pas relu, parce que sinon je me serai ennuyé je pense.

  .Chose positive et que j’apprécie par-dessus tout dans les bouquins, c’est quand on rentre directement dans le vif du sujet. Ici ça a été le cas et l’auteur a su nous transmettre, dès les premières phrases, l’atmosphère qui allait régner tout au long du livre. Un sentiment de peur, de haine, de « paranoïa » allait nous suivre tout au long du roman, grâce ou à cause, du ressenti du personnage principal : Joseph. On fera aussi la connaissance de Mikael et Jared ses meilleurs amis. Ainsi que Maria vers la moitié du livre.

  .Le monde fictif qu’a réussi à créer Trevor Shane est très intéressant. Une guerre permanente régulée par des règles… chose qui peut paraitre incompréhensible mais qui est très bien expliqué dans le récit par Joseph. C’est un monde où si tu fais partie de la guerre, la mort sera présente dans ta vie et ne te lâchera pas une seule seconde. Trevor Shane, par le biais de la vie de Joseph réussi à nous rendre curieux de son monde. Il répond alors à des questions que l’on se pose naturellement, comme certaines personnes dans le récit. Et d’autres réponses ne sont pas abordés, parce qu’il est juste impossible d’y répondre. Joseph est un personnage que sa vie passée n’a pas épargné, tout comme sa vie présente et future ne le fera pas, ça il en est sur. Le fait que l’auteur écrive à la 1ère personne, amène une part de complicité, ce qui fait qu’on s’immisce un peu plus dans la vie de Joseph et dans son monde. C’est quelque chose qui est vraiment super parce qu’on en apprend plus sur les habitudes, sur les boulots, sur les règles, sur les futurs combattants et surtout sur Joseph lui-même.

  .Le point négatif c’est que même si l’histoire se met vite en place, il y a des moments où je me suis ennuyé dans la première moitié du livre. Certes Joseph reçoit des missions pour son travail avec la guerre. Donc on est pris dans le feu de l’action, voulant savoir dans les moindres détails comment il va faire pour achever son travail. Mais d’un autre côté, il y a eu des passages où les descriptions ont été trop longue à mon goûts et où le ressenti de Joseph aurait pu être expédié en quelques phrases au lieu de trois paragraphes. C’est ce que je peux reprocher à Trevor Shane. J’ai eu l’impression que dans son récit il avait installé une vague et où quand elle se retirait, le récit n’avançait pas plus que ça.

  .Mais dès sa rencontre avec Maria, bien qu’on se pose des questions sur elle dès le début du livre (comme je n’avais pas relu la 4ème de couverture), tout s’accélère et on rentre véritablement dans le vif du sujet. Tout s’enchaîne très vite et les évènements sont bien menés de sorte que l’auteur ne nous laisse pas de côté, il nous embarque tout simplement. Etape par étape on en vient à douter de la guerre et de tout ce qu’elle implique, le Bien et le Mal. Joseph se remet lui aussi en question et j’ai été troublé par sa transformation, son évolution. Et bien sur étape par étape, l’intrigue est menée d’une main de maître et la paranoïa refait surface.

  .Trevor Shane a un style qui se lit très bien et une fois son intrigue ficelée, les pages se tournent super vite parce qu’on a envie de connaitre l’issue de cette histoire. La fin est juste déchirante et c’est en cela, qu’on voit que ce roman est beaucoup basé sur les sentiments et sur le ressenti. L’auteur sait parfaitement nous mettre en émoi sur nos émotions et sur l’ambiance qu’il a su créer. Les dernières lignes laissent envisager une fin ouverte ayant une suite… mais je ne pense pas que ce sera le cas. En tout cas, avoir le point de vue de Maria sur tous les évènements, m’a fait me rendre compte à quel point malgré son jeune âge, elle était consciente de ce qui se passait. Et elle n’était pas cruche comme je le pensais. Comme quoi Trevor Shane, a su aussi jouer avec son lectorat…

.Ma note : 7,5/10 sur Livraddict.

mardi 12 mars 2013

Chronique : La Maison de la Nuit - Tome 7 : Brûlée de P.C. & Kristin Cast


La Maison de la Nuit – Tome 7 : Brûlée de P.C. & Kristin Cast. (Genre : Fantastique, Jeunesse).

Editions : Pocket Jeunesse
Prix : 15,20€ (Relecture)
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2009
Titre version originale : A House of Night Novel, Book 7 : Burned.

  .Résumé : Recluse dans le monde des morts suite à l’assassinat de Heath, Zoey semble perdue à jamais. D’autant que les Novices Rouges menacent Lucie, la seule capable de la ramener sur Terre. Aphrodite et ses amis sont prêts à tout pour sauver Zoey mais celle-ci risque d’y laisser sa vie, comme tant d’autres prêtresses avant elle ! Son âme restera-t-elle pour toujours prisonnière dans le Royaume de l’esprit ?


