samedi 28 mars 2015

Chronique : Pour toujours. A jamais - Tome 1 : Ce qu'il reste de nous de Charles Delelis


Pour toujours. A Jamais – Tome 1 : Ce qu’il reste de nous de Charles Delelis. (Genre : Fantastique).

Editions : Baudelaire
Prix : 16,50€ (Partenariat)
Année de parution originale : 2014

  .Résumé : Après la mort accidentelle de sa femme, William Becker, un jeune professeur de philosophie, se voit contraint de poursuivre sa vie sans elle. Face à cette dure réalité, il sombre peu à peu dans un océan de désespoir. Parallèlement, sa femme Elena se réveille dans un monde luminescent où l’accueille Jim, son guide de l’au-delà. Ensemble, ils découvrent les lois et les fondements de cet univers régi par les Arcalis. Mais bien qu’elle ne fasse plus partie des vivants, Elena ne peut se résoudre à laisser son époux et tente par tous les moyens de le sauver de son tourment. Leur lien traversera-t-il la frontière de ces deux mondes opposés ? Tiendront-ils leur promesse autrefois scellée par un serment sacré ? Dans la vie, comme dans la mort : pour toujours, à jamais…


  .Premier partenariat avec les éditions Baudelaire et première belle découverte. Je les remercie au passage pour leur confiance. C’est le livre qui m’a le plus tenté de part sa couverture et par son résumé. Et puis, découvrir un auteur français ça me fait toujours plaisir. Les privilégier est quelque chose que je prends beaucoup à cœur. Couverture attirante et qui reflète bien le contenu du roman. Je n’avais pas du lire le résumé en entier parce que je ne m’attendais pas du tout à lire une telle histoire. En tout cas j’ai passé un très bon moment.

  .Le prologue est accrocheur. On découvre cet homme qui reprend l’enseignement à la fac après un évènement qu’on suppose tragique. Je me suis bien sur, pris d’empathie pour ce gars un peu perdu. Je m’étais dit que si on le suivait le long du bouquin, ça allait être top mais ce n’est pas le cas. Le 1er chapitre m’a un peu bousculé. Je pense que donner des indications dans la temporalité aurait aidé le lecteur à mieux comprendre par où l’auteur commence. Même si le schéma se répète à chaque chapitre, le lecteur n’aurait pas été un peu perdu. Un bon début avec des bémols.

  .Les personnages sont très intéressants. Elena et William forment un couple unis plus que de raison. Ces deux là sont tellement lumineux ensemble que les voir se déchirer fait mal au cœur. William c’est le gars sensible qui ne le montre pas. Le gars qui tombe amoureux sans même savoir ce que cela signifie quand on est gosse. Le gars qui donnerait tout pour sa femme à en mourir. Le gars qui quoi qu’un peu têtu fait son mea culpa quand il sent que c’est nécessaire. Un très bon personnage selon moi. Elana, c’est la nana sur qui l’amour lui est tombé par hasard. La nana qui est fou amoureuse de William. La nana qui cherche des solutions pour son couple malgré un mari borné à ne pas voir les problèmes. Les deux forment une alchimie qui a fait battre mon petit cœur. D’autres personnages interviennent comme Jim ou Arthur mais je vous laisse les découvrir.

  .Le rythme est intéressant. Cependant je l’ai trouvé un peu décousu par moment. Les chapitres sont pour moi trop long. Je pense qu’une autre organisation du récit aurait permis au lecteur de mieux rentrer dans le récit pour le dévorer d’une traite. Cela aurait donné au roman un bel élan et une évolution qui aurait été intéressante. Sinon, il se passe beaucoup de choses dans ce roman. Que ce soit dans les moments passés ou dans les moments présents. Et c’est ce qui fait tenir le lecteur dans l’histoire.

  .L’univers développé par l’auteur est franchement intéressant. Il a su créer un monde de toutes pièces avec des règles originales et nouvelles. Même si d’autres romans peuvent aborder le même thème, Charles Delelis a su se démarquer par ses bonnes idées. Tout est expliqué au fur et à mesure et le lecteur n’est pas une seule fois perdue. Je regrette cependant qu’Elena accepte trop facilement de se retrouver dans cet univers. Pour moi, il aurait fallu un petit temps d’adaptation. Après, je comprends qu’elle accepte pour être auprès de William mais c’est allé trop vite.

  .La plume de l’auteur n’est pas exceptionnelle. Cependant, je soulève un style très descriptif qui m’a bien plu. Grâce à ça, on s’imagine parfaitement les décors, les habits des personnages ainsi que leurs traits distinctifs. Chapeau à lui ! La fin m’a beaucoup plu. C’est une évolution d’Elena qui me plaît absolument. Et l’auteur ne permet pas au récit d’être trop simple ce qui est appréciable au final. J’ai vraiment hâte de lire le tome 2 pour voir comment l’auteur va aborder tout ça. En tout cas, je vous recommande ce petit livre. Des moments émouvants où j’ai eu ma petite larme par la sincérité des sentiments.

.Ma note : 7,5/10.

Merci à Florent et aux éditions Baudelaire pour ce partenariat !

mercredi 25 mars 2015

Chronique : L'enfant papillon de Gabrielle Massat


L’enfant papillon de Gabrielle Massat. (Genre : Dystopie, Jeunesse).

