samedi 18 juillet 2015

Chronique : Les espionnes de la Reine - Tome 2 : Lady Béatrice de Jennifer McGowan


Les espionnes de la Reine – Tome 2 : Lady Béatrice de Jennifer McGowan. (Genre : Jeunesse, Historique).

Editions : Milan
Prix : 13,90€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : Maids of Honor, Book 2 : Maid of deception.

  Résumé : Mission délicate pour lady Béatrice : découvrir les réelles intentions de la délégation écossaise reçue par la reine. Pour cela, elle a un plan : séduire le beau et turbulent Alasdair MacLeod, l’un des envoyés écossais. Lady Béatrice sait comment s’y prendre. Mais ne risque-t-elle pas de tomber dans son propre piège ?


  Malgré quelques défauts, j’avais beaucoup aimé le 1er tome sur Lady Megan. En tout cas, ça changeait de mon style de lecture habituelle. Pour ce tome 2, Jennifer McGowan aborde le point de vue de la séduisante Lady Béatrice. Celle qui a le don de charmer les hommes. Je vous avoue que j’étais assez excité de lire ce roman qui lui est consacré. Bon la couverture, c’est vraiment dommage que la maison d’édition ait décidé de changer de style. Parce que celle du tome 1 était quand même plus jolie. Avec ce tome 2 j’ai au final passé une bonne lecture.

  Dès le début, je me suis retrouvé au château avec plaisir. J’ai pris part aux mesquineries, aux mensonges et aux faux-semblants. C’est ce qui me fascine dans cette lecture. Que les personnages pensent une chose et qu’ils en disent une autre sans rien laisser paraître. Et Béatrice est très forte à ce jeu là. En tout cas, l’intrigue commence vite à partir des 70 pages et on se rend compte que la tâche sera rude pour la protégée de la Reine. Un début prometteur pour la suite.

  Béatrice est un personnage avec lequel je me suis attaché mais pas outre mesure. C’est une jeune femme qui calcule tout en ce qui concerne les relations (tous les genres : amitié et amour). Je crois qu’elle a tellement peur d’être déshonorée qu’elle fait tout pour se placer correctement à la Cour. Elle est battante avec un fort caractère, aussi manipulatrice dans les rôles qu’elle va jouer. Je l’ai beaucoup apprécié dans ses manières et dans ses réflexions. La Reine malgré son jeune âge est impitoyable, tout comme ses deux ministres qui sont discrets mais qui s’imposent par leur cachotteries. Vient ensuite les 4 autres espionnes que j’apprécie beaucoup. J’ai été ravi de retrouver Megan qui joue parfaitement son rôle. Je vous laisse découvrir Alasdair et les autres par vous-même.

  Le rythme est bon mais l’intrigue souffre parfois de petites longueurs. Certain détails sont quelquefois inutiles et l’auteure aurait mieux fait d’avancer dans son histoire. Les chapitres ne sont pas très long ce qui amène une fluidité au récit. On est toujours curieux de savoir ce qu’il va se passer pour Béatrice. Il y a des fois où elle se met dans des pagailles pas possibles. Elle sait habilement jouer, mais à force de jouer… J’aurai peut-être aimé en apprendre davantage sur le passé de cette Lady. En tout cas, l’auteure n’a pas chômé pour entraîner son lecteur dans son intrigue.

  Ce que j’aime dans cet univers ce sont toutes les intrigues, les faux-semblants, les retournements de situations qui vous laissent la bouche ouverte. Parce que l’auteure place ses pions tout au fil de son histoire. Elle ne fait pas les choses par hasard. Les mensonges, les trahisons, les apparences sont ce qu’il y a de plus fous à la Cour. Et on en perd du coup un peu de sincérité. Mais c’est là où l’auteure nous mène en bateau. Par contre, je n’ai pas ressenti grand-chose. L’histoire d’amour aurait mérité d’être plus exploitée pour moi. Certes l’auteure ne sort pas de son cadre. Mais c’est un élément qui aurait permis de ressentir plus de choses et de s’attacher d’autant plus aux personnages.

  Le style de Jennifer McGowan est assez particulier puisque sa narration est au passé. Donc elle utilise des temps qu’on n’a plus l’habitude de voir. Mais c’est ce qui rend le récit plus réel et plus vivant. On se sent réellement à la Cour, en Angleterre, au service de la Reine. Des phrases qu’on ne pourrait utiliser que dans ce contexte dans tous les cas. J’ai hâte de découvrir le dernier tome qui sera sur la petite Sophia. La confidente avec lequel j’ai le plus d’atome crochu selon moi. C’est une espionnes que j’ai vraiment hâte de découvrir. J’espère que les éditions Milan publieront son tome très vite !

Ma note : 7,5/10.

Merci à Elodie et aux éditions Milan – Macadam pour ce partenariat !

vendredi 17 juillet 2015

*Vidéo* : In My Mailbox #28


Salut à tous, j'espère que vous allez bien ?

Aujourd'hui je vous retrouve avec une vidéo IMM... celui du mois de juin ! Oui je suis un peu beaucoup à la bourre mais bon que voulez-vous, le boulot prend beaucoup de temps hihi ^^ En tout cas, il n'y a pas trop de livres c'est déjà ça ! Bon visionnage :D

Enjoy <3

Les livres reçus :
       

dimanche 12 juillet 2015

Chronique : Thompson Sisters - Tome 4 : N'oublie pas de respirer de Charles Sheehan-Miles


Thompson Sisters – Tome 4 : N’oublie pas de respirer de Charles Sheehan-Miles. (Genre : Romance).

