vendredi 1 juillet 2016

Chronique : Silver - Livre 2 de Kerstin Gier


Silver – Livre 2 de Kerstin Gier.
(Genre : Jeunesse, Fantastique).

Editions : Milan
Prix : 15,20€ (Partenariat)
Date de parution française : 16 mars 2016
Année de parution originale : 2015
Titre version originale : Silber, Band 2 : Das sweite Buch der Träume.

  Résumé : La vie de Liv n’est pas de tout repos : aux prises avec une famille recomposée au bord de l’explosion, elle doit protéger sa sœur, frappée d’étranges crises de somnambulisme. Sans compter que Secrecy, la mystérieuse blogueuse du lycée, se met à dévoiler ses secrets les plus intimes ! Et si tout cela avait un lien avec la sombre présence qui hante ses nuits ?


  Avec mon coup de cœur sur le tome 1 (Mon avis), il m’était impossible de passer à côté de cette suite. L’univers était top, les personnages intéressants et l’humour au rendez-vous. Un savamment mélange dont l’alchimie avait totalement opéré sur moi. Après… il est vrai que la couverture de ce tome 2 est encore plus horrible que le 1er tome. Un Photoshop raté qui fait très amateur sans vouloir offenser. Quand on a en tête les couvertures américaines ou mêmes allemandes (VO)… on se dit que Milan est passé à côté. En tout cas j’ai passé avec ce tome 2 un excellent moment !

  Dès le début on replonge dans l’univers des rêves. On se rend compte au fil du récit que des choses anormales se passent. Du coup on est curieux de découvrir la suite et d’avancer dans l’histoire. L’auteure fait des rappels ingénieux et le glossaire des personnages aide à se remettre les idées en place. Je ne savais pas du tout où Kerstin Gier voulait partir et je me suis laissé porter par le récit. Chose appréciable quand on veut être surpris.

La couverture du tome 1 en Allemagne et aux USA :
 

  Les personnages sont toujours autant sympathiques à suivre. J’adore Liv et sa petite sœur Mia. Leur complicité et leur entre-aide sont touchantes dans la relation qu’elles entretiennent. Liv évolue beaucoup dans ce tome, notamment dans le volet fantastique du livre. C’est une fille qui suit son instinct, prête à tout pour découvrir la vérité… et les neurones chauffent, je vous le dit. Mia et son côté Sherlock Holmes me plaît toujours autant. C’est une fonceuse et malgré ses 13 ans elle est très mature. Vient ensuite Henri, Grayson, Lottie, Ann, Florence, Arthur et Anabel. Des personnages qui insufflent au roman de la dynamique et des découvertes. Chacun apporte quelque chose à l’intrigue. Que ce soit dans le volet familial, amical ou encore onirique.

  Le rythme est vraiment excellent. Les chapitres sont courts, beaucoup de dialogues et l’auteure alterne entre monde réelle et monde des rêves. Ajoutez à cela une intrigue qui se développe en arrière plan… on ne peut être que charmé. Pourtant cette intrigue aurait dû être mise au 1er plan. C’est peut-être le gros défaut du livre. On ne voit se dessiner les dangers qu’assez tard dans le livre. Cela aurait été mieux de l’amener dans les 100 premières pages. Parce qu’une fois dans l’intrigue on se pose beaucoup de questions… et grâce à Liv et Mia, on devient à notre tour des Sherlock Holmes.

La couverture du tome 2 en Allemagne et aux USA :
 

 L’univers est toujours autant intéressant. Le lecteur apprend de nouvelles choses. On prend conscience que les possibilités sont encore plus larges que dans le tome 1. Ces portes, ces couloirs, ces règles et ces mystères… c’est original. L’incidence des rêves sur la réalité prend une place plus importante et avoir développer cet aspect c’est top ! Après la romance passe mais ce n’est pas ce qui est plus passionnant. J’ai davantage préféré le côté famille avec ses difficultés. En tout cas l’auteure apporte quelques révélations et retournements de situation bien amenés.

  La plume de Kerstin Gier est agréable à lire. Très fluide, hyper accessible pour un public jeune. Le monde des rêves est très imagée et on se rend compte à quel point l’auteure possède une forte inventivité. La fin est très addictive, on se prend une bombe en pleine face et… l’épilogue apporte un petit twist sympa. J’espère que l’auteure va garder cette bonne dynamique pour son tome 3 parce que c’est vraiment une super série. Dommage qu’il n’y ait pas plus eu d’humour dans le tome 2. En tout cas si vous n’avez pas lu le tome 1, foncez ! Vous ne serez pas déçus… sauf pour la couverture lol ! Pitié que Milan fasse quelque chose !

Ma note : 8/10.

Merci à Elodie et aux éditions Milan pour ce partenariat !

dimanche 26 juin 2016

Chronique : La loi du coeur - Tome 1 d'Amy Harmon


La loi du cœur – Tome 1 d’Amy Harmon.
(Genre : Romance, YA).

Editions : Robert Laffont
Prix : 17,90€ (Partenariat)
Date de parution française : 2 juin 2016
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : The Law of Moses, Book 1.

