vendredi 22 mai 2015

Chronique : Geek Girl - Tome 3 de Holly Smale


Geek Girl – Tome 3 de Holly Smale. (Genre : Jeunesse).

Editions : Nathan
Prix : 16,90€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : Geek Girl, Book 3 : Picture Perfect.

  .Résumé : Harriet a un petit copain merveilleux, des amis géniaux et elle entre dans quelques jours au lycée, autant dire qu’elle est HEU-REUSE ! Mais son bonheur est de courte durée car son père a trouvé du travail… à New-York ! En l’espace de vingt-quatre heures, elle quitte l’Angleterre et se retrouve dans une ville triste et perdue de la grande banlieue new-yorkaise.


  .La série Geek Girl, je l’apprécie beaucoup. Notamment parce qu’on passe toujours un bon moment en compagnie d’Harriet. C’est en plus une lecture sans prise de tête, fraîche, vivifiante et plaisante… que demander de plus. La couverture est comme les deux premières. Aguicheuse et attirante ! Je savais que j’allais suivre une fois de plus les déboires de ce mannequin-geek. Du coup, je n’ai pas lu le résumé. J’ai au final, comme je l’attendais, passé une très bonne lecture !

  .Dès le début on se sent proche des personnages. L’auteure fait des rappels importants pour les petits oublis qu’on aurait pu avoir concernant les tomes précédents. On rentre de suite dans le bain et on arrive vite au résumé. En tout cas, l’auteure ne perd pas de temps et c’est fort appréciable. On retrouve Harriet, sa famille, ses amis et son amoureux… pour de nouvelles aventures toujours plus folles. Sauf que dans ce tome, Harriet s’exile à New-York avec sa famille… ce qui va rendre les choses plus difficiles.

  .Les personnages ont tous un petit peu de piquant, ce qui les rend intéressants et drôles. Harriet est toujours égale à elle-même. Sauf que pour ces 16 ans, elle a décidé d’être plus adulte et de se prendre en main. Mais on voit vite que derrière cette façade d’adulte, c’est encore une jeune ado. Une jeune ado qui se pose beaucoup de questions sur les relations qu’elle peut avoir avec son cercle familial. Tout comme avec ses amis ou son chéri. Harriet est très attachante par son côté « Mme je sais tout »… c’est le côté que je préfère chez elle. Arrive ensuite sa famille qui est plus présente dans ce tome et c’est appréciable. Chacun a sa personnalité et mêmes s’ils sont moins travaillés, ils permettent à Harriet d’évoluer. Nick comme ses amis d’Angleterre sont plus en retrait dans ce tome. Vient enfin de nouveaux personnages qui vont faire tourner Harriet en bourrique… ce qui amène à l’intrigue quelques péripéties.

  .Le rythme est toujours aussi top ! Les chapitres sont excessivement courts. Et même si le livre fait 420 pages, elles s’avalent facilement. L’écriture est grosse, il y a beaucoup de dialogue et peu de narration. Même si Harriet réfléchit beaucoup. Le roman est toujours fluide pour nous permettre d’accrocher à l’histoire. Et puis on se sent bien, du coup on tourne les pages sans s’en rendre compte. Après, je regrette que l’intrigue soit un peu la même chose. Harriet qui se pose trop de questions sur un thème alors qu’on sait pertinemment que c’est le contraire. Dommage.

  .Ce que j’avais adoré dans les deux premiers tomes c’est la découverte du milieu de la mode avec le caractère geek d’Harriet. Cependant ici, si on a un petit passage au sein d’un shooting photo, on s’arrête là. Il m’a manqué le côté sophistiqué que j’avais tant adoré précédemment. En même temps, l’auteure nous fait découvrir New-York à travers l’intelligence d’Harriet et ce n’est pas plus mal. Ce que j’adore avec Holly Smale, c’est que ses romans ont toujours une réflexion profonde. Surtout pour ses fins. On se rend toujours compte qu’on en revient aux essentiels : la famille, les vrais amis et les amours. Elle met en avant des valeurs qui me sont chères, c’est pour ça que le roman arrive toujours à me toucher.

  .Le style d’écriture de l’auteure n’est pas particulièrement travaillé. Mais je reconnais toujours que les recherches concernant tous les sujets qu’aborde le livre doivent être dures. Cependant, sa plume arrive à me toucher dans les moments où les sentiments sont mis en avant. Et je la félicite pour ça. Pour un roman jeunesse, j’ai réussi à avoir de l’empathie pour Harriet et c’est fort. La fin est toute mignonne. Je ne sais pas vraiment comment la suite (qui sort en juillet) va s’orienter, mais j’ai hâte de la lire ! C’est en tout cas une série que je vous recommande fortement pour être une lecture plaisante et sans prise de tête.

.Ma note : 8/10.

Merci à Samia et aux éditions Nathan pour ce partenariat !

mercredi 20 mai 2015

Chronique : La sorcière de Prince Island de Kendall Kulper


La sorcière de Prince Island de Kendall Kulper. (Genre : Fantastique).

