samedi 5 septembre 2015

Chronique : Anonyme est la mort - Livre 1 / La mort est anonyme - Livre 2 de Thierry de Greef


Anonyme est la mort – Livre 1 / La mort est anonyme – Livre 2 de Thierry de Greef. (Genre : Thriller).

Editions : Editions du Panthéon
Prix : 12,80€ (Partenariat)
Année de parution originale : 2015

  Résumé : Un roman noir en deux livres, une histoire en miroir, une mécanique oppressante. La vérité de la mort est un mensonge.


  Je remercie Anaïs, l’attachée de presse des éditions du Panthéon pour l’envoi de ces deux ouvrages. J’ai été fort tenté de les découvrir. En effet, lire des livres avec un effet miroir, je n’avais jamais vu ça. Du coup comme ça m’a intrigué j’ai accepté. Les couvertures se font elles-mêmes écho ce qui rend le côté miroir plus percutant. Tout comme le titre d’ailleurs. Le résumé, comme vous pouvez le voir en dit très peu. Je me suis donc lancé dans ces lectures… et je peux vous dire que je n’ai pas compris l’histoire ! Je vous explique pourquoi de suite !

  Dès le début, j’ai senti qu’il y avait quelque chose de gênant. L’auteur va vite en besogne et ne prend pas le temps d’installer son histoire. Sa plume (j’y reviendrai à la fin), m’a beaucoup gêné. Il a un style particulier qui ne m’a pas fait apprécier le récit. Pourtant, je voulais persévérer pour ne pas me faire de fausses idées. Mais même en persévérant, l’histoire ne m’a pas conquis. Je n’ai même pas compris le 1er tome c’est pour vous dire. Quand j’ai commencé le second, je pensais avoir des réponses. Même si j’en ai eu quelques unes, tout n’est pas très clair. Je suis encore dans le flou actuellement et je suis frustré de ne pas avoir compris et apprécié cette histoire. Une histoire dont le concept pouvait être novateur.

  Le fait est que dans le 1er tome on va suivre Sylvain. Il est psychologue à « Suicide-SOS » et répond donc aux appels des gens perdus. Franchement ce personnage n’est pas du tout approfondi ! Déjà on sait au bout je ne sais pas combien de pages comment il s’appelle. Donc je n’ai pas réussi à m’identifier à lui tout de suite, ça m’a gêné. Après, on connait à peine sa situation actuelle. L’auteur passe sur des détails qu'il aurait été important de connaitre. On ne sait rien de son passé et c’est fort dommage. Sylvain pour moi n’a été qu’un personnage effacé et dans l’incompréhension dans tout le roman. Dans le tome 2, je n’ai pas compris qui on suivait. Je ne vous dirai rien de mes suppositions. Mais franchement, j’ai été perdu. Ici, rien d’une potentielle vie d’un potentiel personnage. Bref, les personnages qui auraient pu porter un minimum le roman, n’en font rien.

  Le rythme est bon parce que les chapitres sont courts, tout comme le livre. Même si cela fluidifie un peu le récit je dois reconnaître que l’auteur n’a pas permis à son lecteur de s’immerger totalement dans l’histoire. Son récit est flou et fouillis, je n’ai pas compris où il voulait en venir. Au lieu de rester concentré sur la trame principale, il fait des divagations qui pour moi ont été inutiles. J’ai eu l’impression qu’il partait dans tous les sens. Cette impression je l’ai eue dans les 2 tomes, même si dans le second, ça s’atténue un peu. Un rythme qui aurait pu être bon, mais l’auteur n’a pas réussi à le mettre en avant.

