samedi 20 juin 2015

Chronique : Joyeux noël, merry christmas de Mary Higgins Clark


Joyeux noël, merry christmas de Mary Higgins Clark. (Genre : Policier)

Editions : Le livre de poche
Prix : 5,50€
Année de parution française : 1996
Année de parution originale : 1996
Titre version originale : My gal Sunday.

  .Résumé : Après huit ans passés à la présidence des Etats-Unis, Henry Parker Britland coule des jours heureux auprès de Sandra, dite « Sunday », son épouse, jeune et brillante femme politique. Mais on n’est pas impunément le couple le plus vue des médias. Lorsque Tommy, le plus vieil ami d’Henry, est accusé d’avoir assassiné sa maîtresse, lorsque Sunday est enlevée par un réseau terroriste, Henry comprend qu’il lui faut se battre pour défendre son bonheur…


  .Mary Higgins Clark où la reine du policier anglo-saxon. Je n’avais encore jamais lu un livre d’elle pour découvrir son style et ses personnages. Ce fût donc chose faite avec ce bouquin. Franchement, je ne regrette absolument pas de m’être lancé dans l’aventure. C’est un roman qui s’est lu très facilement et vite. La couverture est sympathique mais n’offre pas une réelle représentation de l’histoire. Je n’avais pas lu le résumé pour découvrir pleinement les aventures de nos protagonistes. Au final j’ai passé un bon moment de lecture.

  .Le point fort de cette auteure c’est qu’avec chaque nouvelle, on rentre directement dans le vif du sujet. On en arrive vite à qui a fait quoi ? Qui est accusé de tel meurtre ? C’est vraiment un bon point pour permettre au lecteur de rentrer dans l’enquête. Dès la première histoire on s’acclimate vite aux protagonistes. Et on est curieux de savoir comment ils vont réussir à gérer tout ça. En tout cas, une bonne entrée en matière.

 .Pour les personnages je les ai trouvés intéressants à suivre. Cependant je ne me suis pas spécialement attaché à eux. Henry et Sandra forme un joli couple depuis qu’ils se sont rencontrés. On voit qu’ils sont très amoureux. Mais l’auteure aurait pu s’attarder un peu plus sur le passé. Comment se sont-ils rencontrés ? Dans quelles circonstances ? Avoir des flash-back aurait peut être pu m’aider à m’identifier à eux et à m’attacher davantage. Cependant, je dois reconnaître que chacun a un bon caractère. Sandra comme ancienne avocate a de l’intuition et sait faire fonctionner ses neurones. C’est aussi le cas d’Henry et de son côté protecteur. Leur duo marche bien ce qui apporte un petit plus aux enquêtes décrites par l’auteure.

  .Le rythme de l’histoire est bon. Il n’y a pas de chapitres mais des aérations pour faire des pauses souvent et les nouvelles ne sont pas longues. C’est le propre des nouvelles vous me direz. Mais si tout se lit vite, ça va justement trop vite. Ce sont des affaires qui se règlent en deux temps trois mouvements. Comme déjà dit au dessus, l’auteure aurait pu creuser plus les personnages. On a ce côté addictif du policier/thriller parce qu’on a envie de connaître qui a fait quoi. Mais les enquêtes manquent de suspense et de punch.

  .En ce qui concerne les enquêtes en elles-mêmes, la reine du policier m’a un peu déçu de ce côté-là. Les enquêtes sont bien construites mais je m’attendais à dix fois mieux. Que ce soit plus stressant, oppressant. Qu’on nous mène en bateau de long, en large et en travers. Je n’ai pas tellement ressenti de choses en lisant ces histoires. Je passais un bon moment certes… mais que ce soit court n’a surement pas aidé à m’imprégner totalement du bouquin. J’ai lu des policier/thriller dix fois meilleur que ça.

  .Concernant sa plume, je l’ai bien aimé. Elle écrit à la troisième personne ce qui amène à l’histoire un côté intéressant par les points de vue qu’on peut avoir. C’est comme si on prenait de la hauteur. Les intrigues sont prenantes et les fins sont bien maîtrisées. Je ne regrette pas d’avoir suivie ces personnages. Lire du Mary Higgins Clark est une très bonne expérience. Je n’hésiterai pas à retenter ma chance pour sa voir si ses autres bouquins sont différents ou dans la même veine sur la construction du récit. En tout cas, je ne peux que vous inciter à essayer… il ne faut jamais dire jamais.

