samedi 12 septembre 2015

Chronique : Chroniques Lunaires - Livre 1 : Cinder de Marissa Meyer


Chroniques Lunaires – Livre 1 : Cinder de Marissa Meyer. (Genre : Science-fiction, Jeunesse).

Editions : Pocket Jeunesse
Prix : 17,90€ (Lecture Commune)
Année de parution française : 2013
Année de parution originale : 2012
Titre version originale : The Lunar Chronicles, Book 1 : Cinder.

  Résumé : Humains et androïdes cohabitent tant bien que mal dans la ville de New Beijing. Une terrible épidémie ravage la population. Depuis l’Espace, un peuple sans pitié attend son heure… Personne n’imagine que le salut de la planète Terre repose sur Cinder, brimée par son horrible belle-mère. Car la jeune-fille, simple mécanicienne mi-humaine, mi-cyborg, détient sans le savoir un secret incroyable, un secret pour lequel certains seraient prêts à tuer…


  Je pense que je n’ai pas besoin de m’attarder sur la saga « Chroniques Lunaires » de Marissa Meyer. Vous la connaissez tous et vous êtes une majorité à avoir adoré les 4 tomes sortis chez Pocket Jeunesse. Ce mois-ci, mon binôme Guillaume a décidé de me faire sortir « Cinder » et je l’en remercie. Du coup, Momoko l’ayant aussi dans sa PAL, elle m’a proposé d’en faire une lecture commune. Couverture sublime n’est-ce pas ? Je n’ai cependant pas relu le résumé, je savais juste que c’était une réécriture de conte version futuriste. Même si je ressors content de cette lecture, j’ai eu vraiment peur ! Je vous explique pourquoi.

  Jusqu’à la moitié du roman, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire. C’est le gros point faible du livre. Jusqu’à la révélation à mi-parcours, je me suis ennuyé. Je me suis même demandé si je n’étais pas bizarre et si je ne passais pas à côté du bouquin. J’avais en tête tous les bons avis et ça me frustrait ! Du coup, j’ai pris mon mal en patience. Même si c’était lent, l’auteure nous renseigne un peu sur son univers et sur Cinder, son personnage principal. On grappille quelques informations mais rien de significatif. Et vers la moitié du récit… la révélation fait accélérer les choses.

  Tout au long de l’histoire on va suivre Cinder, une jeune fille mi-humaine, mi-cyborg. Mécanicienne de métier elle a été adoptée à l’âge de ses 11 ans par Adri, sa belle-mère… qui la déteste. Si j’ai au début eu du mal à m’attacher à elle, j’ai appris à la connaître et à l’apprécier. En fait, lorsque l’intrigue n’avançait pas je n’arrivais pas à l’aimer. Et dès qu’il y a eu l’élément déclencheur, j’ai su que l’auteure avait préparé le terrain. Cinder est une fille droite dans ses baskets qui ne rêvent que d’émancipation. Elle a aussi du caractère. Elle ne se laisse pas faire par sa famille adoptive. Du tempérament, des initiatives mais aussi un côté touchant avec un cœur énorme pour une personne chère à ses yeux. Cinder est un bon personnage bien exploité. Le prince Kai est aussi une personne importante dans le récit. Tout comme la reine Levana que j’ai détesté à la première seconde.

  Le rythme ne m’a pas paru bien dosé. Tout au début, j’ai cru que je n’allais jamais finir le bouquin. La première moitié souffre de longueurs. Marissa Meyer s’attarde parfois sur des choses inutiles, que le lecteur n’a pas besoin de savoir. Ces petites longueurs freinent l’avancée de la lecture et la rend pénible. Il y avait aussi dans cette première partie beaucoup de descriptions comparées aux dialogues. Ça casse un peu le rythme de l’intrigue. Lors de la deuxième partie, après la révélation, j’ai senti que l’auteure voulait nous faire partager plus de choses. Elle mettait davantage en avant les personnages en les faisant parler. On en apprend plus sur l’univers créé et sur les choses importantes pour l’avenir. Une tension se met en place progressivement et Cinder fera peut-être des choix qu’elle n’aurait pas pensé faire.

