samedi 19 octobre 2013

Chronique : Insaisissable - Tome 1 : Ne Me Touche Pas de Tahereh Mafi


Insaisissable – Tome 1 : Ne me touche pas de Tahereh Mafi. (Genre : Jeunesse, Science-fiction).

Editions : Michel Lafon
Prix : 16,95€
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2011
Titre version originale : Shatter Me, Book 1.

  .Résumé : « Ne me touche pas », je lui murmure. Je mens mais ne lui dis pas. J’aimerai qu’il me touche mais ne lui dirai jamais. Des choses arrivent quand on me touche. Des choses étranges. De mauvaises choses. Des choses mortelles. Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse à cause d’un accident. Un crime. 264 jours sans parler, ni toucher personne. Jusqu’au moment où un gardien vient partager sa cellule. Derrière sa nouvelle apparence, elle le reconnait : c’est Adam, celui qu’elle aime en secret depuis toujours…


  .LIVRE COUP DE CŒUR ! Un livre dont la couverture est juste sublimissime ! Les couleurs, l’écriture, le design tout est fait pour attirer l’œil et ça a marché sur moi. Ensuite le résumé est intriguant, au point de vouloir en savoir plus sur cette histoire un peu mystérieuse et sur le personnage de Juliette, auquel j’avais hâte de me confronter. Cette dystopie a entièrement fonctionné avec mon imagination et c’est pour cette raison que « Insaisissable » est un méga, giga, ultra, super coup de cœur.

  .Juliette et Adam sont des personnages attachants qu’on apprend à connaitre tout au long du roman. Juliette est une jeune fille enfermée depuis 264 jours, dans une prison où seule une fenêtre laisse transparaitre de la lumière. Et puis arrive Adam, un jeune homme qui au départ est difficile à cerner à cause du contexte de la rencontre. Dès le début, on est obligé de se poser des questions sur Juliette et sur Adam. Juliette est-elle vraiment un monstre ? Son pouvoir est-il un don ou une malédiction ? Adam est-il lui aussi fou parce qu’il a rejoint la cellule de Juliette ? Possède-t-il lui aussi un pouvoir ?

  .Tahereh Mafi exploite un univers qui nous assaille de questions existentielles et nous pique dans notre curiosité. Ce qui fait que les pages se tournent à une allure folle pour en connaitre davantage sur les personnages. Juliette va connaitre une véritable évolution au fil du roman. Au départ, craintive, chétive, timide, elle va peu à peu s’affirmer grâce aux évènements auxquels elle va être confrontée avec Adam. C’est un personnage qui a été creusé par l’auteure parce qu’elle ne cesse de nous intriguer. Ses pouvoirs, ses capacités, son mentale, son physique, son caractère tout en elle pousse à la curiosité. Adam quant à lui ne va pas beaucoup évoluer mais comme on le voit à travers Juliette, on se fiera à ses impressions et à son instinct pour le juger. L’auteure a parfaitement creusé son histoire avec la relation de Juliette et Adam. Un passé commun et presque similaire mais pour des raisons différentes, c’est en quelque sorte une relation énigmatique mais bien exploitée.

  .Le personnage de Warner est aussi bien construit et on ne peut que se poser des questions sur ses intentions envers Juliette. Il ne la veut que pour lui par rapport à son pouvoir, mais on ne sait pas dans quel but ! C’est encore un coup fort pour Tahereh Mafi qui dans chaque personnage, amène une part de curiosité qui le distingue, et qui nous pousse à lire le roman pour en apprendre plus. D’autres personnages seront mis en avant, même s’ils deviendront je pense, plus principaux dans le prochain tome, mais c’est à chaque fois notre curiosité qui est titillée comme jamais.

