samedi 30 mars 2013

Chronique : Les Etoiles de Noss Head - Tome 1 : Vertige de Sophie Jomain


Les Etoiles de Noss Head – Tome 1 : Vertige de Sophie Jomain. (Genre : Jeunesse, Fantastique).

Editions : Rebelle
Prix : 19€
Année de parution originale : 2012

  .Résumé : Hannah, bientôt dix-huit ans, était loin de s’imaginer que sa vie prendrait un tel tournant. Ses vacances tant redoutées à Wick vont finalement se transformer en véritable conte de fée… puis en cauchemar. Sa petite vie tranquille, ses idées bien arrêtées, ses projets… tout va changer, brutalement. Elle devra affronter l’inimaginable, faire face à ce qu’elle n’aurait jamais pensé croire un jour, car les légendes n’en sont pas toujours… Leith ne s’attendait pas non plus à Hannah. Il tombe de haut, l’Esprit a choisi : c’est elle, son âme sœur. Pourra-t-il lui cacher sa vraie nature encore longtemps ? Osera-t-il lui avouer qu’il n’est pas tout à fait humain ? Il n’a pas le choix, leur rencontre l’a mise en danger. Lui seul peut lui venir en aide.


  .J’ai enfin pu lire ce livre que je convoitais depuis un certains temps… depuis sa première sortie en fait ! L’occasion se présentant au Salon du Livre, de pouvoir voir Sophie, j’ai acheté le livre et l’ai fait dédicacer. Et je ne regrette absolument pas mon achat. La couverture de Sylvie Saint-Lager est mystérieuse et colle parfaitement avec le thème de l’histoire. Ainsi qu’avec l’ambiance qui s’en dégage, tout au long de la lecture. Même si cet ouvrage n’est pas un coup de cœur, ce fût une très bonne découverte.

  .Je ne vous parlerai pas du début de l’histoire, parce que le résumé en fait déjà assez… même trop. En tout cas il éveille notre curiosité. En ce qui concerne les personnages, Hannah est une jeune fille à laquelle on s’attache dès le début de notre lecture. Elle m’a mis du baume au cœur et m’a fait rire plus d’une fois. Leith est aussi très attachant, bien que mystérieux aux yeux d’Hannah, ce qui renforce notre curiosité à son égard. Il y a des personnages plus secondaires, mais qu’on ne peut qu’apprécier selon notre point de vue… les parents, les amis et la grand-mère d’Hannah, l’oncle et la tante de Leith ainsi que son père. On voit que Sophie Jomain, a su construire ses personnages dans le détail pour les rendre attachant à nos yeux. Que ce soit dans leurs physiques ou dans leurs caractères.

  .En ce qui concerne l’univers qu’a pu créer l’auteure, j’ai eu peur avant de me lancer. J’avais peur que ce soit du déjà vu mais en fait pas du tout… Dès les premières pages Sophie nous embarque dans son monde bien à elle. Elle a créé une mythologie de toute pièce, créant ainsi des règles, des us et coutumes, des pouvoirs et une véritable histoire fantastique à ELLE ! Et c’est ça qui rend ce roman addictif. Tout nous est très bien expliqué dans le détail, sans que cela soit superflu et j’ai beaucoup apprécié. Elle va à l’essentiel, pour que nous lecteur, on comprenne l’avancement de l’histoire et où en sont les personnages et c’est une très bonne qualité.

  .Ce que j’apprécie par-dessus tout ce sont les lieux que Sophie nous expose dans ses descriptions. Ils existent réellement, et c’est un plus énorme pour le lectorat de savoir cela. Cela nous permet d’encore mieux visualiser la ville de Wick, sa forêt, ses pentes rocheuses et bien sur le phare de Noss Head ! Les descriptions, moi qui ne suis pas fan du tout, je les ai beaucoup aimé parce que l’auteure à ce don de nous faire ingurgiter les paysages très facilement, en les décrivant simplement et de manière concise. Les sentiments d’Hannah sont aussi bien exploités, et on ressent ce qu’elle ressent inévitablement. Elle passe par toutes les émotions possibles et on en fait de même.