  .La Maison de la Nuit est une saga que j’affectionne particulièrement depuis la sortie du 1er tome. C’est une saga qui m’a redonné le goût de la lecture, et qui m’a donné envie de me lancer dans le genre fantastique. Cette couverture ne me plait pas tellement, mais elle est quand même intrigante… Et je crois que, même si je lis le résumé à chaque fois que j’achète les tomes, je suis tellement curieux de savoir ce qui se passe qu’il me plait à chaque fois !

  .Je ne vous parlerai pas de l’histoire si vous n’avez pas commencé la saga, parce que je risquerai de spoiler pas mal de monde. Ce que j’apprécie dans cette saga c’est que les auteures ont réussi à créer un monde fantastique où les clichés des vampires n’existent pas… Certes ils boivent du sang, mais ce n’est pas que pour se nourrir et ils ne se transforment pas en chauve-souris ^^ Toute une mythologie a été créée par les auteures et c’est ce que j’apprécie. Le travail fournit est colossale. A chaque fois que je rentre dans un tome de cette saga je suis toujours autant fasciné par les découvertes et par les révélations qu’on peut nous faire sur la mythologie.

  .Ce que j’adore par-dessus tout c’est que les vampires peuvent avoir des affinités avec les éléments qui sont au nombre de cinq : la terre, l’eau, le feu, l’air et l’esprit. C’est ce qui rend les vampires plus forts et plus attrayants de mon point de vue. Ensuite les personnages apportent tous quelque chose au récit et c’est leur diversité qui rend leur amitié riche et touchante bien que parfois elle soit mise à rude épreuve. Ce que j’apprécie aussi c’est que depuis le tome 6, les auteures nous amènent différents points de vue. C’est ce qui permet de mieux connaitre les personnages qui entourent Zoey (notre héroïne), comme ceux qui sont à l’opposé de cette dernière.

  .Cette saga n’a cessé d’évoluer et ça en est de même pour tous les personnages. On apprend à en détester certains puis à les aimer dans un autre tome. Les auteures ont su faire mûrir leur récit et le transmettre à leur lectorat avec beaucoup de facilité. Dans ce tome 7, Zoey est beaucoup moins présente, mais ce n’est pas plus mal. Comme ça, cela nous permet d’en apprendre encore plus sur Aphrodite ou Lucie par exemple, et j’apprécie ça. Dans « Brûlée », on en apprend encore plus sur la mythologie créée par les auteures et sur les raisons qui ont poussé les personnages à agir de telle manière.

  .En ce qui concerne le style des auteures, personnellement je le trouve très fluide et leurs romans se lisent très facilement. Les pages se tournent à une allure folle et le récit est bien rythmé avec des révélations là où il en faut, pour que notre curiosité reste en éveil. Ce tome là, comme les précédents possèdent beaucoup d’humour. A plusieurs moments j’ai été plié de rire par les répliques de certains personnages. Ce tome 7 est une vraie bouffée d’oxygène pour la saga. Elle permet de relancer l’intrigue et des questions trottent encore dans ma tête parce qu’elles n’ont pas eu de réponse… Je trouve aussi que les descriptions lors de l’utilisation des pouvoirs sont très bien faite. Personnellement c’est comme si j’étais à la place des personnages. J’aimerai tellement pouvoir intégrer ce monde que je jalouse certains personnages. Bien sur j’ai aussi eu quelques frissons à certains passages et quand cela se produit c’est très bon signe pour le roman. En tout cas je pense que le tome 8 « Libérée », sera prometteur parce qu’une vision ne va pas se réaliser… ce qui nous met alors dans le doute quant à la suite de l’intrigue. Et je pense que les auteures n’ont pas encore joué toutes leurs cartes. Je vous recommande cette saga jeunesse qui pour moi restera ma saga chouchou !

.Ma note : 8/10 sur Livraddict.

lundi 11 mars 2013

*Vidéo* : C'est Lundi, que lisez-vous ? #8


Bonjour à tous,
Je vous poste aujourd'hui la vidéo traditionnelle et hebdomadaire du : C'est Lundi, que lisez-vous ?

Mes lectures passées :
- La Prochaine Fois de Marc Lévy (LC)
- Amaru - Tome 1 : Le Fils du Dieu Poisson de Marc Sauer (Partenariat)

Ma lecture en cours :
- La Maison de la Nuit - Tome 7 : Brûlée de P.C. & Kristin Cast

Mes lectures futures :
- Enfants de la Paranoïa de Trevor Shane (LC)
- Le Syndrome Copernic de Henri Loevenbruck
- Charley Davidson - Tome 2 : Deuxième Tombe sur la Gauche de Darynda Jones

dimanche 10 mars 2013

Chronique : Amaru - Tome 1 : Le Fils du Dieu Poisson de Marc Sauer


Amaru – Tome 1 : Le Fils du Dieu Poisson de Marc Sauer. (Genre : Science-fiction, Jeunesse).

