samedi 6 février 2016

Chronique : Travers de routes : L'humanitaire cahin-caha de Damien Personnaz


Travers de routes : L’humanitaire cahin-caha de Damien Personnaz.
(Genre : Autobiographie, Témoignage).

Editions : Éditions de la Rémanence
Prix : 16,80€ (Partenariat)
Date de parution originale : 20 octobre 2014

  Résumé : Des premiers voyages d’un jeune homme curieux au témoignage d’un humanitaire en proie au doute, à l’impuissance et à l’euphorie, ces huit récits relatent des instants marquants d’une vie ordinaire de terrain dans des pays bouleversés (Rwanda, Libéria, Érythrée, Angola, Kurdistan turc, Afrique du Sud, Pakistan). Si certaines anecdotes portent à sourire, les faits vécus ébranlent profondément le lecteur au fur et à mesure que tombent ses illusions ; l’auteur prévenant dès le départ que « voyager, c’est voir le monde tel qu’il est et non pas comme on voudrait qu’il soit ».


  Le genre de ce roman sort de mes habitudes de lecture. En effet, je lis peu de témoignage et encore moins d’autobiographie. L’attachée de presse me l’a tellement bien vendu qu’au final j’ai été curieux. « Travers de routes » c’est le genre de roman qui laisse une trace (sans faire de mauvais jeu de mots avec la collection). Un récit qui vous laisse pantois sur la réalité de notre monde. Couverture simple mais efficace. Elle reflète bien l’intérieur du roman. J’ai passé un très bon moment de lecture.

  Je pense que ma chronique sera différente par rapport à d’habitude, plus courte aussi. Dans l’ouvrage, l’auteur relate des petites nouvelles. Et dans chaque nouvelle, il insert une nouvelle destination, un nouveau pays. Je pense que Damien Personnaz a écrit ce livre pour montrer la réalité, la vérité sur ces pays dévastés. Il n’y a pas de faux-semblant, pas d’entourloupe. C’est vrai, sincère et limite professionnel. L’auteur n’hésite pas à se livrer, à faire des confidences sur son expérience. Le lecteur est avide de savoir et de détails. Il voit combien cette activité d’humanitaire peut être pesante. On est aux premières loges, sans pouvoir faire quoi que ce soit sur la misère des pays. Franchement on prend une claque sur la réalité des situations. Une réalité parfois un peu occultée par les médias.

  Je ne vais pas dire que je me suis attaché à l’auteur, loin de là. Je dirai que c’est sa manière de narrer qui le rend sympathique à nos yeux. Tout comme ce qu’il vit, d’ailleurs. La plume est fluide et dynamique. Damien Personnaz a réussi à capter des instants de vie, qu’ils soient douloureux ou heureux. Des instants qui resteront à jamais gravés dans sa mémoire. Au travers de sa plume, on sent son implication et sa soif d’apporter de l’aide à ces personnes en difficulté. Le rythme est intéressant puisque les nouvelles sont courtes : maximum 30 pages. Il se dégage une bonne cadence et au final, une nouvelle par soir, c’est parfait.

  Personnellement, même si ce n’est pas mon genre de lecture, j’ai apprécié ce que j’ai lu. J’ai apprécié en connaître plus sur ces pays. Savoir que j’ai de la chance d’être né dans un pays qui n’est pas en guerre ou ravagé par une maladie. On mesure la chance qu’on a et on éprouve une certaine peine aussi. Si vous êtes avides de découvertes et curieux d’explorer une expérience sincère… n’hésitez pas !

Ma note : 8/10.

Merci aux Editions de la Rémanence pour ce partenariat !

vendredi 5 février 2016

*Vidéo* : Mon Carnet Livresque #55 : Janvier 2016 - Partie 1


Coucou les readers !

On se retrouve dans une nouvelle vidéo :D Je vous présente les livres que j'ai lu début janvier ! Franchement je suis épaté par ce début d'année... de très bonnes lectures et déjà un coup de coeur ;) C'est incroyable n'est-ce pas !! Quand on pense qu'en 2015 il m'a fallu attendre mars pour avoir un coup de coeur ^^ J'ai peut-être de la chance cette année. Je vous souhaite une bon visionnage !

Enjoy <3

Mes lectures de ce début janvier :
   
 

Cliquez sur les couvertures pour accéder aux chroniques...

mercredi 3 février 2016

Chronique : Archer's Voice de Mia Sheridan


Archer’s Voice de Mia Sheridan.
(Genre : New-adult, Romance).

Editions : Hugo & Cie
Prix : 17€ (Partenariat)
Date de parution française : 4 février 2016
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : Archer’s Voice.

  Résumé : Quand Bree Prescott arrive dans la petite ville du Maine, elle espère y trouver la paix qu’elle recherche désespérément. Elle est là pour oublier le traumatisme qu’elle a subi dans sa ville natale et recommencer une nouvelle vie. Mais à peine installée dans sa maison près du lac, elle va croiser Archer Hale, un homme solitaire et mystérieux, qui cache au fond de lui une profonde souffrance. Un homme que personne ne voit, un homme sans voix.


