samedi 8 août 2015

Chronique : Moon - Tome 1 : La révolte de la Colombe de Karen Bao


Moon – Tome 1 : La révolte de la Colombe de Karen Bao. (Genre : Science-fiction, Jeunesse).

Editions : Milan
Prix : 15,20€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : Dove Chronicles, Book 1 : Dove Arising.

  Résumé : Phaet n’a jamais senti le soleil sur sa peau, le vent dans ses cheveux, elle n’a jamais marché dans la neige ou plongé dans l’océan. Phaet a grandi sur la Lune, colonisée par les humains depuis des décennies. A 15 ans, elle ignore tout de la liberté. Quand sa mère Mira est arrêtée, Phaet n’a plus le choix. Pour subvenir aux besoins de sa famille, elle s’engage dans la Milice et entre au service de la dictature. Son plan : être la meilleure, sauver sa famille et libérer sa mère. Jusqu’à ce que son monde parfaitement organisé commence à se fissurer.


  Le roman de Karen Bao me tentait fortement avec son ancienne couverture. Je dois avouer qu’avec cette nouvelle couverture, plus rétro… je n’étais pas emballé. Finalement, j’avais quand même demandé le roman et je dois dire que je ne regrette pas. Comme quoi, il ne faut pas se fier à l’apparence d’un roman pour apprécier son contenu. J’ai même réussi à l’apprécier durant ma lecture tellement elle a un sens. Le résumé je ne l’avais absolument pas lu et cela a été une totale surprise. J’ai passé un très bon moment de lecture.

Ancienne couverture française.

  Je me suis totalement senti embarqué dans le récit dès la première ligne. Il y a des romans où il faut attendre avant que ça prenne. Mais là, j’ai été dedans tout de suite. L’auteure nous présente Phaet (prononcé « Fate », signifiant « destin » en anglais), ses amis et sa famille. Et très vite, on arrive à l’arrestation de sa maman. Une arrestation qui va changer le cours de son destin. J’ai adoré ces quelques premiers chapitres d’introduction qui restent assez mystérieux sur le pourquoi de l’arrestation. Phaet va prendre une décision importante pour sauver sa famille… et tout bascule.

  Je ne vais pas vous parler de tous les personnages parce qu’il y en a trop. Mais ceux qui me paraissent important. Tout d’abord Phaet qui évolue d’une manière incroyable dans le roman. Elle n’a que 15 ans mais au fil de l’intrigue elle va se révéler à elle-même. Devenir plus forte et plus mature. J’ai adoré son personnage, auquel je me suis beaucoup attaché. Son caractère s’affirme de plus en plus dans le roman et sa force psychique est juste superbe. Elle m’a impressionné ! Vient ensuite la maman de Phaet, Mira. Qui même si elle est absente pendant presque tout le roman va se révéler être un personnage très important. Je n’en dirai pas plus. Et puis il y a Wes, le garçon mystérieux qui s’enrôle lui aussi dans la Milice. Je me suis méfié de lui comme Phaet et au final, même si elle avait des craintes par rapport à lui, je lui ai personnellement fait confiance. J’ai vraiment hâte de voir comment leur relation va évoluer. Surtout après les révélations faites sur lui !

  Le rythme est vraiment bon. Les chapitres courts amènent une fluidité au récit. On découvre un monde Lunaire qu’on n’a pas l’habitude de voir. Du coup, on est curieux de connaître les coutumes de ces colonies. Et puis il y a quand même pas mal d’actions puisque Phaet va beaucoup bouger dans le récit. Dans la Milice elle va s’entraîner autant mentalement que physiquement. Du coup on la suit, on est derrière elle. On essaie de voir les menaces qui pourraient nuire à son classement. C’est vraiment prenant, intense et je peux vous dire qu’on se pose beaucoup de questions ! Jusqu’aux 100 dernières pages où on se prend tout en pleine face lors des révélations de ce 1er tome.

  J’ai vraiment adoré le monde dans lequel Karen Bao nous transporte. Il est vraiment particulier, c’est comme s’il y avait une atmosphère dans ce récit. On sent que l’auteure connaît son univers, ses personnages. Je sais qu’elle en a encore sous le coude pour le prochain tome. Je pense cependant que « La révolte de la Colombe » n’est qu’un 1er tome introductif. Pour moi, dans les 2/3 du bouquin, je n’ai rien appris de significatif. On suit vraiment l’exemple de Phaet et à travers elle, on voit comment la société est construite, comment elle fonctionne etc. Cependant, il me manque des éléments dans ce tome 1 pour dépasser le stade de l’introduction. J’aurai aimé qu’on me montre des choses plus concrètes. C’est ce qui peine le plus ici. Que les grosses révélations arrivent dans le dernier tiers.

  Sinon, la plume de Karen Bao est vraiment addictive et accrocheuse. Quand on est parti dans le bouquin, avec toutes les questions qu’on se pose, on ne peut pas lâcher le livre. Et puis par son statut de petite jeune de la Milice, on est derrière Phaet pour l’encourager et la soutenir. L’auteure a bien joué sur ce point là. Rendre une héroïne attachante est très important. Quant à la fin, mon dieu j’ai hâte de lire la suite après ces révélations. Surtout que j’avais hâte de découvrir un endroit encore inexploré dans le roman. Et l’auteure a exaucé mon vœu ! Très impatient de découvrir le second tome ! Franchement, ne vous arrêtez pas à la couverture et foncez lire ce livre. Même si c’est un premier tome introductif il vous ravira, j’en suis certain !