  Résumé : Il a été retrouvé dans un panier de linge sale au Lavomatic, emmailloté dans une serviette. Au journal de vingt heures, ce nourrisson âgé de quelques heures à peine et déjà à l’article de la mort, abandonné par une mère accro au crack, a été baptisé Bébé Moïse. Les gens adorent les bébés, même les « bébés crack ». Mais les bébés grandissent, ils deviennent des enfants, puis des adolescents. Et personne ne veut d’un ado amoché par la vie. Moïse était amoché. Mais il était aussi étrange, et tellement beau. Il allait changer ma vie, plus que je n’aurais jamais pu l’imaginer. J’aurais peut-être dû écouter les conseils de ma mère et rester à l’écart. Moïse lui-même m’avait prévenue…


  Amy Harmon est une auteure que j’apprécie beaucoup pour ses écrits. Vous connaissez mon énorme coup de cœur pour « Nos faces cachées », ma meilleure lecture de 2015. « L’infini + un » avait été une agréable lecture. Quand « La loi du cœur » est sorti, j’avais hâte de pouvoir le lire. La couverture est magnifique. Elle rentre dans le thème du roman et des sujets abordés. Le peu que je savais de l’histoire m’avait emballé. Au final, je ressors assez septique de ma lecture. Agréable mais pas autant que je l’espérais.

  Le problème n’a pas été les premières pages. J’ai de suite adhéré à la plume et à ce que me racontait l’auteure. J’étais curieux de découvrir Moïse et Georgie. De savoir comment leur relation allait évoluer. Comment ces barrières allaient être mises de côtés. Pourtant il y a quelque chose qui n’est pas passé avec la première partie (soit la moitié du livre). Je vous en reparle dans le paragraphe sur le rythme… mais c’est ce qui a rendu ma lecture assez difficile au début.

  Les personnages m’ont paru dans la 1ère partie assez gnangnan et gamins. Je ne sais pas si c’est en raison de leur âge ou pas… mais je n’ai pas complètement réussi à m’identifier à eux ou même à les apprécier plus que ça. J’aimais bien Georgie et son côté culotté, sa franchise et sa façon d’aborder Moïse. Ce dernier par contre… c’est un peu moins bien passé. Trop froid, trop distant et on ne sait pas sur quel pied danser. Mais je n’avais pas toutes les clefs en main. Quand la 2ème partie a commencé, j’ai senti l’évolution. J’ai commencé à m’attacher à eux et au final je les ai beaucoup aimés. Moïse et Georgie sont de vrais adultes. Ils prennent conscience des erreurs du passé et avancent lentement… mais sûrement. Et leurs histoires nous sont livrées avec beaucoup de profondeur. D’autres personnages interviennent comme David, Kathleen ou Elie et chacun a son importance.

  Venons-en au rythme de l’intrigue. La 1ère partie a commencé et j’ai adoré connaître l’histoire de Moïse depuis sa naissance. Pourtant j’ai trouvé la moitié du bouquin assez longue. J’avais l’impression d’avancer puis de reculer. Les personnages se cherchaient et se tournaient autour. Ils ne prenaient pas de décision concrète et ça m’a assez frustré. Je n’arrivais pas à voir où l’auteure voulait en venir. Pourtant, on sent qu’une intrigue se tisse par derrière. Qu’un événement dont Georgie est victime n’est pas anodin. Heureusement que la 2nde partie rattrape le tout. Qu’on avance, que les révélations se font sentir et que les personnages prennent des décisions importantes. A partir de là le roman s’avale. Pourtant même si les chapitres sont parfois longs, on peut faire des pauses. Il y a un changement de point de vue intéressant. Amy Harmon arrive même à nous surprendre avec ses révélations.

  Les thèmes abordés sont intéressants de différentes manières. J’ai adoré la passion des chevaux de Georgie et sa famille. La manière dont ils les utilisent pour aider les personnes malades ou handicapées. Et ce qu’ils représentent. J’ai apprécié la passion de Moïse pour la peinture… et son don qui en découle. Assez surprenant mais très bien amené par l’auteure. Quand on connaît les tenants et les aboutissants, c’est top ! L’amitié, l’amour, la famille… tout est abordé avec de la délicatesse. Chaque relation peut détruire tout comme elle peut aider à avancer. Amy Harmon sait y faire avec ces thèmes, elle l’a mainte fois démontré. Des révélations il y en a tout comme des surprises. La relation Georgie-Moïse est… compliquée, mais elle a au moins le mérite de prendre son temps. Ce n’est qu’une fois les barrières brisées qu’ils se lancent enfin.

  La plume d’Amy Harmon est toujours aussi addictive. On lit sans pouvoir s’arrêter. C’est grâce à son style que je n’ai pas abandonné la 1ère partie. Un style mature et accessible à tous. Je n’ai peut-être pas autant ressenti d’émotions que pour « Nos faces cachées »… mais le feeling était là. La fin est très bien amenée. L’auteure lance des petites bombes. Et c’est bien joué de sa part. J’aurais toute fois aimé que l’intrigue secondaire prenne plus de place. Que le don de Moïse soit plus mis en avant. Bref, ce roman comporte des défauts majeurs vous l’avez vu. Pourtant, on s’attache aux personnages et à leur histoire. Une lecture agréable mais pour moi, ce n’est pas le meilleur livre d’Amy Harmon. Je suis quand même curieux de découvrir l’histoire de David… un personnage haut en couleurs.

Ma note : 7,5/10.

Merci à Cécile et à la Collection R pour ce partenariat !