.Ma note : 7/10.

vendredi 19 juin 2015

*Vidéo* : Pourquoi lire... Marjane - Tome 1 : La Crypte de Marie Pavlenko ?


Coucou les amis !

Cela fait un bail que je n'avais pas publié une vidéo "Pourquoi lire... ?" sur la chaîne ! C'est donc chose faite avec le tome 1 de Marjane écrit par la talentueuse auteure française Marie Pavlenko :D Regardez la vidéo et si vous n'êtes toujours pas convaincu... on en reparle après ;) LOL. Je vous souhaite un très bon visionnage !

Enjoy <3

Livre présenté : Marjane - Tome 1 : La Crypte de Marie Pavlenko publié chez Pocket Jeunesse :

  Résumé :
Les ninns ont bâti l'immense Résidence, cachée au coeur de Paris.

Qui sont ces ninns dont les hommes ne soupçonnent rien ?

Pourquoi Marjane est-elle obligée de fuir ce refuge où elle a grandi ?
Quels lourds secrets va-t-elle découvrir ?

  En bref ce que j'en pense : "Si vous hésitez encore à lire ce roman, je ne peux que vous conseiller de le lire ! Pour moi, c'est du Marie Pavlenko. Fidèle à elle-même, sincère dans son écriture et dans es personnages. Une imagination débordante qui ravira le lecteur avide d'être dépaysé de son quotidien [...] Je ne peux que vous recommander ce premier tome, qui installe des bases solides pour la suite !"

Le lien vers ma chronique complète : ICI.

jeudi 18 juin 2015

Chronique : Invisibilité d'Andrea Cremer & David Levithan


Invisibilité d’Andrea Cremer & David Levithan. (Genre : Fantastique).

Editions : Michel Lafon
Prix : 15,95€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015 (Sortie le 11 juin)
Année de parution originale : 2013
Titre version originale : Invisibility

  .Résumé :
Stephen est invisible depuis toujours
Une malédiction impossible
Jusqu’au jour où Elizabeth le voit
Elle seule peut briser le sort
Au risque de les séparer à jamais


  .Ce roman, je l’avais repéré en VO par son incroyable couverture et par son résumé accrocheur. Quand j’ai su que les éditions Michel Lafon allaient le traduire, j’ai été ravi. Je l’ai lu en lecture commune avec Momoko de « Mo comme Mordue ». Je dois dire que le travail effectué sur la couverture française est juste magnifique. Je l’adore, plus que la VO, et les futurs lecteurs n’hésiteront pas à se retourner dessus en librairie. Franchement, c’est un roman qui a des défauts. Mais c’est un de ceux où on s’en fout complètement ! J’ai adoré ma lecture.

  .Très vite, on fait la connaissance de Stephen, l’homme invisible. Il nous raconte sa vie, comment cela est arrivé et où il en est actuellement. J’ai trouvé cette entrée en matière intéressante. On rentre directement dans le vif du sujet et j’aime ça. Puis, deuxième chapitre et j’ai été surpris. Aucune indication ne met en avant le fait qu’on change de point de vue. Et on rencontre Elizabeth et sa famille. Au bout de ces chapitres, nos protagonistes se rencontrent et c’est la stupéfaction.

 .J’ai vraiment adoré nos deux personnages principaux. Ils sont totalement opposés dans leur caractère mais se complètent parfaitement. D’un côté on a Stephen, invisible depuis sa naissance. Un garçon de 16 ans qui vit reclus dans son appartement. Qui sort en faisant attention à tout ce qui se passe autour de lui. Il est chétif, cérébral et se pose beaucoup de questions sur lui-même. De l’autre Elizabeth qui est franche et dynamique. Dès leur première rencontre elle n’hésitera pas à bouger Stephen. Je vous avoue que je m’attendais à avoir des personnages adultes. Mais les auteurs ont réussi à bien les travailler et à nous les rendre attachants. Tant Stephen et son côté solitaire qu’Elizabeth et son côté dur à cuire. Il y a aussi Laurie, le frère de cette dernière. Il apporte une touche d’humour et une bouffée d’air frais !

