mercredi 15 octobre 2014

Chronique : Boys Out ! de Rawia Arroum


Boys Out ! de Rawia Arroum. (Genre : Science-fiction, Jeunesse).

Editons : Hachette
Prix : 16€ (Partenariat)
Année de parution originale : 2014 (Sortie le 8 octobre)

  .Résumé : Dans le monde de Lyra, les hommes sont des fugitifs. Les hommes sont des proies qu’il faut éliminer. Ils n’ont qu’une utilité : la procréation. Une fois cette unique tâche accomplie, ils sont exécutés. Lyra s’entraîne dur pour être un des meilleurs éléments de cette société d’amazones. Jusqu’au jour où c’est à son tour d’être en contact avec un garçon…


  .LIVRE COUP DE CŒUR ! Voilà un roman qui me tentait, depuis qu’il est le coup de cœur des internautes dans le Tremplin Black Moon. J’avais envie de le découvrir, notamment grâce à son univers original. C’est certes la mode des dystopies, mais ici, le thème abordé est différent. Ma curiosité a donc été piquée et j’en suis ravi. La couverture est très jolie, le résumé m’a intrigué. Et je dois dire que j’ai été totalement surpris par ce roman parce qu’à part la trame de fond, je ne m’attendais pas à grand-chose. J’ai donc passé un excellent moment de lecture.

  .Dès le début, l’auteure nous plonge dans une scène d’action et nous explique les aspects de sa dystopie. On rentre directement dans le vif du sujet et c’est ce qui est intéressant. Pas de perte de temps, Rawia Arroum nous pose ses bases concernant ses personnages, les règles de son univers. Un début qui m’a beaucoup plu, qui est accrocheur et qui donne forcément envie de connaître la suite.

  .Pour les personnages, je les ai trouvés vraiment sympathiques à suivre. Lyra, notre personnage principal, est très attachante. C’est au fil de l’histoire qu’on va avoir de l’empathie pour elle. En effet, elle va évoluer d’une manière spectaculaire quand elle va se rendre compte des aspects de sa société. Elle devient alors plus humaine. Loan, on s’en méfie, tout comme Lyra le fait. On est nous-mêmes embrigadés par les ficelles de ce monde alors on est sur nos gardes. Mais ce personnage masculin est très intéressant parce qu’il est le déclencheur de tellement de choses. Vient ensuite les personnages plus secondaires que j’ai aussi apprécié. La famille de Lyra et son amie. Des personnages qui sont donc très bien travaillés, je regrette cependant de ne pas en connaître davantage sur leur passé (oui je suis exigeant ^^).

  .Le rythme est exceptionnel et le livre en devient prenant à souhait. Les chapitres sont courts, l’auteure alterne parfaitement entre, la narration pour nous raconter comment son univers a été créé, et les dialogues. J’ai cependant senti une petite baisse de régime vers le milieu mais c’est pour repartir de plus belle. Lyra n’arrête pas de bouger, elle va se remettre en question sans cesse et on est pris par ses tourments et ses problèmes. L’histoire d’amour qui va se développer entre Lyra et Loan est tellement folle que ça la rend plus belle. On ne tombe pas dans le cliché « je te vois, je t’aime », l’auteure prend son temps.

  .L’univers est ce qui m’a le plus subjugué. Etant un garçon j’ai trouvé ce monde particulièrement avant-gardiste et féministe mais au final, ce sont ces côtés qui m’ont énormément plu. L’histoire de la prise de pouvoir par les femmes nous est relatée et ça tient la route. Tout leur système est expliqué, que ce soit les emplois, les manières de se vêtir, les règles et les interdits. C’est un monde qui m’a beaucoup touché par son originalité et par la prise de risque qu’à pris l’auteure. En tout cas, sa dystopie aura eu le mérite d’être originale. Même si certains points du début m’ont « choqué », notamment par le détritus que peut être l’homme, je tire mon chapeau parce que c’est un univers qui regorge de ressources et de surprises.

  .Là où l’auteure va encore plus loin, c’est qu’elle m’a permis de me rendre compte à quel point les femmes et les hommes sont interdépendants. Même si les femmes ont pris le pouvoir, Lyra se pose des questions essentielles. C’est un univers qui laisse transparaître des messages forts qui peuvent se retrouver dans notre société. On parle du viol, on parle de procréation, de femmes battues et ce que j’ai relevé de plus important c’est qu’il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. Et je crois que Loan en est la parfaite illustration.

  .Enfin la plume de l’auteure fait de ce roman quelque chose d’addictif. Elle est simple mais efficace (comme j’ai coutume de le dire). Ce roman est un page turner assuré. A chaque fois que vous finissez un chapitre vous allez avoir envie d’en lire un autre. Et puis les 100 dernières pages sont purement addictives. On arrive trop vite à la fin et quelle fin. Mon dieu comment Rawia Arroum peut être aussi cruelle avec ses lecteurs ? Comment peut-elle nous laisser dans une telle situation ? La fin m’a achevé et franchement Rawia, j’espère que vous ferez une suite parce que j’ai encore plein de questions en tête ! Je vais m’arrêter là, mais foncez sur ce roman qui vous surprendra par son originalité et ses surprises !

