samedi 24 août 2013

Chronique : La Sélection - Tome 2 : L'élite de Kiera Cass


La Sélection – Tome 2 : L’élite de Kiera Cass. (Genre : Jeunesse, Dystopie).

Editions : Robert Laffont
Prix : 16,90€ (Lecture Commune)
Année de parution française : 2013
Année de parution originale : 2013
Titre version originale : The Elite.

  .Résumé (SPOILER SUR LE TOME 1 !) : La Sélection de trente-cinq candidates s’est réduite comme peau de chagrin, et désormais l’Elite restante n’est plus composée que de six prétendantes. L’enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu’elles sont les mieux à même de monter sur le trône d’Illea, alors que deux factions de rebelles veulent faire tomber la monarchie. Pour America Singer, demeurer au palais est encore plus compliqué : ses sentiments envers Maxon viennent se heurter à l’amour qu’elle éprouve depuis l’enfance pour Aspen, garde royal qu’elle croise tous les jours dans les galeries, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales… Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête du déclic qui changera à jamais le cours de sa vie…


  .Après avoir beaucoup aimé le tome 1 de La Sélection, j’attendais la suite avec impatience. La fin du tome 1 nous annonçait une suite prometteuse, avec une réelle compétition entre les prétendantes. Et je n’ai pas été déçu par ce second tome. Outre la couverture qui est aussi magnifique, l’histoire m’a captivé. J’avais un peu peur avec les avis mitigés, mais finalement pour ma part, cette histoire est superbement bien passée.

  .Dès le 1er  chapitre, j’ai accroché de nouveau avec l’histoire et avec la plume de l’auteure. Je me suis replongé facilement dans ce récit, sans penser une seule seconde que j’avais pu lire le tome 1 des mois auparavant ! Ce que j’ai fortement apprécié, c’est que l’auteure nous fait des rappels essentiels. Cela nous permet de ne pas être perdus en temps que lecteur, si des éventuels oublis étaient survenus. Et c’est vraiment intéressant de voir que l’auteure pense à nous.

  .Ce tome 2 est un tome de transition, puisqu’on avance peu dans La Sélection en elle-même. On est focalisé sur la psychologie d’America, sur ses ressentis et ses émotions. Et personnellement son indécision face à Aspen et Maxon ne m’a pas gêné. Je ne sais pas si c’est parce que j’étais préparé psychologiquement, alors je m’attendais à ce qu’America endosse beaucoup plus le rôle de girouette… Mais je me suis mis totalement à sa place et je l’ai compris. Comment faire si votre 1er amour était toujours après vous, et que vous tombiez amoureuse d’un autre charmant jeune homme ? Difficile à dire… America passe par toutes les émotions dans ce tome et on les ressent parfaitement bien. Indécise, douteuse, honteuse, menteuse, heureuse, câline, aimante et franche. Voilà l’étendu des sentiments que nous fait part l’auteure, et encore je ne les ai pas tous cité.

  .Dans ce roman, le gros point fort ce sont les personnages. On les déteste ou on les aime, mais il n’y a pas de demi-mesure. Ils sont bien travaillés, l’auteure joue avec leurs sentiments et leurs psychologies. De ce fait, on peut parfaitement s’y identifier comme-ci ils étaient réels. America est un personnage que j’apprécie beaucoup et qui me fait chavirer. J’aime sa franchise et sa générosité. Elle a un caractère fort et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Aspen… est un personnage que je déteste. Il est égoïste, ne pense qu’à sa relation avec America et à son rival indirect Maxon. Aspen, rien que par son parlé, j’avais envie de lui mettre des baffes. Quant à Maxon… il est mon personnage masculin préféré. Droit et sincère, je ne vois pas pourquoi America hésite encore. Il n’y a pas photo et la différence est grande. Mais les questions que se pose notre héroïne, sont légitimes et compréhensibles.