  En ce qui concerne le côté thriller, je l’ai trouvé inexistant. Quand on me vend un thriller, je m’attends à plus de meurtres et à un peu de sang. Certes des gens meurent et on sait comment dans le tome 2, mais c’est soft. Pour moi, la mécanique n’a pas été oppressante, elle est mal rodée et mal positionnée. Le thème abordé dans les deux tomes est la mort. Je n’ai pas réussi à savoir où voulait en venir l’auteur par rapport à ce thème si particulier. Je savais que son personnage du tome 2 cherchait une réponse… mais je ne sais même pas s’il l’a trouvée. Je pense que l’auteur n’a pas su mêler son thème et son histoire pour en faire quelque chose d’original. Il avait tous les éléments pour innover dans le genre littéraire, mais pour moi, ça ne prend pas.

  En ce qui concerne sa plume, je ne l’ai pas aimée. Elle m’a dérangée. Les phrases sont trop longues, les mots choisis sont parfois compliqués. Il y en a que je ne connaissais même pas… sur ce point j’ai au moins appris. Je pense (et ce ne sont que des suppositions), que l’auteur a voulu donner un rythme haché à son récit. Cependant, ça le rend fouillis et parfois il s’éloigne de son histoire. La fin du tome 2 ne m’a pratiquement pas apporté les réponses que j’aurai aimé avoir. Bref, je sais que je ne vous donne pas du tout envie de lire ces romans. J’aurai aimé les apprécier, surtout avec un concept aussi novateur. Je m’excuse pour l’auteur s’il lit la chronique un jour. Je suis de ceux qui n’ont pas apprécié.

Mes notes : 4/10 pour le tome 1
5/10 pour le tome 2.

Merci à Anaïs et aux éditions du Panthéon pour ce partenariat !

vendredi 4 septembre 2015

*Vidéo* : Mon Carnet Livresque #44


Salut la compagnie !

Après plus d'un mois d'absence, je reviens avec une vieille vidéo que j'ai tourné début juillet ^^ Des soucis de logiciel de montage ont fait que je n'ai pas pu la publier avant... Bref, dans ce Carnet Livresque beaucoup de lectures passées ! Du fantastique, du contemporain, de la dystopie, de la romance, de la fantasy... de éclectisme en fait ;) Je reviens très vite sur booktube et vous souhaite une belle rentrée :) Bon visionnage !

Enjoy <3

Mes lectures passées :
    
 

Ma lecture en cours :

Ma lecture future :

jeudi 3 septembre 2015

Chronique : Une île de Tracey Garvis Graves


Une île de Tracey Garvis Graves. (Genre : Romance, Contemporain).

Editions : Milady
Prix : 15,20€
Année de parution française : 2013
Année de parution originale : 2011
Titre version originale : On the island.

  Résumé : Anna Emerson n’hésite pas un instant lorsque les Callahan lui proposent de se rendre aux Maldives pour donner des cours à leur fils T.J., en rémission d’un cancer. Mais rien ne se passe comme prévu : le jet privé à bord duquel ils ont embarqué se crashe au beau milieu de l’océan Indien. Les voici naufragés sur une île déserte où ils vont devoir apprendre à survivre. Si l’adolescent rechute, rien ne pourra le sauver. Anna se sent malgré tout étrangement attiré par son compagnon d’infortune. Alors que chacun d’eux n’a plus que l’autre pour unique horizon, leur seule chance de s’en sortir est ce lien précieux qui ne cesse de grandir entre eux.


  Le roman « Une île », je l’ai acheté d’occasion en grand format. L’occasion (c’est le cas de le dire), m’est tombée dessus et comme je voulais le lire depuis un moment, j’ai foncé ! Je souhaitais découvrir pourquoi le bouquin avait eu un tel engouement à l’époque. La couverture est vraiment magnifique. Après, elle ne reflète en rien l’histoire du livre et des deux personnages. Elle a cependant le mérite d’attirer l’œil. Le résumé, je ne l’avais pas lu. Je savais juste que nos deux protagonistes allaient s’échouer sur une île… pour survivre. Ce n’est pas un coup de cœur, mais j’ai passé un agréable moment de lecture.

