lundi 28 décembre 2015

Chronique : Demain, une oasis d'Ayerdhal


Demain, une oasis d’Ayerdhal.
(Genre : Thriller, Science-fiction).

Editions : Au Diable Vauvert
Prix : 15€ (Partenariat)
Année de parution originale : 1992

  Résumé : Médecin doté d’une vie tranquille à Genève, que pouvait-il craindre ? Deux limousines, un coup de frein, des portières qui claquent, un pistolet-mitrailleur, deux beignes, une cagoule et des jours dans une cave sous perfusion et somnifères… Un kidnapping. À son réveil, il se retrouve quelque part dans un village africain dont un commando humanitaire lui confie la responsabilité. Sécheresse, famine, terrorisme : dans une Afrique qui se meurt, c’est en cherchant le sens du mot justice qu’il trouvera celui de sa vie.


  Cette chronique va être courte je le pense. « Demain, une oasis » est un roman que j’ai reçu de la part des éditions Au Diable Vauvert. Je les remercie pour l’envoie. Cependant, je ne pense pas que le livre soit mon genre. En effet, même s’il est catégorisé thriller, je n’ai pas retrouvé ce que j’aime dans ce genre. La couverture est très bof… ce n’est pas ce qui m’attirerait dans une librairie. A la lecture du résumé j’étais curieux mais sans plus. Au final, j’ai abandonné ma lecture parce que ça ne me plaisait pas.

  Au début on arrive vite dans ce qu’il y a d’écrit dans le résumé. Du coup je me suis dit que l’auteur allait bien développer son histoire. Le fait est qu’il reste trop peu de temps focalisé sur l’enlèvement et sur le travail du personnage principal en Afrique. C’est dommage que ce côté-là ne soit pas plus développé puisque ça aurait renforcé l’image du thriller que j’avais. Un bon début même s’il est rapide et court.

  Bon pour les personnages je vais aussi aller vite. Je n’ai pas aimé le personnage principal qu’on surnomme « l’Interne ». Ce n’est pas qu’il ne m’a pas plu, c’est juste que je me suis senti extérieur à sa façon de penser et de voir les choses. C’est un adulte médecin qui a une vision totalement différente du monde par rapport au mien. Et sa vision est tellement complexe que je lisais sans vraiment faire attention à lui. Je me laissais porter par ses réflexions sans prendre le temps de les analyser. Après ce n’est pas un personnage assez développé et creusé pour le rendre attachant. Même après son enlèvement on n’a pas pitié de lui. Les autres personnages sont bof, rien de bien significatif.

  Le rythme est très sympathique. Je pense d’ailleurs que l’écriture d’Ayerdhal y est pour quelque chose. Ça se lit vite et bien, les paragraphes sont bien construits et les chapitres sont très courts. Du coup, même si on n’aime pas trop l’histoire (comme moi), on peut aller au bout sans souci. D’ailleurs c’est ce que j’aurai fait si l’histoire avait été autrement développée. Je n’ai pas continué parce que le thème du livre ne me bottait pas. J’avais l’impression de lire un cours d’histoire et d’économie en même temps. Trop de techniques, trop de mécanismes qui ne m’intéressent pas. Je lis pour prendre du bon temps et m’évader et là mon cerveau a fumé.

  Comme je l’ai dit précédemment, l’écriture de l’auteur est addictive. L’histoire se lit super bien et son style est étonnamment fluide. Le bouquin n’est juste pas en adéquation avec mes attentes. Peut-être qu’il vous plaira si vous aimez décortiquer les mécanismes économiques, les politiques et les stratagèmes sociaux. Personnellement ce n’est pas ce genre de lecture qui me tente. A vous de voir si vous voulez tenter l’expérience.

Ma note : Abandon.

Merci aux éditions AuDiable Vauvert pour ce partenariat !

dimanche 27 décembre 2015

*Vidéo* : Pourquoi lire... Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin Alire Sáenz ?


Hey la compagnie livresque !

Aujourd'hui je reviens avec une vidéo que j'ai tourné il y a quelques temps :D Il s'agit d'un rendez-vous du "Pourquoi lire ?" !! Je vous présente ici le roman de Benjamin Alire Sáenz qui a fait beaucoup de bruits autant en VO qu'en VF ;) Si vous ne l'avez pas encore lu, je vous conseille de regarder la vidéo, d'aller l'acheter et de vous laisser imprégner par l'histoire !

Enjoy <3

Livre présenté : Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin Alire Sáenz publié chez Pocket Jeunesse :

  Résumé : A 15 ans, Ari Mendoza est un jeune garçon en colère et solitaire avec un frère en prison. Mais quand il rencontre Dante ils deviennent amis. Ari commence à se poser des questions sur lui-même, ses parents et sa famille, qu'il ne s'était jamais posé avant.

  En bref ce que j'en pense : "La plume de l'auteur est juste magistrale. J'ai parfois eu l'impression de saigner de l'intérieur tellement j'avais mal au ventre par les émotions que je ressentais. Une écriture simple, fluide, mais qui prend une ampleur incroyable quand les sentiments sont développés. Ça en devient du coup plus fort. [...] Aristote et Dante sont vraiment les personnages centraux du récit. Tout se construit autour de leur vie, autour des secrets de l'univers qu'ils vont découvrir."

Le lien vers ma chronique complète : ICI.

Chronique : Traqué - Tome 1 d'Andrew Fukuda


Traqué – Tome 1 d’Andrew Fukuda.
(Genre : Jeunesse, Science-fiction).

Editions : Michel Lafon
Prix : 15,95€ (Lecture commune)
Année de parution française : 2013
Année de parution originale : 2012
Titre version originale : The Hunt, Book 1.