  .Ce qui m’a à la fois plus et déçu, c’est qu’on en apprend plus sur l’histoire d’Illea et sur la dictature mise en place. Mais pas assez à mon goût. L’univers dystopique qu’a créé Kiera Cass n’est pas assez décrit et expliqué au lecteur. Plus de détails aurait été vraiment intéressant et enrichissant au cours de la lecture. L’intrigue est par contre très bien menée de sa part. Le récit est rythmé, entre les rebelles, les prises de têtes, les montés de stress lors des éliminations, une scène choquante, et une fin qui fait froid dans le dos avec un personnage qu’on découvre, le Roi. Ce roman se lit à une vitesse phénoménale !

  .La plume de Kiera Cass est vraiment particulière. On sent que c’est un roman jeunesse, mais sa plume nous percute par les sentiments qui nous sont décrit. Un style d’écriture agréable à lire et assez poétique. La fin laisse penser qu’une décision a été prise et que La Sélection est loin d’être terminée. La suite promet d’être encore plus axée sur les relations entre les sélectionnées et je sens que la compétition va faire rage entre les quatre restantes. Mais j’aime ça, la compétition ! Et dans le livre, j’ai cru apercevoir un petit indice sur le titre du tome 3 en VF… j’espère ne pas me tromper. En tout cas si vous avez aimé le 1er tome, vous ne serez pas déçu.

.Ma note : 8/10 sur Livraddict.

La chronique de ma partenaire pour cette Lecture Commune : ICI.

jeudi 22 août 2013

Chronique : Charley Davidson - Tome 4 : Quatrième Tombe au Fond de Darynda Jones


Charley Davidson – Tome 4 : Quatrième Tombe au Fond de Darynda Jones. (Genre : Bit-lit).

Editions : Milady
Prix : 8,20€
Année de parution française : 2013
Année de parution originale : 2012
Titre version originale : Charley Davidson, Book 4 : Fourth Grave Beneath my Feet.

  .Résumé (SPOILER SUR LES AUTRES TOMES !) : Être Faucheuse, c’est glauque. Et détective privée, dangereux. On peut dire que je cumule. C’est pour ça que j’ai décidé de prendre un peu de temps pour moi. Rien de tel que passer quelques commandes au télé-achat pour reprendre du poil de la bête. Je ne comprends pas pourquoi Cookie en fait tout un plat ! Ce n’est pas comme si on manquait d’argent : Reyes Farrow, le très chaud fils de Satan, m’en doit plein. Cela dit, pour lui demander de régler sa dette, il faudrait que je sorte de chez moi… Mais avec un pyromane qui met le feu, littéralement, à Albuquerque, et cette femme qui a besoin de mes services parce qu’on cherche à l’assassiner, je préférerais rester en pyjama.


  .Charley Davidson n’est plus à présenter n’est-ce pas ? Avec mes avis positifs des autres tomes, je crois que j’en ai déjà converti quelques uns ! La couverture de ce 4ème tome… aïe, aïe, aïe je l’adore ! C’est ma préféré, non mais regardez moi ces jambes de rêves. Je m’en vais baver dans un coin. Trêve de plaisanterie, j’ai encore passé un excellent moment avec cette série. Le plus dur va être d’attendre la sortie du 5ème tome. Oui j’en redemande encore !

  .On retrouve ici notre héroïne, deux mois après les évènements du tome 3. Et je dois dire qu’elle est vraiment chamboulée. Elle est devenue acheteuse compulsive sur le télé-achat, achetant tout et n’importe quoi. Mais surtout on se rend compte qu’elle achète pour oublier, oublier les évènements douloureux et sordides. Dans ce tome 4, on découvre ou on redécouvre Charley et c’est ce que j’ai apprécié. Elle qui était sans peur et qui fonçait toujours tête baissée, on voit qu’elle n’est qu’une humaine et qu’elle peut être faible tout simplement. Cela la rend d’autant plus attachante à nos yeux, elle n’est pas qu’un être surnaturel, la Faucheuse, elle est aussi Charlotte tout simplement.