Editions : Hachette
Prix : 16€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : Salt & Storm.

  .Résumé : Toutes les femmes de ma famille sont des sorcières, et chacune possède un pouvoir particulier. Ma grand-mère sait lire les émotions et apaiser les passions les plus intenses. Ma mère peut influer sur l’amour et la tendresse. Mon don à moi, c’est d’interpréter les rêves. Jamais je ne me suis trompée. Or, je viens de rêver que je me noyais dans mon propre sang. Et cela ne peut signifier qu’une seule chose. Quelqu’un va me tuer.


  .Le thème des sorcières arrive toujours à m’intriguer dans les romans. C’est pour cela que j’ai été tenté par « La sorcière de Prince Island ». Je dois vous avouer que je n’avais pas lu le résumé… c’est la couverture qui m’a vraiment conquis. Un visage fermé, en pleine réflexion. Ce décor rocheux, avec un phare dont j’ai personnellement pensé qu’il était la clef. Cependant, après quelques avis mitigés d’autres blogueurs, j’ai eu peur. Au final j’ai passé un très bon moment de lecture même si quelques points m’ont dérangé.

  .J’ai de suite été captivé par le début. Cet univers énigmatique, cet apprentissage de la magie, cette histoire de la famille Roe où il n’y a que des filles. L’auteure a su m’embarquer dans son récit qu’elle tire de certaines réalités. J’ai adoré découvrir Avery, sa grand-mère, sa mère, ses ascendantes à travers des souvenirs. Et puis… cet usage de la magie spécifique m’a bien plu. Si le début a bien commencé, la suite a continué comme il le fallait mais pas comme j’aurai pu l’espérer.

  .Le personnage principal d’Avery m’a touché dans sa manière d’aborder la magie et ses origines. Au début on la suit enfant, avec sa grand-mère. Au bout de quelques chapitres, c’est une Avery adolescente qu’on découvre. Une ado blessé par le comportement de sa mère, frustré par sa magie, mais décidé à devenir LA sorcière de Prince Island. C’est une jeune fille qui peut agacer par moment, mais sa détermination et sa franchise font d’elle une personne entière. Le personnage de Taneh m’a aussi bien plu. On sent sa dévotion pour la cause d’Avery et on sent sa propre magie. Bien que ces deux là soient différents, ils se dégagent de leur relation une force redoutable. Et l’un dans l’autre, ils vont puiser le courage d’affronter leur destin. Pour les personnages, je regrette que la grand-mère d’Avery ne soit pas plus mise en avant. Tout comme sa mère d’ailleurs, qui se dévoile beaucoup trop tardivement. En tout cas, si dans certains romans le manque de détail fait défaut sur les personnages, ici il y en a. Et c’est peut-être pour ça que certaines personnes ont trouvé le roman long.

  .Parce qu’il est vrai que le rythme de l’histoire est un peu en dent de scie. Certains passages auraient pu être supprimés par l’auteure. Ou même accéléré pour se concentrer uniquement sur l’action et l’intrigue, le destin d’Avery. Mais en même temps, ce sont ces petits détails qui permettent au lecteur d’accrocher avec les coutumes et la véritable histoire de Prince Island. J’ai eu l’impression de ressentir toute une atmosphère liée à cet endroit. Quelque chose de mystérieux, d’attractif et de dépendant. Je ne saurai pas l’expliquer davantage. L’auteure crée un cocon où elle tisse son histoire et son intrigue. Par contre, il y a des fois des passages narratifs/descriptifs qui peuvent ennuyer. Et certains chapitres sont assez longs.

  .Si l’univers est un des points fort du récit, ici je l’ai trouvé trop en retrait dans le bouquin. Je parle plus précisément des pouvoirs magiques d’Avery et de sa famille. Si on nous explique clairement quels sont les dons des sorcières, j’aurai aimé connaître plus la « vraie » magie. Celle que la grand-mère d’Avery tisse. Pour les marins, pour les baleiniers… C’est une chose qui aurait dû être déclenchée plus en amont dans le bouquin. Et cela aurait insufflé un bol d’air dans l’intrigue. Pourtant, cet univers m’a intrigué du début à la fin. C’est grâce à Avery que j’ai su être curieux de cette histoire. Savoir si son don est fiable, si elle se révèlerait enfin sorcière. Je dois cependant déplorer un fait : l’histoire d’amour est sympathique, mais elle ne casse pas des briques.

  .Le style de l’auteure est sympathique, mais son côté narratif empêche parfois le lecteur d’avancer comme il le voudrait. C'est-à-dire que ce style ralenti un peu la lecture et c’est dommage. Sinon, j’ai bien réussi à visualiser les évènements de l’histoire. L’enchaînement se fait bien et les parties délimitent réellement l’avancée d’Avery ainsi que son évolution. La fin m’a plu même si ce n’est pas une fin de dingue. En tout cas, lire un tome unique fait du bien. Si vous êtes tenté, n’hésitez pas. C’est une bonne lecture, avec des défauts certes, mais elle vous fera passer un bon moment.