  Ce livre, je l’ai offert en VO à Simi du blog « Loisirs de Simi ». Quand elle l’a lu, elle l’a adoré (sa chronique). Du coup quand j’ai vu que Babelio le proposait… je n’ai pas hésité. Je remercie vraiment le site de m’avoir fait confiance et de m’avoir donné l’opportunité de le lire avant sa sortie. La note du bouquin sur Goodreads est de 4.51/5, autant dire une excellente note ! De la couverture on en parle ? Allez juste un petit mot. Elle est vraiment moche. Déjà que je ne suis pas fan des couvertures de chez Hugo & Cie mais là… on dirait que le gars se gratte le dos et en même temps les fesses… celle originale était mieux. Au final, je ne regrette pas de l’avoir lu parce que j’ai passé un excellent moment !

  J’ai accroché dès le début. La légende du Centaure est magnifique. Savoir qu’on allait en avoir l’essence dans le roman, ça m’a poussé à l’attaquer ! Dans le 1er chapitre on rencontre Archer à l’âge de 7 ans. On sent qu’il se passe quelque chose de louche. Je n’ai pas tout compris dès le départ. Je pense que l’auteure a fait exprès de garder ce flou autour de sa famille. Même si ça m’a gêné lors de ma lecture, j’ai compris le choix de Mia Sheridan. Ensuite on rencontre Bree. Elle m’a de suite plu et touché. Tant par ce qu’elle dégageait à travers le récit, que pour son côté introverti par rapport à son histoire. On est intrigué et on ne peut pas s’empêcher de continuer.

  Tous les personnages sont bien travaillés et mis en valeur par l’auteure. Bien sûr Bree et Archer le sont davantage. Je trouve néanmoins que les personnages secondaires ne sont pas laissés bêtement sur la touche. Ils servent au récit pour parfois le faire avancer. Du coup il y a des personnages secondaires qui m’ont beaucoup ému. Bree est une jeune femme brisée par un évènement tragique. Elle veut se reconstruire et aller de l’avant. Je l’ai trouvé forte et sensible, rigolote et mignonne, persévérante et patiente. Je me suis fortement attaché à elle. Par sa manière de penser mais aussi par la façon dont elle aborde les problèmes. Notamment ceux d’Archer en lui laissant du temps. Archer est un jeune homme encore plus brisé que Bree. La vie de l’a pas épargnée et c’est tout seul qu’il vit reclus chez lui. Archer est une chrysalide qui ne cesse de s’ouvrir au fil du roman pour se transformer en papillon. Il vit une évolution remarquable et le lecteur le contemple. Sa naïveté le rend attachant, tout comme sa sensibilité à fleur de peau. Au final, l’alchimie entre les deux rend le récit incroyable et très intéressant.

  Le rythme m’a beaucoup plus. L’alternance des points de vue est un gros plus. Certes on a plus le point de vue de Bree (ce que je regrette en soi) mais ceux d’Archer amènent toute la richesse et la complexité de l’histoire. Les chapitres sont de taille normale, pas de quoi ralentir la fluidité du récit. Je trouve que pour son rythme, l’auteure a bien réussi à alterner les passages narratifs (descriptifs) et les passages de dialogues. Et puis il n’y a pas à dire mais les secrets de l’histoire amènent le lecteur à lire toujours plus ! On est curieux ou on ne l’est pas.

  On en parle de cette histoire d’amour ? Oui je vais en parler parce qu’elle est belle, attachante, déchirante et aussi progressive. Mia Sheridan ne permet pas à ses personnages d’avoir le coup de foudre. C’est une relation semée d’embûches, de « on dit », de faux semblants et de curiosité. J’ai envie de parler de destin, entre Bree et Archer. Les circonstances de la vie ont fait qu’à un moment, ils se sont rencontrés et ça a plus ou moins matché. Cependant les difficultés, les démons intérieurs et tout ce qu’il y a enfoui depuis des années ne peuvent pas disparaitre du jour au lendemain. Chacun va permettre à l’autre d’extérioriser ses faiblesses pour les transformer en force. Le lecteur ne peut être que sensible aux trépas d’Archer ou à l’enthousiasme de Bree. Leur amour est une alchimie, l’explosion d’une étoile pour que finalement celui qui a perdu sa voix puisse retrouver sa voie.

  La plume de Mia Sheridan est très intéressante. Elle m’a permis d’explorer parfaitement les sentiments des personnages. De ressentir exactement ce qu’ils éprouvaient au fil de l’histoire. J’ai eu la larme à l’œil plusieurs fois. Son style est aussi un peu descriptif : paysage, habits portés, physiques des personnages etc. Cela ne m’a pas dérangé, bien au contraire. Cela amène au récit un peu de relief et ça fait du bien. Le style est également psychologique. On est au cœur des pensées d’Archer et de Bree et on en prend  plein la tête. La fin m’a beaucoup plu, les 100 dernières pages sont WTF ! J’ai failli y laisser mon petit cœur. L’épilogue est trop mignon. Bref, vous l’avez compris, je vous recommande vivement cette lecture. De beaux personnages, de belles émotions et surtout une relation qui prend le temps de se construire. Venez à la rencontre de Bree et Archer et succombez de curiosité pour leurs histoires.