  .Le point négatif et j’en suis désolé d’avance, c’est la prévisibilité du roman. Alors certes, cet ouvrage est destiné aux enfants de 12ans comme Sophie Jomain me l’a gentiment expliqué, mais c’est ce qui fait que ce n’est pas un coup de cœur. J’ai tout deviné de l’histoire principale mais ça n’enlève en rien le fait que j’ai passé un agréable moment.

  .Enfin, en ce qui concerne le style d’écriture de Sophie Jomain, je le trouve excellent. Son style est fluide, ça se lit tout seul et au fur et à mesure qu’on avance dans le roman, on a envie d’aller encore plus vite ! Les chapitres ne sont pas forcément longs, ce qui permet de donner du rythme au récit. Et l’envoi des lettres d’Hannah à Sissi, donne un plus positif à l’histoire. En bref, personnages attachants, histoire originale qui ne tombe pas dans le déjà vue, style de l’auteure fluide et sentiments partagés entre le lecteur et les personnages. Je lirai à coup sur le tome 2 parce que l’épilogue de l’histoire invite forcément à la curiosité et à la découverte de cet univers qui n’a pas fini je pense, de m’épater. En tout cas, Sophie doit avoir de la ressource sous le coude ! Merci pour cette belle découverte et merci à cette auteure FRANÇAISE.

.Ma note : 7,5/10 sur Livraddict.

vendredi 29 mars 2013

*Vidéo* : In My Mailbox #4 + SDL + Photos du Salon !


Bonjour à tous,
Je vous laisse avec le In My Mailbox du mois de mars ! Il y a des acquisitions, des emprunts, des cadeaux à des concours :) Et aussi des goodies !!
J'espère que la vidéo vous plaira et que mes acquisitions aussi. Enjoy <3

Les emprunts :
- Les Yeux Jaunes des Crocodiles de Katherine Pancol
- Les Ecureils de Central Park sont Tristes le Lundi de Katherine Pancol
- La Valse Lente des Tortues de Katherine Pancol

Les achats sur internet ou en magasin :
- Unearthly de Cynthia Hand (VO)
- Birth Marked - Tome 1 : Rebelle de Caragh M. O'Brien
- Jenna Fox - Tome 2 : L'héritage Jenna Fox de Mary E. Pearson
- Wings/Ailes - Tome 1 de Aprilynne Pike

Les cadeaux :
- Les Hommes Viennent de Mars, Les Femmes Viennent de Vénus de John Gray
- L'épouvantail de Stromboni/Cotte et Ronald Hugh Morrieson

Les achats au Salon du Livre :
- Les Etoiles de Noss Head - Tome 1 : Vertige de Sophie Jomain
- Phaenix - Tome 1 : Les Cendres de L'oubli de Carina Rozenfeld
- Pour Un Tweet Avec Toi de Teresa Medeiros
- Avant Toi de Jojo Moyes

mardi 26 mars 2013

Chronique : Le Syndrome Copernic de Henri Loevenbruck


Le Syndrome Copernic de Henri Loevenbruck. (Genre : Thriller).

Editions : J’ai Lu
Prix : 8€
Année de parution originale : 2007

  .Résumé : Un matin d’été ordinaire, trois bombes explosent dans une haute tour du quartier de la Défense. Toutes les personnes qui étaient entrées dans le gratte-ciel périssent dans l’effondrement. Toutes, sauf une. Vigo Ravel, quelques minutes avant l’attentat, a entendu des voix dans sa tête qui lui ordonnaient de fuir. Et il a survécu. Il comprend alors qu’il détient un secret qui pourrait changer la face du monde. Encore faut-il en comprendre l’origine. Qui sont ces hommes qui le traquent ? Quelle énigme se cache derrière le Protocole 88 ? Il y a des mystères qui valent tous les sacrifices. Même celui de l’âme.