  .Le rythme est incroyablement bon. L’alternance des points de vue permet au lecteur de tourner les pages avec envie. On a envie de savoir ce que pense l’autre personnage, ce qui se passe dans sa vie. De plus les chapitres ne sont pas très longs ce qui apportent une fluidité importante à l’intrigue. Andrea Cremer et David Levithan commencent doucement leur histoire. Pour ensuite l’accélérer et la rendre addictive. Ils mettent en avant les sentiments, l’univers du bouquin et j’ai adoré. C’est une histoire qui ne s’essouffle pas pour notre plus grand bonheur.

  .Là où j’ai été encore surpris c’est par la tournure que prend l’histoire. Je m’attendais à lire une belle histoire d’amour avec une pointe de fantastique. Mais que nenni ! Les auteurs ont développé les deux aspects du roman. Sauf que pour moi ils ne les ont pas assez poussés. La relation entre Stephen et Elizabeth est toute mignonne. On sent une attirance, un lien qui les unit. Mais j’ai trouvé que l’amour qu’il y avait entre eux était mis de côté. Pas assez exploité pour moi. Puis l’univers qui m’a beaucoup plu. Je ne m’attendais pas à le découvrir et je suis resté sur les fesses. Il est très intéressant mais pas assez approfondi là aussi. Ce sont deux bémols que je soulève mais qui pendant ma lecture ne m’ont pas gêné le moins du monde. C’est tellement addictif et bien écrit qu’on s’en moque complètement.

  .Oh mon dieu l’écriture de ce roman est divine. Parce qu’on arrive très bien à identifier les deux styles. Andrea Cremer a écrit les chapitre d’Elizabeth et David Levithan ceux de Stephen. Je dois reconnaître qu’Andrea a une très jolie écriture. Très concise et portée sur les sentiments. Mais celle de David m’a totalement transporté. J’ai adoré les répétitions, les phrases et les mots qu’il a pu choisir. C’était limite poétique et j’avais tellement hâte de le lire… Et là on arrive à la fin et j’ai envie de dire WTF ! C’est quoi cette fin où on est totalement frustré. Si je ne me trompe pas c’est une one-shot en plus ! Ce n’est pas possible de nous faire ça…

  .Bref vous l’aurez compris, j’ai littéralement adoré « Invisibilité » d’Andrea Cremer et David Levithan. Des personnages attachants, un rythme de folie. Même si l’histoire d’amour et l’univers ne sont pas mis en avant comme il le fallait, cela reste tout de même très intéressant et passionnant ! Et une écriture à quatre mains que j’ai adoré au possible. Je pense que si le style avait été banal, ce roman l’aurait été tout autant… Mais ici, ça fait toute la différence !

.Ma note : 8,5/10.

Merci à Camille et aux éditions Michel Lafon pour ce partenariat !

La chronique de Momoko pour cette lecture commune : ICI.

mardi 16 juin 2015

Chronique : Red Rising - Tome 1 de Pierce Brown


Red Rising – Tome 1 de Pierce Brown. (Genre : Science-fiction, Jeunesse).

Editions : Hachette
Prix : 18€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015 (Sortie le 17 juin)
Année de parution originale : 2013
Titre version originale : Red Rising, Book 1.

  .Résumé (REDUIT POUR PLUS DE SURPRISES !) : Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir. Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire.


  .En ce moment, on n’entend plus que lui sur la blogo. « Red Rising » est à coup sur un livre qui attirera le lecteur fan de dystopie. Il ne révolutionne pas le genre, mais son univers est assez original pour plaire. J’avais hâte de me faire mon propre avis puisqu’il y a de nombreux coup de cœur sur cet ouvrage. En tout cas, j’adore la couverture, juste magnifique. Personnellement je n’avais pas lu le résumé et j’ai bien fait parce qu’il spoile un peu beaucoup dans l’avancée de l’histoire. J’ai passé un excellent moment de lecture, malgré quelques points mitigés.

 .Franchement, j’ai de suite été absorbé par ma lecture. L’histoire, le style d’écriture, les personnages, tout m’a semblé magnétique au possible. On découvre une communauté, une famille, des règles… j’étais avide de savoir, très curieux. Pierce Brown nous présente son personnage, son métier de fossoyeur et sa famille. Et je me suis rendu compte très vite que ce roman est limite du young-adult. Je vous expliquerai plus tard pourquoi. En tout cas, un début qui soulève des questions et la curiosité du lecteur !