Editions : Cincinnatus Press
Prix : 3,75€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015
Année de parution originale : 2012
Titre version originale : Thompson Sisters, Book 4 : Just remember to breathe.

  Résumé : La vie d’Alex Thompson suit le script. Etudiante en droit à l’université de Columbia, elle est concentrée sur ses notes, sa vie, son avenir. La dernière chose dont elle ait besoin est de reprendre contact avec celui qui lui a brisé le cœur. Dylan Paris rentre d’Afghanistan grièvement blessé et il sait que la seule chose qu’il ne peut pas se permettre est de traîner Alex dans sa vie chaotique. Quand Dylan et Alex son assignés à la même mission de travail-études et forcés à travailler côte à côte, ils doivent mettre en place de nouvelles règles pour ne pas s’entretuer. Le problème est qu’ils n’arrêtent pas d’enfreindre les règles. La première règle est de ne jamais, jamais parler de comment ils sont tombés amoureux.


  Je tiens à remercier Veronika la traductrice, pour l’envoie de ce livre en version numérique. Grâce à elle, j’ai pu découvrir l’histoire d’Alex et Dylan. Le résumé m’avait fortement tapé dans l’œil, je dois bien le dire. La couverture a fini de me convaincre. Comme celle en VO, elle est forte et laisse transparaître dans les regards un amour presque impossible. Je sors donc de cette lecture comblé, mais je pense qu’avec certains points qui auraient pu être améliorés… j’aurai eu probablement un coup de cœur pour ce livre.

  Ce qui m’a plu dès le début c’est l’alternance des points de vue entre Alex et Dylan. On voit un peu où ils en sont, ce qui les chagrine, et comment ils envisagent leur avenir. Mais leur rencontre inopinée va faire ressurgir de vieux démons. L’auteur plante un peu son décor, explique ce qu’il en est de la famille de l’un et de l’autre. Les relations qu’ils entretiennent avec leurs amis et leurs problèmes actuels. Cependant, j’ai de suite senti que quelque chose n’allait pas et c’est ce qui m’a en parti gêné tout au long de ma lecture : la traduction (j’y reviendrai).

  Les personnages m’ont beaucoup plu par la profondeur de leurs sentiments l’un envers l’autre. Aussi par leur façon de réfléchir et par leur comportement. Dylan et Alex sont deux personnages attachants, dont le duo fait des étincelles tout au long du bouquin. Alex, la jeune femme qui réussi à l’école mais qui n’a jamais vraiment oublié son premier amour : Dylan. Le cœur brisé et en miette elle a refait surface et l’a oublié. Alex a un caractère de battant et est intelligente. Dylan quant à lui a été meurtri en Afghanistan. Plongé dans les remords et dans les « et si », il n’arrive pas vraiment à refaire surface. Lui aussi tiraillé par son premier amour : Alex. Ces deux personnages m’ont presque brisé le cœur tellement leur amour est fort, puissant et sincère. J’ai vraiment adoré le travail de fond de ces personnages. D’autres personnages plus secondaires comme Ray, Carrie ou la meilleure amie d’Alex (dont le nom m’échappe) sont aussi intéressants.

  Le rythme est assez bien mené. L’alternante des points de vue amène une fluidité au récit. Et on est curieux de connaître ce que pense l’autre. Les chapitres ne sont pas très longs ce qui apportent un rythme soutenu à l’histoire. Ce que j’ai apprécié c’est que chaque point de vue possède un petit titre en référence à ce qu’on va nous narrer. Petit détail que j’ai apprécié. Le rythme est je trouve renforcé par la présence des sentiments. Des sentiments forts qui peuvent tout dévaster en un rien de temps. Des sentiments qui en deviennent presque dangereux pour le couple.

  Ce qui m’a donc dérangé dans l’histoire et j’en suis désolé à l’avance pour la traductrice, mais c’est la traduction en elle-même. Dès le début, j’ai remarqué que quelque chose n’allait pas. Les négations n’ont pas été traduites correctement, il n’y a jamais eu de « ne pas », juste des « pas » et ça m’a arrêté quelque fois dans ma lecture. Après je l’ai trouvé peut être trop littérale, trop abrupte pour un style français qui serait percutant. C’est ce qui m’a empêché pleinement d’apprécier à fond cette histoire d’amour. Pourtant j’ai failli verser ma larme à deux reprises tellement tout est fort. Je regrette aussi de ne pas avoir lu le tome 3… parce qu’il est centré sur une période de vie de Dylan et Alex qui est très importante à mes yeux. Dans le tome 4 on a des petits souvenirs, mais ça ne m’a pas suffit.

  Quant au style de l’auteure Charles Sheehan-Miles, je pense que la traduction le dessert. Je ne sais pas, il faudrait que je lise le livre en VO pour avoir une petite comparaison. Je pense que l’écriture doit être 10 fois plus percutante. Et que dire de cette fin… je suis resté abasourdi par ce final abrupte mais au combien beau tout de même. Une très belle preuve d’amour et d’espoir pour nos personnages. Maintenant, je suis curieux de lire le tome 3 et de découvrir les autres sœurs d’Alex : Carrie et Julia.

Ma note : 8/10.

Merci à Veronika pour ce partenariat !