  .Ce qui est génial c’est que le résumé représente les 15 premières pages du livre ce qui fait qu’on rentre directement dans l’action et dans le vif du sujet. C’est ce que j’apprécie, on plante le décor et l’intrigue commence. Le monde apocalyptique qu’a réussi à créer l’auteure est juste horrible et ce qui est fou, c’est que cela nous fait réfléchir sur notre propre monde. L’utilisation des figures de style, des métaphores, liées à la description et aux sentiments de Juliette rendent le tout très intéressant, puissant et original. Les descriptions sont très bien dosées et on ne cesse de s’émerveiller devant ce monde qu’on n’espère pas encore perdu. La plume de Tahereh Mafi est juste géniale, les émotions me sont parvenues à chaque fois, et j’adore quand ma vitesse de lecture s’accélère lorsque les émotions fortes prennent le dessus. C’est un signe positif qui rend le roman encore plus pertinent et fabuleux. J’ai tellement ressenti de choses, que des frissons, j’en ai eu un paquet pendant cette lecture et aussi à la fin. Le style de l’auteure est juste phénoménal et elle arrive à nous rendre accro de son univers. J’ai beau essayer de trouver des points négatifs mais je n’y arrive pas… Même quand l’auteure nous fait parvenir ce que pense vraiment Juliette, ses pensées les plus noires en barrant l’écriture, ça ne m’a pas déranger, c’est ce qui pousse à la connaitre davantage.

  .J’ai tout aimé dans ce roman. Que ce soit les personnages, l’univers dystopique, les pouvoirs de Juliette, l’apprentissage de l’autre, le passé des personnages, l’incrédulité de Warner, les personnages secondaires, les révélations faites et très bien amenées par l’auteure, la renaissance et l’évolution de Juliette, la sensibilité d’Adam et je pourrais en dire bien encore. Donc si je n’ai pas réussi à vous convaincre de lire ce roman c’est que j’ai mal fait mon travail ! La fin est aussi géniale et nous laisse penser une suite qui va tout déchirer ! En tout cas quelque chose d’encore plus prometteur. L’univers va encore être plus exploité et j’aime ça, parce que quitter Juliette m’a fait un pincement au cœur. En tout cas je vous le recommande vivement si vous êtes avide de monde imaginaire ou de dystopie. Vite que le tome 2 sorte !!!

.Ma note : 8,5/10 sur Livraddict.

Chronique : Big Easy de Ruta Sepetys


Big Easy de Ruta Sepetys. (Genre : Jeunesse, Historique).

Editions : Gallimard Jeunesse
Prix : 16,50€ (Partenariat)
Année de parution française : 2013
Année de parution originale : 2013
Titre version originale : Out Of The Easy.

  .Résumé : Années 50, à la Nouvelle-Orléans. Josie Moraine, dix-sept ans, n’a pas tiré le gros lot. Fille d’une prostituée qui n’a rien d’une mère attentionnée, elle a grandit dans une maison close du Quartier français, celui de la mafia, des affaires louches et des gens sans avenir. Pourtant, Josie a un rêve : quitter cette ville, surnommée The Big Easy et pourtant si peu easy, pour entrer à Smith, prestigieuse université du Massachusetts. Impliquée dans une histoire de meurtre, dépouillée par sa mère et endettée, tout pousse la jeune fille à suivre, elle aussi, la voie de l’argent facile. Mais Jo vaut beaucoup mieux que cela… et ceux qui l’aiment le savent bien.


 .Je tiens à remercier les éditions Gallimard Jeunesse pour ce troisième partenariat. Je connaissais l’auteur de nom, parce que je n’avais pas eu l’occasion de lire « Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre ». Mais beaucoup d’avis positifs ressortaient de ce bouquin. C’est donc avec beaucoup de joie et d’entrain que je me suis lancé dans la lecture de Big Easy. Outre la couverture magnifique et le résumé alléchant. J’ai été un peu déçu de ma lecture, bien qu’ayant passé un bon moment dans l’ensemble.