  .Darrow est un personnage complexe que l’auteur a développé. C’est un homme qui va peu à peu ouvrir les yeux sur sa condition et sa couleur. Notamment grâce à un personnage qui lui est proche. Il va évoluer et se révéler être un adversaire redoutable, endurant, combatif et téméraire. Il a aussi un caractère de feu. Il est prêt à tout pour réussir son objectif. Les autres personnages sont plus secondaires. Comme il y en a pas mal je ne vais pas tous les développer. Mais je dirai qu’ils portent Darrow dans le récit. Aussi bien pour lui mettre des bâtons dans les roues que pour le soutenir. Et puis il y a les personnages secondaires avant et après sa transformation. Chose que vous devez à tout pris découvrir.

  .Le rythme est ce qui a le plus pêché selon moi. Pendant les deux premières parties, soit 180 pages, j’ai été à fond. Les chapitres ne sont pas très longs. Il se passe énormément de choses dans la vie de Darrow. Sa prise de conscience, sa transformation, son but à atteindre. Et lorsqu’il rentre à l’institut, j’ai trouvé qu’on s’éternisait trop sur des détails. Que l’auteur aurait largement pu réduire le roman de 80 pages. Il aurait du aller plus vite. Il y a des moments où je me suis ennuyé et où je me disais : « punaise quand est-ce qu’il va y avoir un truc de fou ? » Tout ce qui se passe dans « l’arène » m’a paru assez long et c’est dommage.

  .L’univers est quant à lui intéressant et original. J’ai aimé ces castes de couleurs ainsi que leurs propres fonctions. J’ai apprécié en savoir plus au niveau des Rouges, des Ors et de la hiérarchie mise en place. C’est une dystopie qui a ses propres règles, ses propres limites et bien sur, ses propres problèmes. L’auteur a vraiment dû travailler d’arrache pied pour définir tout ça. C’est tellement complexe et dense. Je lui tire mon chapeau parce qu’à aucun moment je ne me suis senti perdu. J’ai vraiment hâte d’en savoir plus sur les Ors, qui est le côté que j’aurai aimé connaître le plus dans ce 1er tome ! Surtout, l’auteur n’hésite pas à être violent dans son histoire. C’est pour ça que classer ce livre comme de la jeunesse peut être limite.

  .La plume est assez spéciale. En effet, Pierce Brown a un style narratif et détaillé. Certes il y a des dialogues mais parfois il s’attarde sur des points minuscules qui n’ont pas d’importance. C’est peut-être aussi pour ça que le rythme m’est apparu moins bon. C’est un tout cas une plume qui vous rend addictif au livre. Point non négligeable ! La fin m’a beaucoup plu parce que Darrow fait un choix culotté. Mais même s’il est tiraillé, il est obligé de le faire pour suivre son objectif et briser ses chaînes ! Un tome 1 que je vous recommande fortement malgré les points négatifs soulevés.

.Ma note : 7,5/10.

Merci à Betty et aux éditions Hachette pour ce partenariat !

dimanche 14 juin 2015

*Vidéo* : TAG : Secret life of a YouTuber


Salut la compagnie livresque !

Aujourd'hui je reviens avec une vidéo TAG :) Elle a été reprise par Tanya de la chaîne Booktube "Read-Listen-Feel" ! Je te remercie pour la traduction du TAG ! J'ai eu envie de le reprendre parce que je le trouvais fort intéressant !! En espérant qu'il vous plaira, tout comme la vidéo :D Bon visionnage !

Enjoy <3

Les questions :
1) Depuis quand es-tu sur YouTube ?
2) Quand crois-tu arrêter ?
3) Le bon côté de YouTube ?
4) Le mauvais côté ? Que fais-tu pour que ça aille mieux ?
5) Combien de thumbnail prends-tu pour une vidéo ?
6) Ton YouTuber crush ?
7) Les YouTubers avec qui tu voudrais faire des vidéos ?
8) Que portes-tu comme pantalon ?
9) Combien de temps avant d'appuyer sur "enregistrer" ?
10) Comment te sens-tu dans la communauté YouTube / Booktube ?
11) Quel est ton secret pour avoir du succès sur ta chaîne ?
12) Qui tagues-tu ?