.Ma note : 7,5/10.

Merci à Betty et aux éditions Hachette – Black Moon pour ce partenariat !

mardi 19 mai 2015

*Vidéo* : Mon Carnet Livresque #40


Salut la compagnie !

Aujourd'hui c'est encore un petit "Carnet Livresque" pour faire le point sur mes lectures :D Je rattrape doucement mais sûrement mon retard pour ce rdv ! J'en ai tourné un autre et il correspond à mes lectures les plus récentes ;) Je vous souhaite un bon visionnage !

Enjoy <3

Mes lectures passées :
   

Mes lectures en cours :
 

Mes lectures futures :
 

dimanche 17 mai 2015

Chronique : La Sélection - Tome 0.4 : La Reine de Kiera Cass


La Sélection – Tome 0.4 : La Reine de Kiera Cass. (Genre : Dystopie, Jeunesse).

Editions : Robert Laffont
Prix : 1,99€ (Seulement en numérique)
Année de parution française : 2014
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : The Selection, Book 0.4 : The Queen.

  .Résumé : Avant que ne commence l’histoire d’America Singer, une autre fille est venue au palais pour tenter d’obtenir la main d’un autre prince. Ce préquel se déroule avant les évènements narrés dans « La Sélection » et adopte le point de vue d’Amberly, la mère du Prince Maxon. Vous allez découvrir une toute nouvelle Sélection, assister depuis les coulisses à la rencontre des parents de Maxon et voir comment une fille ordinaire est devenue une reine adorée.


  .Voilà une lecture que je voulais absolument faire. J’ai réalisé cette lecture avec Momoko du blog Mo comme Mordue. On avait hâte de découvrir Amberly, sa Sélection. Comment elle avait pu aborder sa rencontre avec le Prince et futur Roi Clarkson. Savoir d’où elle venait était aussi important pour moi. La couverture est vraiment très jolie. En numérique, cela ne manque pas d’attirer l’œil. Le résumé je ne l’avais pas lu, mais rien que d’avoir entendu une histoire sur la futur Reine d’Illéa… ça m’a enchanté et rendu curieux. J’ai passé au final un moment fort agréable.

  .Cette chronique sera courte parce qu’une nouvelle n’est pas longue. Dès le début j’ai accroché à ce personnage si fragile et si désespérément amoureux du Prince Clarkson. Pourtant, Amberly n’est clairement pas la favorite. On se retrouve directement au cœur de la Sélection, bien des années auparavant. Pourtant, même si l’ambiance a quelque peu changée, j’ai su retrouver avec plaisir les rivalités et les conflits.

  .La futur Reine Amberly m’a totalement charmé, malgré les maux qui l’entourent. Je crois que si j’avais participé à la Sélection pour pouvoir prétendre à l’épouser, j’aurai tout fait pour la séduire. La voir à l’œuvre dans la Sélection n’a rendu ce personnage que plus attachant à mes yeux. Déjà que je l’adorais dans la trilogie avec America, elle m’est apparue plus sensible et plus fragile. Une chose est sur, depuis sa Sélection, c’est une personne qui a évolué d’une manière incroyable. Au début on ne la sent pas trop à l’aise dans cet univers. Elle qui est une 4 (si mes souvenirs sont bons), mais qui fait un travail de 6… cache ce côté-là. Elle a peur d’être jugée et de ne pas plaire au Prince. Pourtant, on sent un amour fou pour ce dernier, un amour qui a toujours existé. Et un espoir incroyable au creux de son petit cœur fragile. Elle a sa forme de courage, inégalable.

  .Le rythme est toujours prenant. Les chapitres ne sont pas excessivement longs et Kiera Cass arrive toujours à nous immerger dans ses histoires. On arrive vite à la fin sans s’en rendre compte. On voit comment le Prince Clarkson évolue avec Amberly. On voit qu’il s’intéresse de plus en plus à elle et comment il le fait. Et cette raison rentre en parfait écho avec ce que pensait la future Reine. Cependant, on ressent chez Clarkson le côté manipulateur qu’il aura avec Maxon. On ressent les choses, tapies au fond de lui. Je dois aussi dire deux mots sur la mère de Clarkson, que j’ai détesté. Comment faire un personnage plus odieux que cela… pas possible.

  .J’adore toujours autant la plume de Kiera Cass même si elle n’est pas exceptionnelle. Elle réussi toujours à nous immerger dans ses histoires avec une facilité déconcertante. On voit les choses, on les ressent, pour notre plus grand bonheur. Et la fin… c’est quelque chose qu’on sait bien sur. Puisqu’on connaît la Reine Amberly dans la Sélection d’America. Mais j’ai perçu en fait, que c’était une évidence. Que Clarkson avait fait un choix censé et raisonné. Qu’Amberly a toujours été faite pour être Reine quoi qu’en disent les autres. Donc n’hésitez pas à tenter cette petite nouvelle qui ravira les fans de la saga.

.Ma note : 8,5/10.

La chronique de Momoko pour cette lecture commune : ICI.