  .Dès le début du roman le ton est donné par l’auteure : « Ma mère est prostituée ». On sait alors que Ruta Sepetys va aborder des thèmes importants qui ont touché les années 50 à la Nouvelle Orléans. Mais avec ce 1er chapitre, on découvre aussi notre personnage principale 10 ans avant l’intrigue même du roman. On se rend compte par nous même, que son histoire va être difficile et semée d’embûches. Josie, depuis sont enfance a une relation très particulière avec sa mère, Louise. Au fond, il y a la relation intime, dans la vie de tous les jours et celle aux yeux du grand public. La 1ère étant horrible à supporter pour Josie, alors que la 2nde est horrible à supporter pour Louise qui se doit de faire bonne figure dans la société. Mais je vous laisse découvrir par vous-même pourquoi…

  .Josie est un personnage qui m’a beaucoup plu, même si j’ai mis un certain temps à m’y attacher. C’est une jeune fille en retenu sur ses sentiments, sur ses pensées, sur ses rêves. Elle ne connaît pas son père, haït sa mère, fait le ménage dans un Bordel tenue par Willie et travaille dans une librairie. Même si sa situation est dure, elle croit en ses rêves d’université et de mondanité. Pour moi Ruta Sepetys a très bien travaillé ses personnages principaux. Que ce soit Patrick, Willie, Cokie, Louise, Jesse, Mr Lockwell et bien d’autres. Les personnages sont un élément clef de son récit parce qu’ils reflètent la société des années 50. Société et surtout quartier français où tout le monde voit tout, où tout se sait et où tout le monde vous espionne. Personnages ayant tous un caractère propre, aucun ne se ressemblent et c’est ce qui fait le charme de ce petit récit. L’auteure a su mettre en avant l’originalité des personnages et les différences qu’ils peuvent avoir pour obtenir un joli panache d’étincelles.

  .Ce que je regrette un peu, c’est qu’il ne se passe rien de significatif pendant presque tout le roman. Le résumé en dévoile trop… Certes il se passe quelque chose par-ci, quelque chose par-là mais rien de très fou et farfelu, rien qui ne soit exploité à 100% pour ma part. Le côté mafia aurait peut être du plus ressortir du roman, cela aurait amené plus de punch et d’énergie. Je ne sais pas, les conflits avec la police, les secrets, les disputes entre les personnes… tout aurait pu être davantage mis en scène pour que le roman soit plus tonique et moins en surface. Parce que oui, Ruta Sepetys nous dépeint à merveille la Nouvelle Orléans dans les années 50, mais j’en aurais aimé plus. Rien que le côté inégalité entre le quartier français pauvre et le quartier mondain. Peut être s’attarder sur des détails plus significatifs et ne pas tout survoler comme cela a été fait.

  .Le gros point fort de Ruta Sepetys, en plus de ses personnages, c’est son style d’écriture. Elle a cette plume spéciale et authentique qui se lit super bien. On voit qu’elle prend le temps de choisir ses mots, ses phrases. Elle alterne parfaitement bien les phases de descriptions et de dialogues. Et puis on ressent que derrière son écriture, il y a eu tout un travail de recherche (qui sera confirmé dans les remerciements). Des petites références culinaires, un acteur vivant dans les fifties… mais surtout les thèmes. Même s’ils sont loin d’être exploités profondément, elle soulève les points importants de cette société. Mafia, prostitution, inégalités, cambriolages, les « on dit », l’apparence etc.

  .La fin m’a beaucoup plu et je me suis dit « pourquoi n’ai-je pas été touché comme ça tout au long du roman ? » Pourquoi toutes ces émotions n’ont pas été mises à profit ? Peut être parce que Josie est une personne réservée, même si elle ressent des choses fortes. Mais ces émotions sont venues d’un autre personnage qui m’a de suite plu, et qui m’a touché à la fin par ses mots et par sa façon de pensée. Le petit plus peut être aurait été un chouia plus de romance, mais ce n’est que mon avis. En tout cas je vous recommande ce livre. Mais ne vous attendez-pas à être dans l’action constante. Ce livre est un livre d’apprentissage des fifties au travers de la vie de Josie Moraine, jeune fille de 17 ans que la vie n’épargnera pas.