.Ma note : 9/10

Merci à Matéïa et aux éditions Hachette – Black Moon pour ce partenariat !

lundi 13 octobre 2014

Chronique : Le jour où le diable m'a trouvée - Tome 2 : Quand j'ai voulu revoir le diable d'April Genevieve Tucholke


Le jour où le diable m’a trouvée – Tome 2 : Quand j’ai voulu revoir le diable d’April Genevieve Tucholke. (Genre : Jeunesse).

Editions : Hachette
Prix : 16€ (Partenariat)
Année de parution française : 2014
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : Between, Book 2 : Between the spark and the burn.

  .Résumé : Inn’s End, village maudit au cœur des Appalaches. Lieu rongé par les rumeurs et la menace d’un garçon aux cheveux de feu qui volerait leurs rêves aux jeunes filles. Cet être démoniaque porte un nom : Brodie. Ce monstre qui sème la folie sur son passage a un frère : River. River, ce beau brun mystérieux, dont le souvenir obsède Violet, à tel point que la jeune fille est prête à se lancer dans une traque infernale, prête à affronter l’un pour mieux retrouver l’autre… Tout ne sera qu’angoisse, mensonge et sang, jusqu’à ce que Violet revoie le Diable…


  .Quand j’ai reçu de la part des éditions Hachette – Black Moon j’ai été vraiment ravie. Je n’avais pas forcément accroché au tome 1 notamment par la lenteur du roman et par l’héroïne exaspérante… Je m’étais dit que le tome 2 pouvait relever la barre puisque c’est un diptyque. Mais non ça a été tout le contraire. Bien que la couverture soit magnifique et que le résumé donne envie de plonger dans le récit, j’ai été très déçu. C’est la première fois qu’une chronique va être autant négative. Mais je me dois d’être sincère.

  .Pourtant le livre commençait bien. L’auteure nous rappelle les faits importants du tome 1 et même si j’ai été perdu par l’abondance de personnages, je m’y suis vite retrouvé. On est directement plongé dans les tourments de Violet et dans ce qu’elle espère dans le futur. Et très vite, on va se retrouver sur la route à la recherche de River. Mais ça s’arrête là, parce que tout du long, je me suis ennuyé. Je me suis demandé quand on allait avoir des révélations ou de l’action et ça n’est jamais arrivé.

  .Les personnages ne m’ont pas spécialement plu et aucun ne s’est détaché plus qu’un autre. Violet, River, Neely, Luke, Canto, Brodie ou encore Sunshine m’ont paru d’une fadeur incroyable. Ce sont des personnages qui ne sont pas assez travaillés. On ne connaît pas leur passé, leur ressenti et l’auteure ne va pas en profondeur les concernant. Ils sont là, mènent l’histoire mais ne sont pas plus intéressant que ça. Violet m’a agacé à certains moments par ses choix puérils et par sa pseudo conscience amoureuse. Depuis le tome 1, je ne crois pas à son histoire d’amour et ce tome 2 ne m’a pas conforté en ce sens. Bref, tout est là mais rien n’est approfondi correctement et c’est dommage.

  .Le rythme est assez en dent de scie. Certes les personnages bougent tout le temps et les chapitres sont assez courts mais ça s’arrête là. Pas d’action à proprement parlé, pas de révélations ou de retournements de situation. La seule chose qui aurait pu être exceptionnelle ne l’est pas parce qu’on le voit poindre à des kilomètres. C’est plat, monotone, la plume de l’auteure fait que par moment on peut avoir des angoisses et des peurs mais c’est tout. Pour tout vous dire je suis assez frustré d’être ressorti déçu de ce roman, parce qu’il y a un potentiel énorme.

  .En ce qui concerne l’univers, je vais peut-être me répéter mais ce n’est pas exploité à fond. Rien n’est expliqué, tout est bâclé et mis de côté. Le côté diabolique des frères n’est pas mis en avant tout comme leurs capacités démoniaques. Ils se passent des choses sans qu’on en comprenne le sens. A travers Violet, l’auteure aurait bien pu décrire ce qu’elle ressent lors de l’embrasement ou autre. Peut-être aurait-elle dû également alterner des chapitres avec un des frères Redding ? Why not ? Mais c’est un univers qui aurait davantage gagné à être connu s’il avait été davantage poussé.

  .Le point fort du roman et le seul en ce qui me concerne, c’est la plume et le style d’écriture d’April Genevieve Tucholke. Même si son style est assez descriptif, les tournures de phrases sont très jolies. Elle pose une ambiance oppressante et parfois glauque. Ses mots chantent, c’est limite poétique et j’ai adoré ça. Pour la fin et bien… tout ça pour ça j’ai envie de dire. Ce n’est pas une fin pour ma part. Elle est affreusement ouverte sans que le point final soit vraiment apposé. J’ai encore plein de questions et c’est une fin qui m’apparaît bâclé en y repensant.

  .Vous l’aurez compris, ce tome 2 est une grosse déception. Je n’ai pas mâché mes mots mais la sincérité doit être de rigueur. Je ne vous conseillerai pas forcément ce diptyque mais après ce n’est que mon avis. Je pense que les éditions Hachette ont publié d’autres bouquins qui sont plus à la hauteur de leur renommé. Je serai par contre tenté de lire un autre de livre de l’auteure, parce que sa plume est vraiment exceptionnelle !

.Ma note : 5/10

Merci à Matéïa et aux éditions Hachette –Black Moon pour ce partenariat !