  Résumé : Gene est l’un des derniers humains sur Terre. Son seul moyen de survie : se faire passer pour l’un de ses prédateurs. Ne pas rire, ne pas transpirer, ne pas montrer qu’il est un « homiféré ». Cela fait dix-sept ans qu’il se fond parmi ceux qui n’hésiteraient pas à le tuer s’ils découvraient sa véritable nature. Chaque décennie, le gouvernement organise un immense jeu où une poignée de privilégiés peuvent pister et dévorer les rares humains retenus en captivité pour l’événement. Sélectionné pour traquer les siens, Gene ne peut commettre le moindre faux pas. D’autant qu’une mystérieuse fille éveille en lui des sentiments qu’il n’a pas le droit d’avoir. Des sentiments qui pourraient le trahir. Gene a la rage de vivre… mais vaut-elle le prix de son humanité ?


  Lors de sa sortie française en 2013, « Traqué » avait eu de bons avis. C’est principalement ce qui m’avait incité à l’acheter et puis ce livre m’attirait. Rien que la phrase d’accroche : « Cessez d’être la proie, devenez le chasseur », ça m’avait rendu super curieux. Acheté en 2013, c’est aujourd’hui grâce à mon binôme Guillaume que je le sors. J’ai lu ce livre en lecture commune avec lui. La couverture je l’adore, on sent la traque, la chasse, la course poursuite. Cependant, elle est très trompeuse sur l’histoire. Je m’étais imaginé une histoire tellement différente de ce qu’Andrew Fukuda a écrit. Du coup j’ai été déçu par ce que j’ai lu. Une lecture en demi-teinte pour ce tome 1.

  Pourtant le prologue m’avait bien plu. L’auteur aborde l’histoire de Gene et de sa famille. Comment il est arrivé à se retrouver tout seul. Comment il fait pour survivre et dans quel monde il vit. Je me suis dit que si les explications allaient crescendos ça devrait le faire. Même le début du roman, j’ai senti que ça allait être long à démarrer. J’était intrigué, mais l’auteur restait trop en surface et ne creusait pas assez la vie de Gene. On est quand même poussé à continuer à lire parce qu’on veut vraiment que l’action arrive. Bref un début sympa mais sans plus.

  En ce qui concerne les personnages, je ne les ai pas trouvés exceptionnels. D’une part, si on ne lit pas le résumé, il faut attendre plus de la moitié du roman pour savoir comment s’appelle Gene. Et puis je ne sais pas, sa façon d’agir, de réfléchir et de penser ne me l’ont pas rendu attachant. Je l’ai trouvé très terne, effacé, en retrait. Alors je conçois qu’il faut qu’il cache sa nature humaine… mais il est vraiment (presque) sans émotion. J’aurai aussi aimé qu’on en sache davantage sur sa famille. Andrew Fukuda aurait dû développer des souvenirs, des moments de joie lorsqu’ils sont en paix. Rien ne m’a permis de m’identifier à lui et j’en suis le premier désolé. Je peux aussi vous parler d’Ashley June. Très mystérieuse comme « zombie », on est fatalement attiré par elle. On est curieux de la connaître et de savoir ce qu’elle pense de Gene, qu’elle inspecte toujours du coin de l’œil. Pour les autres « zombies », on n’en sait pas davantage du coup, ils passent un peu à la trappe. Les personnages restent trop en retrait et c’est dommage !

  Je crois qu’on arrive maintenant aux choses qui fâchent. Le rythme est vraiment, vraiment lent. En fait, je m’étais imaginé une tout autre histoire dès le début du roman. La faute à la couverture malheureusement. Du coup, l’action se fait attendre et quand elle survient… dans le dernier quart du livre, ce n’est pas vraiment de l’action. Je ne dirai pas que je me suis ennuyé, parce que j’ai fini le livre. Mais j’ai trouvé le temps très long. En plus les chapitres sont super longs : pour 345 pages, il y a 7 chapitres. Il n’y a pratiquement que des descriptions et très peu de dialogues, ce qui ne met pas vraiment le lecteur en confiance. On perçoit vraiment peu d’émotion pour être totalement emballé par l’intrigue.

  L’univers conçu aurait pu être extra. Cependant, Andrew Fukuda ne transmet pas au lecteur les éléments de l’élaboration de son livre. Il n’y a presque pas d’explication sur la venue des « zombies ». Est-ce qu’ils ont toujours été là ? Sont-ils le fruit d’une maladie ? On connaît à peine le quotidien, les coutumes de ce peuple assez bizarre. Expression des sentiments différente du nôtre, nourriture différente, mode de vie différent. Dans les 1ers tomes, on est souvent immergé par les informations. Ici, il y en a peu à notre plus grande peine. Je trouve ça dommage parce que l’idée de départ était bonne.

  La plume de l’auteur ne permet pas tellement au lecteur de ressentir des émotions variées. On éprouve seulement de la peur, du stress et de la méfiance à une très petite dose. Après, le côté narratif de l’histoire, les descriptions ne jouent pas en la faveur du roman. On aimerait que Gene ouvre sa bouche et parle. Trop de choses sont gardées en lui et il ne peut pas extérioriser. Les 100 dernières pages sont celles qui sont les plus intéressantes. Un peu d’action, des révélations, une course poursuite. Cependant, elles ne m’ont pas rendu assez curieux pour lire la suite. Tentez si vous le voulez mais pour moi cette dystopie ne sort pas des sentiers battus.

Ma note : 6/10.

La chronique de Guillaume pour cette lecture commune : ICI.