.Ma note : 7/10 sur Livraddict.

Merci aux éditions Gallimard Jeunesse pour ce partenariat !


jeudi 17 octobre 2013

*Vidéo* : Autumn Book TAG


Bonjour à tous,

Un petit TAG qui m'avait été demandé par une de mes abonnés ! Je le trouve très sympa et il vous permet d'en apprendre encore davantage sur moi... je pense que vous allez rire ^^ Bon visionnage les amis !

Enjoy <3

Les questions du TAG :
1) Quelle est la chose que tu préfères à l'automne ?
2) Quel est le livre dans ta bibliothèque qui te rappelle que tu vas aller à l'école ?
3) Trouves un livre dans ta bibliothèque qui soit lié à l'automne par sa couverture
4) Quelle est ton histoire d'horreur/Halloween favorite ?
5) Quel est ton film d'horreur préféré ?
6) Quel est le livre que tu as le plus hâte de lire cet automne ?
7) Quelle sortie de film attends-tu le plus cet automne ?
8) Montres les trois livres que tu penses réussir à lire cet automne ?

mercredi 16 octobre 2013

Chronique : Le Livre de Saskia - Tome 3 : Enkidare de Marie Pavlenko


Le Livre de Saskia – Tome 3 : Enkidare de Marie Pavlenko. (Genre : Fantastique, Jeunesse).

Editions : Scrineo Jeunesse
Prix : 16,90€ (Partenariat)
Année de parution originale : 2013

  .Résumé : Après l’attaque du Nid, c’est la débâcle. Obligée de se réfugier à Arion, Saskia héberge les survivants. Mais Tod est gravement blessé, et de nouvelles attaques fragilisent le petit groupe. Saskia ne peut plus reculer : il lui faut trouver le Surclan, et éclaircir le mystère du Cercle des cent. Elle part donc à la recherche de ses ennemis, sans rien soupçonner, ni de leur puissance, ni de leurs effrayants secrets…


 .LIVRE COUP DE CŒUR ! Je voudrais déjà remercier Babelio et les éditions Scrineo Jeunesse pour ce partenariat. Cette trilogie, je l’affectionne tout particulièrement et d’avoir pu recevoir ce livre avant sa sortie, c’est un immense honneur et une immense joie. Même si la couverture n’est pas à mon goût, elle reflète un moment de l’histoire et depuis je ne cesse de la regarder. En tout cas, les dessins des personnages sont très bien réalisés et Saskia est juste magnifique ! Avant de commencer le bouquin, j’avais peur et j’avais des appréhensions quant au contenu du récit. Peur que ce tome là ne clôture pas correctement cette trilogie et qu’il ne me plaise pas. Mais c’est sans compter sur le génie et sur l’imagination de Marie Pavlenko, que ce dernier tome est explosif.

  .Ce que je tiens à dire, c’est que Marie Pavlenko a eu la talentueuse idée de nous remémorer les éléments principaux des deux premiers tomes. C’est une chose que j’ai apprécié, parce que cela m’a permis de me remémorer les points clefs de l’histoire. Chose aussi importante, elle a listé les personnages principaux avec leurs liens et leurs dons de telle sorte qu’on ne soit pas perdu au moment de la lecture. Et enfin, l’auteure a ajouté à la fin du livre un glossaire sur les mots de son univers avec les définitions. Ce sont peut être des éléments bêtes, mais le fait est, qu’y penser apporte un plus et je me devais de le souligner.

  .C’est un 3ème tome très rythmé que nous offre l’auteure. En effet, elle va jouer sur le rythme en alternant de l’action pure et dure c'est-à-dire des combats et des attaques ennemis. Mais aussi dans le fait que nos personnages ne restent jamais au même endroit. Saskia et ses amis vont voyager et aller en Jordanie, au Vietnam et en Islande. Et puis le rythme est soutenu par rapport aux révélations que met en place l’auteure. Croyez-moi, il y en a un paquet concernant certains personnages, les dons des Enkidars, sa mythologie et l’histoire originelle du peuple du ciel… C’est un tome riche en tout ce qu’on pouvait attendre d’un tome final. Mais attention tout est bien ficelé et tout est bien organisé pour que le récit soit addictif.