  L’univers en lui-même est bien pensé. On voit les petites références au conte « Cendrillon » d’origine : la belle-mère jalouse, les sœurs, le prince, les idéaux de Cinder, la pantoufle… Le tout catapulté dans un monde futuriste. Le mélange passe bien et on se laisse porter par l’univers créé par Marissa Meyer. Je pense qu’elle n’a pas fini de nous surprendre avec les chroniques lunaires. Le tome sur Cinder n’est qu’un tome d’introduction. Je sens qu’elle en a encore sous le coude et qu’elle peut aller encore plus loin dans ce qu’elle a créé. Je suis curieux d’en découvrir davantage. Les retournements de situations le laisse présager en tout cas.

  La plume de l’auteure est sympathique, simple et efficace. Cependant, il y a des fois où j’ai tiqué sur certaines phrases. Elles avaient du sens mais peut-être n’étaient-elles pas assez fluide lors de ma lecture. En tout cas, c’est ce que j’ai ressenti. Je regrette aussi le manque d’émotion dans le roman. Si on se sent pousser à lire à cause des révélations qui égrainent le temps… les sentiments sont un peu mis de côté. Et puis cette fin… bon en fait, on avait deviné avec Momoko, mais que l’auteure nous le dise, c’est génial. Si au départ j’ai été mitigé par cette lecture, j’en sors ravis et j’ai hâte de découvrir Scarlet dans le tome 2 des « Chroniques Lunaires ».

Ma note : 7,5/10.

La chronique de Momoko pour cette lecture commune : ICI.

jeudi 10 septembre 2015

Chronique : Les dimensions de l'esprit - Tome 0.5 : La figeuse du temps de Dima Zales


Les dimensions de l’esprit – Tome 0.5 : La figeuse du temps de Dima Zales. (Genre : Fantastique).

Editions : Mozaika Publications
Prix : 0€ en ebook
Année de parution française : 2015
Année de parution originale : 2015
Titre version originale : Mind Dimensions, Book 0 : The time stopper.

  Résumé : Je peux figer le temps, mais je ne peux rien changer. Je peux accéder à des souvenirs, mais pas assez loin. Je m’appelle Mira et mon but dans la vie est de trouver le mafieux russe qui a tué ma famille.


  Je ne sais plus comment je suis tombé sur ce livre… sûrement dans les recommandations via Amazon. C’est d’abord la couverture qui m’a attiré. Ce côté dynamique rehaussé d’une couleur attirante et de ronds comme si une pierre avait été lancée pour faire des ricochets. Ça m’a de suite parlé. Et puis j’ai lu le résumé et je me suis dit que ce bouquin était fait pour moi. Il y a des fois où l’intuition joue sur l’envie de lire. Je peux vous dire que j’ai eu une bonne intuition avec ce petit récit. Ce tome 0.5 est une tuerie !

  Ce n’est qu’une nouvelle et elle fait 50 pages, mais j’ai été accroché dès le début par la découverte de Mira et par ses ambitions. On se rend compte de son pouvoir rapidement et je me suis pris au jeu de découvrir ses capacités. J’ai été intrigué et sous le charme de cette jeune femme qui en veut. Elle est forte et attachante à la fois. Voulant savoir qui a tué ses parents. D’ailleurs, il y a un petit flash-back aidant à la compréhension de la scène. Mira a cependant une petite faiblesse, son frère, qui est le seul membre de sa famille. Pourtant portée par ses convictions et son pouvoir, elle ne va cesser de chercher le coupable. Presque au péril de sa vie, par certains moments. Je l’ai vraiment adoré et j’ai hâte de la retrouver dans le tome 1 de cette série prometteuse.

  Le rythme est archi bon. J’ai lu cette nouvelle numérique en 1h30 peut-être. L’action aide à faire avancer l’histoire vite et bien. On s’en prend plein la face dans les scènes de combat. Tout comme dans celles où Mira utilise son pouvoir. Après, une nouvelle est censée aller vite pour nous éclairer sur un personnage secondaire d’une série. Et Dima Zales a parfaitement su trouver le bon équilibre. Ni trop peu, ni pas assez. Franchement bien dosé. On a l’impression de lire une véritable course contre la montre.

