vendredi 3 juin 2016

Chronique : Avant toi - Tome 2 : Après toi de Jojo Moyes


Avant toi – Tome 2 : Après toi de Jojo Moyes.
(Genre : Contemporain).

Editions : Milady
Prix : 18,20€ (Partenariat)
Date de parution française : 10 juin 2016
Année de parution originale : 2015
Titre version originale : Me Before You, Book 2 : After You.

  Résumé (SPOILERS SUR LE TOME 1 !) : Lou a promis à l’homme qu’elle aime de vivre chaque jour comme si c’était le dernier. Mais elle peine à se remettre de la mort de Will et des violentes critiques dont elle est la cible dans sa ville natale. Sa vie londonienne n’a rien du nouveau départ qu’elle espérait : accoutrée d’un uniforme ridicule, elle travaille dans le bar d’un aéroport, sous les ordres d’un petit tyran. Lors d’une soirée passée à méditer sur le toit de son immeuble, Lou est surprise par l’apparition d’une jeune fille, et tombe… trois étages plus bas. Elle croit avoir touché le fond, mais c’est là que commence sa nouvelle vie : sa rencontre inattendue avec Lily est le meilleur moyen d’honorer sa promesse.


  LIVRE COUP DE CŒUR ! J’avais vraiment peur de me lancer dans ce 2nd tome. Peur de ne pas y trouver mon compte, peur que l’histoire ne soit pas nécessaire… Pourtant au fond de moi j’avais vraiment envie de retrouver les personnages. Mais aussi de renouer avec la plume de Jojo Moyes tant elle est envoutante. La couverture est magnifique comme celle du tome 1. Je n’avais pas lu le résumé, et je ne vous conseille pas de le faire. Il vaut mieux être surpris et emporté. Au final j’ai adoré et j’ai eu un beau coup de cœur avec « Après toi ».

  J’ai de suite était pris dans l’histoire, dès la première phrase, dès le 1er mot. On retrouve Lou qui travaille désormais dans un bar de l’aéroport de Londres. L’auteure va peu à peu nous confronter à sa vie, à ses problèmes, à ses tourments. A quelle stade elle en est aussi bien professionnellement qu’affectivement. Le 1er chapitre m’a directement mis les larmes aux yeux. Chose qui ne m’est jamais arrivé avec un roman. Mais en connaissant l’histoire de Lou et de Will… on ne peut être que touché par la colère de Lou. Le chapitre 2 lui, m’a fait mourir de rire. C’est là où on se rend compte que Jojo Moyes a un incroyable talent de conteuse. Et rien que pour ça, j’ai eu envie de continuer ma lecture.

  Pour les personnages je vais essayer d’être bref pour éviter les spoilers. J’ai adoré suivre Lou dans ce livre. Sa manière de gérer les choses, d’évoluer, de se remettre en question pour avancer… tout comme ses moments plus noirs, plus sombres et plus tristes. C’est une jeune fille qui a beaucoup changé depuis le tome 1. Elle doit faire des choix, se remettre en selle pour avancer prendre sa vie en main. Louisa Clark (qu’est ce que j’aime ce nom), est une jeune femme qui m’a fortement touché. De l’autre côté Will aide inconsciemment Lou à faire des choix. Et c’est vraiment incroyable. Ce que j’ai apprécié c’est retrouver les deux familles respectives. La famille loufoque de Lou et celle un peu plus guindée de Will. D’autres personnages font leur apparition comme Marc, Sam, Lily ou encore Tanya. Je vous laisse les découvrir. Ils vont changer la vie de Lou et Will… d’une manière insoupçonnable.

  Le roman est hyper prenant, le rythme est dingue. J’ai avalé les 445 pages en 2 jours et demi tellement j’ai été emporté dans cette histoire. Les chapitres sont parfois longs mais on lit, sans pouvoir s’arrêter, sans se dire que l’auteure aurait pu s’arrêter au 1er tome. J’ai été séduit par cette nouvelle histoire. Par ce qui arrive à Lou, aux questions qu’elle se pose, aux évolutions des personnages. J’ai aimé le fil conducteur développé par Jojo Moyes tout comme les petites intrigues secondaires qui apportent plus de dynamisme. Lou m’a rendu fou par les choix qu’elle prenait, par les priorités qu’elle prétend avoir. Mais j’étais là, en train de lire, et de la soutenir à chaque instant.