  .Les personnages sont toujours autant attachants. Saskia est mon personnage féminin préférée, on a pu voir son évolution spectaculaire au fil des tomes et être à ses côtés. Elle est plus persévérante, courageuse, ambitieuse, curieuse, même si au fond d’elle-même, son amour pour Tod la rend parfois inattentive et désorienté. Tod, Yselda, Niels et quelques autres personnages sont aussi très sympas à suivre. Ce sont des personnages importants pour l’histoire, qu’on a appris à connaitre et qui portent Saskia dans le récit. On va faire la connaissance de deux nouveaux personnages, en relation avec Saskia qui m’ont beaucoup plu et que j’ai apprécié découvrir. Dans cette histoire les personnages sont un point clef, que Marie Pavlenko n’a pas mis de côté, alors chapeau !

  .Dans ce troisième tome, avec les révélations sur son univers, l’auteure nous confirme à quel point il est riche et ambitieux. On sent le travail de recherche, l’implication dans son histoire. En finissant le livre je me suis demandé comment elle avait pu mettre au point un univers aussi passionnant et aussi bien ficelé. La révélation sur le commencement, celle qui nous apprend tout, m’a beaucoup plu. Elle nous apprend le pourquoi du comment sur la prophétie, sur la double nature, sur l’animosité entre les Faucheurs et les Gardiens et surtout qu’est ce que le Surclan et le Cercle des cent.

  .Mais ce que j’aime par-dessus tout dans cette histoire et chez Marie Pavlenko c’est sa plume. Sa plume, son style narratif, est juste magique. Cette auteure a la faculté de nous embarquer dans son univers, de telle sorte que quand on lit, tout autour de nous plus rien n’existe. On est plongé dans le récit avec une facilité déconcertante, on se croirait dans l’histoire, au cœur des batailles et des conflits. On prend facilement partie pour tel ou tel clan, on se sent impliqué dans l’histoire. Les descriptions des lieux sont vraiment superbes. On voit que Marie est allée sur le terrain parce qu’elle nous décrit des choses vraiment magnifiques. Les sentiments des personnages sont superbement bien retranscrits. Avec Saskia j’ai failli verser ma larme au moins trois fois. Et puis durant le récit j’ai eu une ribambelle de frissons que seule la plume de Marie Pavlenko peut m’apporter.

  .Avec Saskia je suis conquis. En quittant et en refermant ce 3ème et ultime tome j’ai tout compris. Tout compris sur l’univers, sur les facultés de Saskia, sur les dons, sur la mythologie originelle et je n’ai pas de questions en suspend. Marie Pavlenko a su parfaitement faire son travail d’auteure, de telle sorte qu’au début du récit je me posais énormément de questions. Et à la dernière ligne, mes questions avaient disparues parce qu’elle avait pris le temps de réfléchir à tous les aspects de son histoire, pour que les questions s’évanouissent dans la tête de son lecteur. Pourquoi ne pas attribuer un 10/10 me direz-vous ? Parce que je n’ai pas compris le prologue, le lien qu’il pouvait avoir avec l’histoire. Un prologue a généralement un but mais je n’ai pas su le mettre à jour.

  .Je ne peux que vous recommander cette saga si vous ne l’avez pas commencé. Et je ne peux que vous inciter à lire ce tome 3 parce qu’il est juste superbe, explosif et on en voudrait encore plus tout simplement. Marie je n’aurai qu’une chose à vous dire : « Quel le ciel vous porte loin ! »

.Ma note : 9,5/10 sur Livraddict.

Merci à Babelio, aux éditions Srineo Jeunesse et à Marie Pavlenko pour ce partenariat !