Ma note : 8/10.

Merci à Elodie et aux éditions Milan – Macadam pour ce partenariat !

mardi 4 août 2015

Chronique : La mort en rouge de Pierre Gaulon


La mort en rouge de Pierre Gaulon. (Genre : Thriller).

Editions : City
Prix : 18€
Année de parution originale : 2013

  Résumé : Des coups frappés à la porte, comme autant d’appels au secours. A travers le judas, Clément Danver a juste le temps d’apercevoir un homme se jeter du haut de cinq étages. Selon toute vraisemblance, l’homme s’est suicidé. Sauf que… Clément a cru voir, un instant, une autre silhouette. Une jeune femme spectrale à la chevelure maculée de sang. Sans doute a-t-il rêvé…


  Mon binôme Guillaume a souvent de bonnes idées pour me sortir des lectures. La plupart du temps, ce sont des thrillers qui m’ont fait envie et qui traîne un peu dans ma PAL. « La mort en rouge » ne fait pas exception à la règle. Gagné lors d’un concours que Pierre Gaulon avait réalisé. Il a bien traîné un an. Guillaume me l’a donc imposé pour mes lectures de juillet. Et je le remercie ! Ce roman a une couverture tellement spéciale. Elle en devient hypnotisante. Le résumé, je l’avais survolé et je savais que j’avais accroché. J’ai passé au final une excellente lecture !

  Dès le début on ne peut être qu’intriguer par ce prologue spécial. Un prologue où on suit une fille qui va se faire tuer par un homme. Du sang, du suspense et du mystère… ça commençait bien. Et très vite, l’auteur nous amène à ce que le résumé nous raconte. Le suicide d’un homme qui s’est jeté du cinquième étage dans la cage d’escalier d’un immeuble. Et un voisin qui aurait vu l’ombre d’une femme nu avec des cheveux en sang… J’avoue que j’ai été intrigué, sous tension et très curieux de découvrir la suite de cette histoire. Pierre Gaulon a frappé fort dès le début.

  Les personnages ne sont pas le point fort du roman. On les suit, on est content de connaître un peu leur passé et leurs problèmes. Mais ils ne sont pas attachants outre mesure. Je pense que l’auteur a tout joué sur son intrigue. Personnellement, ça ne m’a pas dérangé une seule seconde. J’ai pris plaisir à découvrir un duo inattendu : celui de Clément et de Lou. A suivre aussi en parallèle le policier Serinam. Et bien sur les flash-back sur un préfet lors de la seconde guerre mondiale que nous balance l’auteur dans le roman. Un personnage qui va s’avérer être plus qu’important dans le récit au final. J’ai aimé l’ingéniosité et l’intelligence de Lou. J’ai apprécié le côté fouine curieuse de Clément. Et j’ai aimé l’histoire glauque du préfet. De bons personnages pour l’intrigue mais qui manque de profondeur pour compléter plus l’histoire.

  Le rythme c’est quelque chose que Pierre Gaulon sait maîtriser. Déjà, ses chapitres ne sont pas très longs ce qui apporte de la fluidité au récit. Ensuite, sa narration à la troisième personne fait qu’on a différents points de vue et ça… c’est un gros avantage dans un thriller. Parce que même les méchants vont parler et c’est top ! Bien sur, les flash-back apporte un plus incroyable à l’intrigue en la complexifiant davantage que ce qu’elle n’est déjà. L’auteur est fort, il nous livre son histoire sur un plateau. On est curieux d’en apprendre toujours plus et de comprendre quels liens lient les personnages. Franchement j’ai été scotché.

  Ce thriller est un vrai thriller. Du sang, un crâne qui a explosé, une intrigue complexe et nouée sur elle-même. Des souvenirs qui viennent hanter le présent et du coup, on se pose plein de questions. Au début, je me suis dit mais punaise, on fait trois pas en avant pour reculer de deux à chaque fois. Et puis l’auteur manie ses personnages pour les faire avancer dans l’intrigue. Je dois dire que cette légende autour de cette fille aux cheveux rouges m’a parfois mis le frisson. Des fois je me suis même demandé si cela n’existait pas vraiment. Et quand enfin on comprend le fin mot de l’histoire… je me suis dit que c’était franchement évident. Mais je n’arrivais pas encore à faire le lien. L’auteur est fort pour nous donner des éléments tout en nous laissant dans le flou !

  Son écriture est simple, pas spectaculaire mais pour un thriller elle a le mérite d’être efficace. Je dois dire que je me suis laissé prendre par son style et par sa narration à la troisième personne. Ce que je regrette c’est que les remords d’un personnage sur une ancienne relation n’ont pas été assez creusés. Certes, ça n’aurait rien amené à l’histoire. Mais dans ce monde de brute, un peu d’amour ne fait pas de mal. La fin est dingue parce que ce que l’auteure arrive encore une fois à nous surprendre. Franchement, c’est un livre que je vous conseille. Il est sorti en poche le 20 août 2014 donc n’hésitez surtout pas à rencontrer la jeune fille aux cheveux de sang.

Ma note : 8,5/10.