  Les thèmes abordés dans « Après toi » me sont chers. La famille, l’amitié, l’amour ou encore les liens de filiation. Les choix d’une vie, les préjugés, les quiproquos, les envies de changements ou encore la quête d’un nouveau bonheur. Tant de thèmes qui transparaissent dans la vie quotidienne. Jojo Moyes les aborde avec une délicatesse et une belle sincérité. Les émotions sont fortes. Combien de fois ai-je dû retenir quelques larmes lors de scènes touchantes. Combien de fois ai-je ri de situations loufoques. Et je passe encore toutes les autres émotions au fil du récit.

  Jojo Moyes fait encore mouche avec ce deuxième tome. Sa plume est fluide, entraînante, enivrante. Je n’avais qu’une seule envie quand je quittais ce roman… y replonger au plus vite pour me mettre dans cette petite bulle. Certain diront que ce tome 2 n’a pas lieu d’être, que le tome 1 se suffisait à lui-même. Je les comprends mais c’est aussi une manière de voir l’après pour tout le monde. Et l’auteure nous offre un véritable petit panel de personnages qui peuvent comprendre Lou d’une incroyable manière. La fin est certes prévisible mais ce n’est pas grave, elle m’a plu. C’est un aboutissement, la boucle est bouclée. Quand j’ai tourné la dernière page j’étais nostalgique de la lecture que je venais de passer. Juste une seule envie… y retourner encore pour apprécier une fois de plus cette histoire. Vous l’avez compris, je vous recommande ce tome 2 à 100%.

Ma note : 9,5/10.

Merci aux éditions Milady pour ce partenariat !

jeudi 2 juin 2016

Chronique : Point final de William Lafleur


Point final de William Lafleur.
(Genre : Contemporain).

Editions : Michel Lafon
Prix : 14,95€ (Partenariat)
Date de parution originale : 9 juin 2016

  Résumé : L’homme mort est le journal de bord d’un père de famille ayant mis en scène son propre décès pour observer les réactions de sa famille. Reclus derrière son ordinateur, il les regarde vivre au travers de ses écrans, grâce aux caméras et micros dont il a truffé son domicile avant de disparaître.


  Le roman est arrivé dans ma boîte aux lettres en totale surprise le dernier jour d’avril. Avec un petit mot de l’attachée de presse me disant que l’histoire allait me plaire. C’est ce genre d’attention qui fait plaisir quand on tient un blog. Quand on sait que notre passion est perçue par le partage et non par la publicité qu’on peut faire aux livres. Après ça, j’ai laissé un moment avant de le lire (3 semaines), mais j’étais allé voir le résumé. J’ai de suite été séduit par le synopsis. Ça promettait d’être original. La couverture je vous avoue que même après ma lecture, je ne sais pas ce que ça représente ^^ Au final j’ai beaucoup aimé ma lecture… et je vous dis pourquoi.

  On est de suite mis au pli par l’auteur. Directement convié à ce canular qui n’en est pas un pour la famille. Faire croire à ses proches qu’on est mort alors que ce n’est pas vrai… j’ai trouvé ça culotté et vraiment original. C’est surtout l’aspect « voyeurisme » qui m’intéressait. Je ne savais pas comment l’auteur allait l’aborder. Je ne voulais pas que ça fasse trop pervers. Un bon début, qui pousse à continuer et qui m’a de suite touché. Si je vous dis que les enfants (Thomas et Sophie) ainsi que la maman (Patricia) m’ont ému aux larmes… et tout ça en 30 pages ! Bravo à William Lafleur pour ça.