  Cet univers fantastique m’a parfaitement bluffé ! L’auteur a cette capacité à nous décrire le pouvoir de Mira à la perfection. Quand elle arrête le temps, on voit les personnes s’arrêter, ne plus battre un cil, figées dans ce qu’elles étaient en train de faire. Les descriptions aident à visualiser les scènes et c’est super. Le fait est que l’auteur connaît aussi parfaitement son univers. On a de bonnes explications sur ce qu’elle a créé et j’ai été avide d’en savoir plus ! J’ai eu ma dose mais, le tome 1 doit réserver bien d’autres surprises. J’ai envie de dire que ce n’est que le début.

  L’écriture est vraiment excellente. Elle n’est pas poétique ou recherché, mais le côté dynamique apporte une cadence au récit incroyable. Le style de l’auteur est top, on sent qu'il sait écrire et c’est agréable à la lecture. La fin me donne vraiment envie de lire le tome 1 parce qu’on sait qu’on va retrouver Mira. Elle sera placée en personnage secondaire mais on connait son histoire, et c’est un avantage. Le seul défaut… c’est trop court ^^ Je vous recommande de tenter ce tome 0.5, gratuit en numérique ! Pour les fans de fantastique, vous allez adorer j’en suis sûr !

Ma note : 8/10.

mercredi 9 septembre 2015

*Vidéo* : Summer Book TAG


Salut la compagnie !

Aujourd'hui je reviens pour vous poster une vidéo TAG sur la chaîne Booktube ! :D Comme on est encore en été, je me suis dit que c'était l'occasion où jamais de poster le Summer Book TAG, que Kevin (La bibliothèque de Misterkev) a gentiment créé pour la saison :) Encore merci à lui de m'avoir tagué, j'ai bien pris du plaisir en tournant la vidéo ! Bon visionnage ;)

Enjoy <3

Les questions
1. Un livre qui se passe en été
2. Un livre parfait pour la plage
3. Le livre que tu utiliserais pour allumer un BBC
4. Un livre avec une couverture qui représente les beaux jours
5. Un livre qui fait voyager dans un pays chaud
6.Un livre sombre comme un orage d'été
7. Un livre qui fais référence au soleil, à l'été...
8. Un livre frais comme un sorbet
9. Un livre que tu ne regretterais pas de faire tomber dans une piscine
10.Qui tagues-tu ?

dimanche 6 septembre 2015

Chronique : Blackwood : le pensionnat de nulle part de Lois Duncan


Blackwood : le pensionnat de nulle part de Lois Duncan. (Genre : Jeunesse, Fantastique).

Editions : Hachette
Prix : 16€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015
Année de parution originale : 2011
Titre version originale : Down a dark hall.

 Résumé : A l’instant où elle pose les yeux sur l’imposant manoir gothique de Blackwood, le pensionnat où elle va passer l’année, un sentiment d’angoisse s’empare de Kit. Comme si un vent glacé traversait son cœur à chaque pas effectué vers la porte. Comme s’il y avait quelque chose de maléfique à l’intérieur des murs de ce pensionnat perdu au milieu de nulle part…


  PETIT COUP DE CŒUR ! Quand les éditions Hachette ont proposé ce roman en partenariat, j’avoue avoir hésité à le prendre. J’avais peur que ce soit du déjà vu et de n’être pas emporté. Les livres du genre fantastique me plaisent toujours, mais j’en ai lu tellement que maintenant il me faut le top du top ! Grâce à l’aide d’une amie blogueuse (qui se reconnaîtra), je l’ai choisi… et j’ai bien fait. Il faut aussi dire que c’est ce que j’avais besoin à ce moment là, ce qui a aidé à former ce petit coup de cœur. La couverture m’avait déjà tenté, comme le résumé. Et je suis parti à l’exploration de cette histoire. J’ai vraiment adoré le livre, un excellent moment de lecture.