  L’auteure commence très vite à mettre en scène ses personnages pour que la catastrophe arrive. On fait donc la connaissance d’Anna et de T.J. tôt dans l’histoire. Tracey Garvis Graves fait l’état d’âme de ces deux là. Anna cherche en John (son compagnon actuel), plus d’engagement de sa part dans leur relation. T.J. fait se voyage pour faire plaisir à ses parents et surtout pour rattraper son retard en cours. A cause de sa maladie, il n’a pas pu passer ses examens. Anna est là pour lui enseigner les connaissances nécessaires. Très vite, ils vont embarquer dans l’avion. Très vite, les ennuis vont commencer… et les craintes ne vont plus s’arrêter.

  Anna est un personnage qui a la tête sur les épaules. C’est une jeune femme de 30 ans réfléchie et consciencieuse. Sa profession d’enseignante lui permet de gérer « presque » toutes les situations. Anna est prévoyante et attentionnée envers T.J. qui n’a que 16 ans lors du crash. Si au départ Anna essaie de croire en un éventuel sauvetage, son côté pragmatique la fait baisser les bras. C’est un personnage qui évolue et qui s’adapte. De triste et résignée, elle va essayer de se reprendre en main pour survivre. Tout comme T.J. d’ailleurs. Cet adolescent va lui aussi évoluer. Il est téméraire et n’a peur de rien. Mais Anna est là pour lui rappeler les dangers d’une île qu’ils ne connaissent pas. C’est un personnage qui va avancer et mûrir au contact de sa professeure. Il devient plus calme et plus réfléchie. C’est un duo qui permet au lecteur d’en apprendre davantage sur eux. Comme ils vont se découvrir, on va aussi les découvrir à travers leurs yeux. C’est une très bonne tactique de la part de l’auteure pour nous les dévoiler. J’ai vraiment adoré les suivre… deux personnages différents et attachants.

  Le rythme est soutenu et bon. Comme les personnages sont seuls une bonne partie du roman, l’auteure nous permet de les suivre alternativement en changeant de point de vue. Et c’est ce qui rend le roman vraiment intéressant. Connaître les pensées de l’autre et savoir ce qu’il pense vraiment. Voir comment la relation évolue. Voir comment les dangers de l’île guettent Anna et T.J. Parce que je vous le dis, ils ne vont pas faire de farniente ! Les dangers sont présents et peuvent surgir à tout instant. L’auteure ne lésine pas la cruauté envers ses personnages. Elle les fait souffrir. Mais ils en ressortent beaucoup plus fort. Et comme ça, petit à petit… une autre relation se noue entre Anna et T.J.

  Ce qui m’a plu dans leur histoire d’amour, c’est que l’auteure ne la précipite pas. Certes T.J. est un gros obsédé attiré par Anna dès le 1er mois. Mais c’est un gosse et qui n’a jamais été attiré par une enseignante super sexy ? C’est un amour qui se forge au fur et à mesure. Au fil des galères, au fil des dangers surmontés. Avec de petits secrets échangés et de petites confidences lâchées par la faim, la soif ou la chaleur. L’auteure fait monter la sauce et c’est cette construction là, qui rend leur amour crédible et audible. Personnellement j’y ai cru et ça a fonctionné.

  L’écriture de Tracey Garvis Graves est agréable sans être exceptionnelle. Elle écrit simplement et je pense que c’est ce qu’il faut à cette histoire. Les sentiments en sont décuplés, tout comme la relation. Le lecteur vivra avec Anna et T.J. tout ce qu’ils vont vivre. Ce qui m’a plu, c’est l’écho à une catastrophe naturelle que fait l’auteure. Et puis le méga retournement de situation aussi. Et quand on pense que tout va pour le mieux, les personnages se détruisent encore plus. Mais… je n’en dirai pas plus. C’est un livre autour de l’amour, des valeurs qu’on porte et qui donnent un sens à notre vie. Une belle morale sur l’amour avec un grand « A ».

Ma note : 8/10.