  On fait vite le tour des personnages et on s’attache davantage à ceux qu’on regarde qu’au père censé être décédé. Je crois d’ailleurs qu’aucun nom n’est donné pour lui. Je me suis vite attaché à cette famille qui perd un père, un mari. Chacun réagit à sa façon, essaie de faire face ou alors sombre un peu. Ce sont des réactions que chacun aurait pu avoir, il est donc facile de s’identifier à eux. C’est pour cela que j’ai versé ma larme dès le début. En ce qui concerne le papa décédé… on s’y attache mais plus progressivement. Il nous paraît froid au départ, on peut vite le juger sur ses actes. Mais il y a une évolution intéressante. Une réflexion, des questionnements autour de ce qu’aurait été sa famille avec lui et sans lui. Et le côté voyeurisme est bien maîtrisé. On regarde simplement des tranches de vie.

  Le rythme est phénoménal. Le livre fait 171 pages et je l’ai lu en 2 heures de temps. Les chapitres sont supers courts ce qui apporte beaucoup de fluidité. On est au départ captivé par ce que cette personne veut faire, par cette expérience inédite. Du coup on est vite intrigué, on veut savoir la réaction de la famille. Est-ce que ça va blesser la personne qui regarde ? Est-ce que ça va la faire regretter ? Bref, beaucoup de questions qui amènent aussi le lecteur à s’en poser. Avant de lire ce livre je m’étais déjà demandé comment ma famille aurait réagit si je venais à mourir subitement. Et le livre m’a remis cette réflexion en tête. Au fil du roman, on peut croire que l’auteur se perd… qu’il divague par-ci par-là. Je me suis même dit qu’il prenait un chemin et qu’il s’y perdait. Mais c’est pour mieux nous surprendre.

  La plume de William Lafleur est intéressante. Je n’imagine pas le travail de retranscription pour essayer de faire imaginer au lecteur les écrans, la vie de la famille décrite. Il faut qu’on puisse s’imaginer un gars derrière ses écrans d’ordinateur, en train d’espionner sa famille… et je trouve que c’est bien fait. En fait, je ne m’imaginais pas les écrans, mais directement la vie qui se passait dans la maison. C’est un roman original, qui amène des réflexions. Et puis l’auteur nous balance la fin, le dernier chapitre… et on se dit WTF vraiment ? Et bien oui, et je n’avais pas vu ça venir ! Ce livre c’est l’expérience d’un auteur, l’expérience d’un lecteur, des réflexions, des introspections sur notre vie… et surtout une belle leçon d’humanité.

Ma note : 8/10.

Merci à Marion et aux éditions Michel Lafon pour ce partenariat !

mercredi 1 juin 2016

Chronique : L'invocateur - Livre 1 : Novice de Taran Matharu


L’invocateur – Livre 1 : Novice de Taran Matharu.
(Genre : Fantasy, YA).

Editions : Hachette
Prix : 18€ (Partenariat)
Date de parution française : 16 mars 2016
Année de parution originale : 2015
Titre version originale : Summoner, Book 1 : The Novice.

  Résumé : Orphelin, Fletcher imagine déjà son avenir tout tracé : une vie dure mais paisible comme forgeron dans un village sans histoire… Jusqu’au jour où il se découvre un talent rare, un talent bien particulier : celui d’invoquer les démons.


  Je veux déjà vous prévenir que j’ai raccourci le résumé volontairement. Quand j’ai commencé ma lecture je ne savais qu’une chose : Fletcher sait invoquer des démons. Je n’ai pas cherché à en savoir plus. J’ai de suite été tenté par ce livre avec sa magnifique couverture. Elle représente parfaitement bien l’univers, le personnage, les accessoires… Les éditions Hachette ont bien fait de reprendre l’originale. Franchement j’ai commencé ma lecture en ne sachant pas vraiment dans quoi je m’embarquais. J’ai été surpris dans le bon sens du terme puisque j’ai apprécié ma lecture. Après, ce tome 1 reste une grosse introduction à l’histoire.

  On fait de suite la rencontre de Fletcher, notre protagoniste. On le suit avec son père adoptif qui l’a trouvé devant les portes du village, nu et abandonné. Comme je ne savais pas vers où l’auteur allait m’amener, je me suis laissé porter par ce début. J’étais curieux de savoir comment un jeune homme ordinaire peut réussir à invoquer des démons. Au bout d’une cinquantaine de pages on voit se profiler la solution. Et au final notre curiosité est emportée par l’histoire. S’il ne se passe que quelques passages significatifs dans les 100 premières pages… le roman se laisse quand même lire avec envie.