  .La psychologie des personnages est toujours autant travaillée par l’auteure. Même si Charley a évolué, elle n’en garde pas moins son humour et ses répliques qui la caractérisent. Les fous rires sont assurés parce que Cookie (sa meilleure amie) et Charley, c’est un duo infernal. En ce qui concerne Reyes, un peu absent au début, il est plus présent passé la moitié du roman. Mais il reste toujours assez mystérieux et fera rougir ses demoiselles. Ce que je regrette c’est que la relation Reyes-Charley n’évolue pas. On sait ce que ressent chacun pour l’autre, mais leurs caractères font qu’ils tournent en rond. Les personnages secondaires sont aussi intéressants et ils sont essentiels à l’histoire. Ils soutiennent Charley et font d’elle ce qu’elle est à la fin de ce tome 4.

  .En ce qui concerne l’univers créé par Darynda Jones. On en apprend plus dans ce tome-ci. Les pouvoirs de Charley grandissent et on découvre ce qu’elle est capable de faire. Même si tout n’est pas encore dévoilé. Les capacités de Reyes sont aussi exploitées. Dans chaque tome on en apprend plus sur les pouvoirs de chacun mais toujours pas assez à mon goût. Je déteste l’auteure juste pour ça ! Ce que j’ai apprécié, c’est qu’on va découvrir un peu plus pourquoi Charley est une Faucheuse et pourquoi elle… Mais je ne dirai rien. Ce sont des éléments qui m’ont beaucoup intéressé et qui sont vraiment déterminant pour la suite de la série.

  .L’histoire est toujours aussi bien rythmée, passant des éléments sur l’univers avec la relation Charley-Reyes, à l’enquête que notre héroïne effectue. Les deux pans de l’histoire sont très bien menés. A chaque fois que je lis un tome je me dis : « je suis tellement absorbé par ma lecture que j’en ai oublié tel ou tel côté ». En fait quand on est dans l’enquête on y est à fond et quand on est du côté de l’univers on y est à fond aussi ! Et moi je dis chapeau à l’auteure pour ça.

  .La plume de Darynda Jones se lit toujours facilement, et son histoire se dévore littéralement. Je n’ai franchement pas vue ce tome, il est passé à une allure folle. Ce que je regrette un peu c’est que l’enquête, même si elle était intéressante, n’amène rien à l’univers ou à la relation qu’ont les deux protagonistes. Il n’y a aucun lien et je trouve cela dommage. Mais par contre ce que j’apprécie, c’est que la fin donne toujours envie de lire le prochain tome. On en veut toujours plus avec cette série. Le petit plus ce sont les petites citations en début de chapitre, qui vous feront rire à coup sur. Elles reflètent parfaitement l’humour et le sarcasme de Charley. En bref, encore un super tome avec de l’humour mais une évolution sensible au niveau psychologique et surnaturel de Charley. Pour ceux qui n’ont pas encore commencé la série, qu’attendez-vous ?

.Ma note : 8/10 sur Livraddict.

dimanche 18 août 2013

Chronique : Un monde idéal où c'est la fin de J. Heska


Un monde idéal où c’est la fin de J. Heska. (Genre : Nouvelle, Science-fiction).

Editions : Editions Seconde Chance
Prix : 9,62€
Année de parution originale : 2013

  .Résumé : Bienvenue dans un monde idéal ! Un monde idéal où la civilisation telle que nous la connaissons n’existe plus. Dérèglement du temps ? Avènement de la magie ? Crise climatique irréversible ? Épidémie mondiale de mort subite ? Extra-terrestre maladroits ? Invasion de poireaux découpeurs de cervelles ? Crise de déprime globale ? Robots hors de contrôle ? Zombies entreprenants ? Découvrez 100 histoires drôles, émouvantes, tragiques ou absurdes qui mènent à notre perte ! Un livre parfait pour un petit moment de détente égoïste, dans le bus, à la pause déjeuner, le soir avant de se coucher ou à la plage !