Editions : Editions du Poisson Cube
Prix : 18,90€ (Partenariat)
Année de parution originale : 2009

  .Résumé : XXVIème siècle. Parce que l’Humanité a détruit les ressources naturelles de la Terre, celle-ci s’est mis en colère et s’est purifiée par un déluge qui a décimé neuf milliards d’individus. Réfugiés dans quelques gigantesques cités sous-marines et aériennes, les survivants se sont coupés de la réalité et du monde extérieur. Dépendants des mondes virtuels, du clonage et d’un monde de consommation imposé par les toutes-puissantes corporations, ils méprisent ceux qui vivent à la surface – les Insulaires – et continuent à polluer l’eau et l’air, indifférents à l’agonie de la planète. Quatre-vingt-dix-neuf ans plus après le cataclysme, un chalutier repêche dans l’océan un mystérieux cocon géant. Bientôt, ce dernier va donner vie à un étrange jeune homme aux facultés surhumaines, dont les intentions vont bouleverser l’avenir de ce monde décadent…


  .Je remercie d’abord Babelio, pour ce partenariat avec la maison d’éditions du Poisson Cube. Sans cette Masse Critique, je n’aurai jamais découvert l’univers de Marc Sauer ainsi que sa plume. Je serai alors passé à côté d’un livre qui vaut vraiment la peine d’être lu ! L’illustration de la couverture par Laurian Roo, est vraiment superbe. Que ce soit les couleurs, le titre, les dessins… je trouve que cela reflète bien l’univers dans lequel on va s’embarquer, et c’est un très gros point positif pour ce livre.

  .Je ne m’attarderai pas sur le commencement de l’histoire, parce que le résumé en dévoile assez pour nous rendre curieux. Que vous dire à part que son univers est extrêmement riche en découvertes et en nouveautés. On voit l’énorme travail fournit pendant 10 ans, (information de Marc Sauer lui-même), pour créer un monde post-apocalyptique qui tient la route et dans lequel on évolue. Ce monde bien qu’ayant des similitudes avec le notre a totalement été réinventé et créé par rapport aux ravages qu’il a pu subir dans les siècles derniers. L’auteur ne l’a pas épargné… entre une 3ème Guerre Mondiale, un Déluge où l’eau a recouvert 99% de la planète Terre et des pollutions autant vous dire que cela fait réfléchir.

  .Ce qui est intéressant c’est qu’à chaque mot nouveau, à chaque véhicule nouveau, genre de musique nouvelle, maladie nouvelle, mythe nouveau, section de police ou de recherche nouvelle… tout nous est expliqué avec minutie et sérieux, pour que le lecteur ne soit pas perdu ! Et je n’ai pas été perdu. Les explications vont crescendo ce qui fait qu’on ingurgite petit à petit les informations pour les comprendre et les assimiler sans pour autant être dépassé par les évènements. Personnellement, la science-fiction me fait parfois un peu peur, surtout quand les auteurs réinventent notre monde… mais ici c’est passé comme une lettre à la poste !

  .L’histoire commence petit à petit avec des découvertes et des personnages qu’on apprend à connaitre. Puis des évènements font qu’en on rencontre d’autres et qu’on en quitte certains. Ce livre est en perpétuel renouveau dans son intrigue avec un fil conducteur tout au long de l’histoire. Marc Sauer a réussi à me rendre curieux de son histoire et de son univers créé de toute pièce. A chacune des pages tournées j’ai été avide de savoir et d’en apprendre plus sur la population, les coutumes, les conflits entre les peuples, les évènements qui ont fait pourquoi ce monde a été créé. Et ma curiosité a été satisfaite de A à Z. J’ai totalement compris les difficultés et les facilités de son univers, un annexe sur la chronologie des évènements des trois derniers siècles nous est fourni. Je pense que c’est un univers complet, réfléchie et aboutit que Marc Sauer nous livre. Je n’en suis qu’au 1er tome mais je pense que les découvertes de ce monde, ne sont pas finies et qu’il est plein de ressources pour nous surprendre encore.

  .Le seul point négatif, si ça en est un, c’est que le narrateur est omniscient et pas à la première personne. Ce qui fait qu’on ne s’attache pas forcément aux personnages. Mais pour ma part cela ne m’a pas gêné parce que sinon on n’aurait pas cette richesse de point de vue et les manières de penser des personnages qu’on découvre au long de ce roman. C’est un roman qui fait réfléchir sur notre propre planète. L’écologie y est un point central et vital, et on se rend compte que tôt ou tard la nature peut reprendre ses droits sur les dégâts que l’on peut faire subir, à notre chère Planète Bleu. J’ai appris à connaitre la culture polynésienne ainsi que ses croyances. La signification du titre du roman nous est donnée, ce que j’ai beaucoup apprécié. Marc Sauer a un style d’écriture qui se lit bien. Les phrases ne sont pas compliquées bien que parfois un peu longue, mais cela n’enlève rien à son talent d’auteur. C’est un très bon 1er tome qui pose des bases solides et où certaines questions restent en suspend. Il faudra ainsi que je me procure le 2nd volet de cette trilogie. Si vous êtes avide de science-fiction je vous recommande fortement ce roman !

.Ma note : 7,5/10 sur Livraddict.

Merci à Babelio et aux Editions du Poisson Cube pour ce partenariat !