  Fletcher est un personnage que j’ai bien apprécié. Peut-être que je ne me suis pas autant attaché à lui que ce que j’aurais cru (la faute à la narration à la 3ème personne). Mais j’ai adoré le suivre, voir sa détermination, son courage et sa robustesse psychologique. C’est un protagoniste qui va évoluer au fil du récit, qui va devenir plus réfléchi et moins caractériel. Le fait de n’être plus seul comme au début lui servira à coup sûr dans sa quête. Fletcher est une bonne personne avec de bonnes intentions… et l’injustice pour lui, c’est intolérable. On va en apprendre plus sur lui au fil du récit, sur ses origines notamment. D’autres personnages interviennent dans cette histoire. Peut-être y en a-t-il trop justement. J’avoue que j’ai parfois été perdu avec tous ces noms. Surtout que les démons en possèdent aussi… Mais il y a des groupes, des querelles, de la rivalité et un poids qui pèse sur chacun d’eux.

 Comme je le disais les 100 premières pages sont assez lentes. Même s’il se passe quelques événements majeurs pour faire avancer l’histoire, rien de significatif. C’est un pied qu’on met à l’étrier pour mieux avancer au trot. Après tout va s’accélérer petit à petit. L’intrigue va se mettre en place. Fletcher va faire des rencontres lui permettant de mettre à profit son talent. Les personnages bougent beaucoup, se posent des questions. Certains font des alliances, conspirent contre d’autres. Ça en devient limite addictif tellement cette rivalité est forte. Mais je le répète ce tome 1 est un gros tome d’introduction.

  L’univers est le gros point fort du bouquin. Je ne m’attendais pas à ce que l’auteur le construise de cette sorte. Vous vous attendiez à des démons comme des spectres ou des fantômes… pas du tout. Comme vous le voyez sur la couverture, le démon de Fletcher est une salamandre. Il y a tout un aspect mythologique créé autour de ces créatures. Des sortilèges possibles à lancer. Une académie pour les invocateurs novices. J’ai eu l’impression lors des cours de me retrouver dans un Poudlard pour invocateur. Taran Matharu a créé un univers original, avec des règles, des coutumes, des interdits et des confrontations entre la noblesse et les simples citoyens. Il y a également un pays gigantesque répartis entre les humains, les orques, les fées ou encore les nains. Des tensions entre ces peuples et des guerres à terminer. Si j’ai adoré découvrir cet univers fantasy, je suis sûr que l’auteur en a encore largement sous le pied.

  Sa plume est digne d’un roman fantasy. On s’imagine bien les scènes, les détails des sortilèges, les démons, les habits des invocateurs. Peut-être y a-t-il trop de descriptions par moment ? C’est possible. Mais ça reste une plume accessible pour les adolescents qui voudraient se lancer dans le genre. La fin est juste excellente. C’est comme si vous construisiez un mur en brique et qu’on venait le détruire. Je suis curieux de savoir comment le tome 2 va s’articuler. Normalement, avec les infos de ce tome 1, on devrait être au cœur de l’action. J’ai envie de savoir comment Fletcher va s’en sortir. Et de découvrir encore plus cet univers. Un tome 1 d’introduction qui est agréable à lire. Certains ne trouveront pas leur compte, surtout pour les lecteurs assidus de fantasy. Personnellement, je recommande ce bouquin qui vous dépaysera le temps d’une lecture.

Ma note : 7,5/10.

Merci à Aurélie et aux éditions Hachette pour ce partenariat !

dimanche 29 mai 2016

*Vidéo* : Mes 5 thrillers à sortir de ma PAL avant 2017 !


Coucou les Readers !

Non, vous ne rêvez pas c'est bien une nouvelle vidéo sur la chaîne :D Et en plus c'est une vidéo qui sort de l'ordinaire pour une fois ^^ Je vous présente les 5 thrillers dans ma PAL... que j'aimerai sortir mais qui finalement y sont toujours enfouis profondément !! Si vous avez lu un de ces livres, n'hésitez pas à me communiquer votre avis :) Bon visionnage.

Enjoy <3

Les 5 thrillers :