  .Après avoir été contacté par l’attachée de presse des éditions Seconde Chance, il me tardait vraiment de découvrir toutes ces nouvelles. La curiosité l’a emporté, quand j’ai vu les bonnes chroniques ressortir. Et je dois dire que j’ai été agréablement surpris par cette lecture. J’ai passé un super moment. Lecture qui m’a fait rire et qui m’a éloigné de mon quotidien.

  .Je dois reconnaître que c’est mon 1er recueil de nouvelles que je lis. Et j’ai été vraiment enchanté de découvrir toutes ces histoires dont l’originalité et l’authenticité ne font aucun doute. L’auteur a su me rendre curieux de ces nouvelles, aux titres prometteurs et par la folie de ses histoires. Parce qu’il faut bien le reconnaître, se faire attaquer par des poireaux découpeurs de cervelles… c’est vraiment fou ! Le fil conducteur de ces histoires est simple, J. Heska propose un « monde idéal », où une part de notre quotidien est transformé. Et où ces scénarios apocalyptiques (dont on a tous déjà pensé qu’ils pourraient se réaliser) sont brillamment menés par des récits courts.

  .Ce qui est aussi positif, c’est qu’on sent derrière toutes ces nouvelles une recherche des thèmes de la part de l’auteur. On peut passer d’une histoire sur les voyages temporels, à une histoire sur la spéculation économique ou sur les jeux de simulation. Et ce que j’ai trouvé fort, c’est qu’il fait table rase de tous les sujets possibles et inimaginables. On voit vraiment que notre auteur est cultivé sur tout et qu’il s’intéresse à tout. Il évoque des sujets auxquels je n’aurai surement pas du tout pensé. Comme par exemple un récit où les humains sont des animaux enfermés dans un zoo… Vous pensez vraiment que ça pourrait nous arriver ?

  .Ce que j’ai apprécié c’est que pour la plupart de ses nouvelles, l’auteur nous amène sur une piste et on se dit : « oui c’est bon j’ai compris l’histoire ». Jusqu’à la chute du récit où on peut être totalement surpris, par la tournure que cela peut prendre. Je pense que ce qui intéressera le lecteur, ce sont les références culturelles qu’il pourra y trouver (la matrice dans le film Matrix, les vampires, les crises économiques, les astéroïdes, Dieu…)

 .Par contre je dois relever deux points qui m’ont dérangé. Le 1er point négatif c’est qu’il y a certaines nouvelles que je n’ai pas compris. Alors je ne sais pas pourquoi, peut être que le sujet ne m’était pas familier alors du coup je suis passé à côté. Mais parfois quand la chute arrivait, je me disais : « oui, et alors ? » L’autre point négatif, c’est que les personnages ne peuvent pas être travaillés autant qu’ils le seraient dans un bon vrai roman de 450 pages. Il est vrai que pour ma part les personnages sont une part importante au récit et ici, je n’ai pas pu m’y attacher. Mais comme ce sont des nouvelles c’est en partie normal. Je voulais juste éclaircir un point personnel.

  .Pour finir je dirai que la plume de J. Heska est fluide et se lit parfaitement bien. Toutes ces nouvelles se lisent à une allure folle et le fait qu’elles soient courtes, incite le lecteur à avancer pour explorer d’autres sujets. En tout cas, j’ai passé un super moment de lecture. Une lecture détente, idéal pour l’été et qui m’a fait bien rire. C’est un livre qui peut se prendre, se poser. On peut lire un autre livre entre temps et alterner avec trois ou quatre nouvelles. C’est un livre où on ne se prend pas la tête, même s’il nous fait réfléchir à notre propre fin du monde, une fin du monde qui ne sera peut être pas si idéale que ça après tout…

.Ma note : 7/10 sur Livraddict.

Merci aux éditions Seconde Chance et à Isabelle pour ce partenariat !