Ma note : 8,5/10.

Merci à Babelio et aux éditions Hugo & Cie pour ce partenariat !

mardi 2 février 2016

*Vidéo* : Book Haul #34 : La fierté de janvier !


Hello les readers !

Une nouvelle vidéo pour vous présenter mes achats, réceptions de ce mois de janvier 2016 !! Je suis absolument fier de moi puisque je n'ai que 6 livres à vous présenter ;) En plus, j'en ai déjà lu 2 et un 3ème est ma lecture en cours ^^ Si c'est pas top tout ça ! J'espère que certains titres vous tenteront :) Je vous souhaite un bon visionnage !!

Enjoy <3

Achats, partenariats :
     

lundi 1 février 2016

Chronique : Nekromantia - Episode 2 : L'ombre des morts de Rose Berryl


Nekromantia – Episode 2 : L’ombre des morts de Rose Berryl.
(Genre : Dark Fantasy).

Editions : CKR Éditions
Prix : 0,99€ (Partenariat)
Date de parution originale : 26 février 2016

  Résumé : Imaginez un peu… Vous vous réveiller un matin sur le Grand Monde, quelques années après qu’un terrible combat magique se soit déroulé entre le jeune sorcier Esklaroth et la reine des Ténèbres, Melena. Toutes les peuplades sont plongées dans une situation précaire, des plus désastreuses. La plupart des billes ont été détruites et les terres dévastées. Malgré tout, au fil du temps, les sociétés sont parvenues, tant bien que mal, à se réorganiser, malmenées par les guerres impitoyables, les trahisons et les épidémies qui auraient pu, à elles seules, porter un coup fatal aux cinq royaumes. Cette histoire commence ici, à Belnigera, capitale de Lythuste, au moment où le roi Victor X convoque les siens. Avisés par une Divinité qu’une menace imminente vouera le Grand Monde à sombrer dans les Ténèbres, il ne leur restera que peu de temps pour déjouer les complots démoniaques des deux ennemis les plus redoutables du Grand Monde, sous peine de voir toute trace de vie disparaître dans un brasier magique des plus spectaculaires.


  Alors que dans le 1er épisode (ma chronique) on suivait Mylvera, dans le 2ème épisode on suit Fareylia. Je pense que ma chronique sera assez similaire à la première. Du coup, je vais aller droit au but et je vais faire bref. La couverture est identique au 1er épisode. Je l’avais trouvé sympathique. Et pas de résumé de cette nouvelle histoire puisqu’on pourrait spoiler… le récit fait 30 pages. Au final j’ai passé un bon moment, même si c’est évidemment toujours trop court.

 On va suivre Fareylia, une sorte de mage pas aussi puissante qu’elle le voudrait. C’est un personnage tel que je peux les aimer. Fort psychologiquement, qui n’a pas froid aux yeux et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. C’est le genre de personnage téméraire qui va au-delà de ses limites. Bien sur, ce n’est qu’une ébauche. On ne connaît pas encore son histoire ni même certaines de ses faiblesses. On reste vraiment dans la présentation sommaire. On prend en compte ses pouvoirs et son tempérament. Et c’est dommage parce qu’on n’a pas le temps de s’attacher à elle.

  Soyons honnête, 30 pages c’est trop peu pour vous parler du rythme. Ça se lit en 20 minutes top chrono et on reste sur notre faim. L’auteure a quand même le culot en 30 pages de décrire une petite bataille. On apprend donc certaines rivalités que peut avoir Fareylia et son sentiment d’infériorité par rapport à d’autres personnes. Des éléments qui nous poussent à lire et nous rendent curieux. L’univers fantasy est encore trop peu mis en avant pour vous en parler. On rentre à peine dans l’ébauche des pouvoirs du protagoniste. Des pouvoirs que j’ai apprécié découvrir.

  L’écriture de Rose Berryl est fluide et simple. Elle est accessible à tous et elle permet une représentation optimale des scènes narrées. En fait, je crois que les fins vont toutes se ressembler afin que les personnages se rencontrent tous dans les futurs épisodes. Je trouve que ce système d’épisode n’est pas adéquat. On n’a pas le temps de s’attacher aux personnages. On est coupé dans notre élan et l’auteure en dit trop peu sur son intrigue. Je pense que si j’avais été un lecteur lambda et que j’avais lu les deux premiers épisodes… je me serai arrêté là. Je suis quand même curieux de lire la suite.

Ma note : 7/10.

Merci à Delphine et à CKR Editions pour ce partenariat !