Editions : Hachette
Prix : 16€ (Partenariat)
Année de parution originale : 2015

  .Résumé : Le monde de Maïa s’écroule quand Dimitri, son mentor, est condamné à la torture par sa faute. Déterminée à le soustraire à sa destinée, elle cherche par tous les moyens à franchir les murs de la Cité. La seule chance de survie pour Dimitri réside à l’extérieur, dans ce monde désertique dont on est sans nouvelles depuis la Grande Epidémie. Maïa entame alors une implacable course contre la montre. En ligne de mire : l’Enfant Papillon, un être légendaire qui détiendrait le moyen de sortir. Elle a un mois, Un mois pour sauver leurs vies et conquérir leur liberté.


  .Les éditions Hachette – Black Moon me permettent avec « L’enfant papillon » de découvrir une auteure française. Qui plus est, ce bouquin est une dystopie, genre que j’apprécie tout particulièrement. Même si on sait tous que les dystopies se ressemblent quasiment toutes. La couverture du bouquin est ce qui m’avait attiré, tout comme le résumé. Et je dois dire que je ne m’attendais pas à ce que j’ai lu. Même si dans l’ensemble j’ai passé un bon moment, je suis un peu déçu et frustré.

  .Dès le début, on est happé par l’univers. Dès les premiers dialogues, j’ai même eu un fou rire c’est pour vous dire. Cependant, j’ai trouvé la première partie trop longue à mon goût. Même si l’auteure dépeint son univers, présente ses personnages et les liens qu’ils ont entre eux… l’action et l’intrigue se font trop attendre. C’est dommage, parce que j’ai eu l’impression de faire du sur place et de lire le résumé en plus détaillé. Heureusement que la deuxième partie arrive au bout de 130 pages.

  .Les personnages ont pour moi été sympa mais c’est en me rapprochant de la fin que j’ai commencé à m’attacher à eux. Je pense que la narration à la 3ème personne n’a pas aidé dans ce bouquin. Notre personnage principal Maïa, m’a beaucoup plu. Elle est forte, limite têtue mais elle prend des risques pour sauver Dimitri, son mentor. Je regrette que Maïa ne soit pas plus famille parce que j’aurai aimé découvrir un peu plus sa mère et son frère. Ensuite il y a donc Dimitri, qui en aidant Maïa se voit contraint à être enfermé pendant 30 jours avant d’être torturé sur ses actes. C’est un personnage qui aurait mérité d’être plus mis en avant je pense. Ou alors qu’il intervienne autrement dans l’histoire. Enfin il y a Zéphyr et Nathanaël qui vont aider Maïa dans sa quête. Deux personnages intéressants qui ont un passé difficile qui les rendent plus attachants.

  .Le rythme est bon malgré la première partie trop longue. Les chapitres sont courts ce qui amène un certain rythme à l’intrigue et à l’histoire. Et puis, nos personnages ne cessent de bouger, d’être poursuivis, de faire des recherches sur l’extérieur et sur l’Enfant Papillon. C’est un livre avec des descriptions bien faites. Ce que j’ai vraiment aimé ce sont toutes les petites révélations qui sont disséminées dans le bouquin. Le plus intéressant ce sont les flash-back qui permettent au lecteur de comprendre pourquoi la Cité en est arrivée là.

.Même si la dystopie de « L’enfant papillon » est intéressante, pour ma part elle ne tient pas ses promesses. Quand on m’annonce dans le résumé que Maïa veut aller à l’extérieur, je m’attendais à ce qu’elle le fasse vite. En fait, j’aurai aimé qu’il y ait une partie confinée au sein de la Cité et une autre à l’extérieur. D’accord, la solution ne pouvait pas être trouvée en un claquement de doigt, mais si certains passages avait été raccourcis… le roman aurait gagné en profondeur. Ce qui nous permet d’avancer ce sont tous les retournements de situations incroyables et l’action très présente.

  .Gabrielle Massat écrit vraiment bien. Ce n’est pas une plume poétique, qui fait de belles phrases mais c’est une plume descriptive. J’ai totalement pu imaginer les décors, les personnages et tout ce qui se passait dans le roman. Je la félicite pour ça. Cependant, j’aurai choisi une narration à la première personne pour amener une certaine proximité entre les personnages et le lecteur. Son choix a cependant le mérite d’amener une forte diversité. Pour la fin… je dois dire que je suis frustré. Je m’attendais déjà à ce que la fin se trouve à la moitié du roman donc imaginez un peu ! Cependant, l’épilogue nous met à la bouche et plein de questions resteront sans réponse.

  .Je pense qu’il faut se faire son propre avis avec ce livre. D’autres blogueurs ont adoré ce roman alors que moi je l’ai apprécié mais sans plus. Même si je reconnais à l’auteure que son univers est intéressant et oppressant, sa dystopie aurait pu être plus aboutie. Les personnages sont sympathiques et en se dévoilant ils deviennent attachants. Après, les choix qu’opèrent Gabrielle Massat ne m’ont pas plu mais c’est purement subjectif. Je vous le recommande, parce que mon avis n’engage que moi.

.Ma note : 7/10.

Merci à Betty et aux éditions Hachette – Black Moon pour ce partenariat !