  .Ce livre m’a été offert par Amazon et les éditions J’ai Lu, que je remercie encore. Vous savez l’offre deux livres J’ai Lu achetés, un livre J’ai Lu offert ? Et bien Le Syndrome Copernic était un livre offert et j’ai eu de la chance de le recevoir, parce qu’on ne choisit pas le livre offert. Je serai alors passé à côté d’un thriller psychologique, avec lequel j’ai accroché du début à la fin. La couverture est vraiment bizarre mais, une fois qu’on est plongé dans la lecture, on comprend sa signification.

  .Je ne vous parlerez pas de l’histoire, parce que le résumé en fait assez je pense, pour vous donner envie. Mais on se retrouve donc dans la tête de Vigo Ravel, qui a échappé de justesse aux attentats de la Tour SEAM. Pourquoi me direz-vous ? Parce que sa schizophrénie entraine des hallucinations auditives, et c’est ça qui l’a sauvé. Le déclenchement de l’histoire se trouve ici et à partir de là, tout va commencer. Henri Loevenbruck ne nous laisse pas respirer dans son récit. Il alterne l’intrigue en elle-même avec l’histoire de Vigo, puis avec ce qu’il appelle « Les notes dans le carnet Moleskine » où on rentre plus en profondeur dans la tête de Vigo Ravel, pour connaitre ses pensées les plus sombres. Le récit est très rythmé, notre personnage principal vit une véritable course contre la montre et ne cesse de bouger dans l’histoire.

  .Ce qui est un gros point positif c’est que la narration est à la première personne. On est alors au plus proche de Vigo Ravel, de ses pensées, de ses remises en questions, de ses introspections sur lui et sur les hommes qui l’entourent. C’est un personnage qui ne cesse de se poser des questions quant à sa situation dans le monde, à sa schizophrénie et à la vie qu’il a perdu. Et nous en temps que lecteur on est forcément happé par toutes ces questions. L’écriture de l’auteur, fait qu’il nous retourne le cerveau et on doute, tout comme Vigo doute, on devient schizophrène, tout comme Vigo est schizophrène. Ses sentiments et ses faiblesses nous parviennent avec une facilité déocncertante.

  .On se rend bien compte qu’Henri Loevenbruck a fait un travail de malade sur ce roman. Il a du faire des recherches et s’être fait aider pour nous expliquer ce qu’est la schizophrénie, le syndrome Copernic. Puis tout ce qui est attrait aux neurosciences, au cerveau comme les neurones et le champ électromagnétique qu’elles dégagent. Un travail de recherche sur les souterrains de Paris ainsi que sur ses rues, sur Copernic et Galilée. Sur l’histoire des hommes et sur notre potentielle évolution. On se rend compte que notre auteur déborde d’imagination et de folie, pour nous entrainer dans un monde où les hommes sont fous et où la folie fait avancer leurs recherches.

  .Henri Loevenbruck réussi très bien à nous imprégner de l’ambiance de Paris, de ses ruelles, de ses avenues, de ses monuments. Il a réussi à me faire voyager dans notre belle capitale mais aussi à Nice, grâce à des descriptions concises mais précises, qui permettent de se rendre compte de l’atmosphère et de la conscience ou pas de notre personnage principal. Les révélations le concernant, nous poussent à vouloir en savoir davantage mais ses incessantes introspections nous font reculer.

  .Le style d’écriture de l’auteur est vraiment génial, parce qu’il arrive à nous immerger dans son personnage qu’il a créé de toute pièce. Ce que je peux reprocher, c’est que son roman est très dense et qu’il faut être concentré pour le lire. Sinon on pourrait passer à côté d’informations cruciales dans notre lecture. Ce qui m’a aussi gêné, c’est qu’il n’y a pas de chapitre à proprement parlé mais ce n’est qu’un point de détail. S’il ne fallait retenir qu’un mot pour ce roman, je choisirai le mot « espoir », parce que Vigo Ravel ne cesse de croire en lui malgré les révélations négatives qu’il fait à son encontre. Et le mot « espoir » est en parfait accord avec notre auteur… mais pour cela il vous faut acheter son livre, le lire, et lire les remerciements pour comprendre cela. En tout cas si vous voulez une lecture riche, qui vous triture les méninges et vous retourne le cerveau, ce livre est fait pour vous !

.Ma note : 8/10 sur Livraddict.