  Dès le début, j’ai senti que j’allais adorer le récit. On se retrouve directement plongé au cœur de la découverte du village entourant le pensionnat, ainsi que ce dernier. L’auteure pose ses bases, nous présente ses personnages et plus particulièrement Kit. J’ai senti que petit à petit, quelque chose se mettait en place, sans savoir quoi véritablement. Et puis comme Kit, on est curieux de découvrir ce pensionnat si particulier… même si comme elle toujours, on se sent effroyablement rebuté par sa vue et son aura particulier. Un bon début qui rend le lecteur curieux d’en découvrir plus !

  Les personnages sont très intéressants parce qu’ils vont porter le récit dans ce qu’il a de plus mystérieux. Kit est la jeune fille qu’on va suivre le plus, notre protagoniste. Je me suis beaucoup attaché à elle. Notamment par ce qu’elle a ressenti tout au long de l’histoire, mais aussi par son passé douloureux et par la perte de son papa. C’est une adolescente ayant la tête sur les épaules, réfléchie et forte. Elle a également un côté tendre qui la rend un peu peureuse à Blackwood. Et on la comprend, mais son côté curieuse l’emmènera à mener une véritable enquête. Vient ensuite trois autres filles : Sandy, Ruth et Lynda. Ainsi que Mme Duret et son fils Jules. Je ne vous en dirai pas plus… je vous laisse découvrir ces personnages. Tous ne sont pas autant approfondis que Kit, mais on les aime ou on les déteste. Ce qu’on apprend d’eux suffit à apprécier l’histoire.

  Les rythme est vraiment incroyable ! En une heure de temps, j’avais déjà lu 80 pages tellement on les avale. Les chapitres sont assez courts ce qui amène (comme vous le savez bien sur ^^), une fluidité intéressante au livre. Ensuite, l’histoire en elle-même est très prenante et on se pose beaucoup de questions sur l’intrigue. Au fur et à mesure que Kit apprend des choses, on en apprend aussi et du coup… on en voudrait carrément plus. L’auteure a fait de son roman une véritable enquête comme si Sherlock était aux manettes. On se prend à faire des suppositions, à croire à du fantastique, à de l’horreur, à la réincarnation… sans toutefois démêler le vrai du faux !

  L’histoire créée par Lois Duncan est vraiment originale. Ce que je peux vous dire c’est que vous allez être surpris si vous lisez le bouquin. On passe aussi par beaucoup de stade au niveau des émotions. De l’appréhension du début, on arrive à la peur tout en faisant un tour par le stress et la colère. Mais franchement, j’ai flippé plus d’une fois par les détails que l’auteure émet. Et puis petit à petit, le roman monte crescendo, comme si une épée de Damoclès était suspendue au dessus des têtes des demoiselles. J’ai vraiment adoré cette mini course contre la montre. Ce que je regrette un peu, c’est que « l’univers » développé ne soit pas un peu plus étayé. Il est intéressant mais le peu de pages du bouquin ne permettent pas d’en savoir davantage. On en sait beaucoup, mais j’en aurai voulu plus.

  La plume de l’auteure est vraiment prenante et bonne. Elle immisce dans son roman grâce à son style une atmosphère particulière, qui en devient pesante dans le roman. Comme si tout à coup, quelque chose allait surgir du noir. J’ai frissonné quelques fois. La fin m’a beaucoup plu parce que jusqu’au bout, on ne sait pas ce qu’il va advenir de Kit. Par contre, je l’ai trouvé un peu brutale et abrupte. Un petit épilogue aurait été appréciable pour savoir comment le tout a véritablement fini. Je reste dans l’expectative ! Malgré ces quelques défauts, je vous recommande ce bouquin. Vous allez frissonner, être pris dans une véritable enquête. Pris dans un univers particulier et inédit qui ne manquera pas de vous surprendre. Franchement, vos nuits seront un peu perturbées par ce que vous allez lire !

Ma note : 8/10.

Merci à Cécile et aux éditions Hachette – Black Moon pour ce partenariat !