vendredi 5 août 2016

Chronique : La Sélection - Tome 4 : L'héritière de Kiera Cass


La Sélection – Tome 4 : L’héritière de Kiera Cass.
(Genre : Dystopie, YA).

Editions : Robert Laffont
Prix : 17,90€
Date de parution française : 7 mai 2015
Année de parution originale : 2015
Titre version originale : The Selection, Book 4 : The Heir.

  Résumé : À dix-huit ans, la Princesse Eadlyn se sent prête à devenir reine. Elle l’est beaucoup moins à trouver un mari, au point que cette idée ne l’a même jamais effleurée. Quand elle consent finalement à ce que ses parents lui organisent une Sélection, Eadlyn voit son quotidien bouleversé par l’arrivée de ses 35 prétendants et la folie médiatique qui l’accompagne. Mais entre les raisons du cœur et la raison d’État, la Princesse va devoir faire des choix, et, au fil des semaines, se prendre à ce jeu dont dépend l’avenir d’Illeá…


  J’ai lu ce bouquin en LC avec Momoko (son blog) et mon binôme Guillaume (son blog). On essaie à chaque fois de se faire cette série ensemble et c’est un toujours un régal. Franchement, quand Kiera Cass a annoncé une suite à la 1ère trilogie « La Sélection », je ne pensais pas la lire. Pourtant mon intérêt a été titillé lorsque j’ai appris que l’histoire se plaçait 20 ans plus tard… avec Eadlyn, la fille d’America et Maxon. La couverture est sympathique même si ma préférée restera celle du tome 3. Elle a le mérite d’être dans le même esprit et c’est bien. Au final, même si ce tome 4 possède de petits défauts, je ressors agréablement surpris (positivement !) de ma lecture.

  Dès le départ on se retrouve vite confronté à la vie de la future Reine. A son environnement, son caractère (bien trempée s’il vous plait !) et à sa famille. L’auteure nous présente ce nouveau contexte, ce nouveau cocon familial et rappelle un peu les événements du passé. C’est un plaisir de retrouver cet univers dystopique qu’on a si bien connu avec America. Ce qui est bien c’est que le lecteur se retrouve vite confronté à la mise en place de la Sélection d’Eadlyn. Et être de l’autre côté de la barrière se révèle être un attrait non négligeable pour l’histoire.

  J’avais lu des avis sur le caractère d’Eadlyn. Qu’elle pouvait paraître hautaine, très sûre d’elle et limite blessante. Oui, c’est une forte tête, elle sait ce qu’elle veut et n’en démordra pas. Mais dès le départ, l’auteure nous habitue à sa psychologie. Elle a une manière de penser, elle a été formatée, presque dès sa naissance à devenir Reine. Du coup ça ne m’a pas du tout dérangé. Je l’ai apprécié dès le départ, l’admirant devant sa ténacité et ses positions arrêtées. Pour moi, Eadlyn est un personnage fort, qui se révèle être une fille au grand cœur… j’en suis persuadé. Vient tout un panel de personnages avec la famille, les gardes, la dame de chambre et les prétendants. On voit d’anciens personnages qu’on retrouve avec plaisir. Des nouveaux (notamment des prétendants) avec qui on sent que ça ne va pas passer. « La Sélection » c’est ça, un maelstrom de gens, autant différents les uns des autres, mais qui forment au final un tout homogène et appréciable.

  J’ai peut-être lu ce livre en une semaine et demie par manque de temps… mais il se dévore. Les chapitres sont courts, Kiera Cass laisse une part importante au dialogue ce qui amène de la fluidité. On se prend au jeu de cette nouvelle Sélection. On se met à la place d’Eadlyn, qui n’en veut absolument pas. On voit les stratagèmes, les diversions pour contenir un peuple en train d’éclater. On peut reprocher un manque d’action. Il est vrai qu’il n’y a pas tellement de surprise. On se contente de suivre la compétition sans qu’il y ait d’éclats. Pourtant la curiosité est là et le roman devient vite addictif. Envie de connaître les prétendants, de voir les réactions d’Eadlyn, de savoir si la mise en scène passe. Donc on lit, on lit et on lit.

  Ce que je reprochais déjà à la 1ère trilogie se confirme encore dans ce tome 4. Kiera Cass n’approfondit pas assez son univers dystopique… c’est fort dommage. On se contente de rester au palais sans vraiment avoir un écho de l’extérieur. On connaît bien sûr plusieurs nouveaux aspects du règne de Maxon, mais c’est trop peu. L’auteure réussit par contre à immerger son lectorat dans la double fonction d’Eadlyn : son travail de future Reine et sa nouvelle expérience dans la Sélection. Cette ambivalence est bien amenée, décrite et on se rend compte du poids porté sur ses épaules.

  L’écriture de Kiera Cass est toujours aussi fluide et accessible. On s’imagine bien les rendez-vous avec les prétendants, les moments dans le château et dans le jardin ou encore les instants filmés. Plus j’avançais dans l’histoire et plus je sentais une évolution avec Eadlyn. Et j’ai aimé ça. La voir grandir, mûrir avec les responsabilités qu’elle doit prendre. Et la fin m’a tué… comment l’auteure a pu me faire une chose pareille. Je lirai avec plaisir le tome 5 pour terminer cette saga. J’ai hâte de le lire et j’espère le faire bientôt. Je préviens tout de même que ce 4ème opus peut ne pas plaire. Notamment avec le caractère d’Eadlyn… mais prendre le risque en vaut je pense, la chandelle.

Ma note : 8/10.

Les chroniques de Momoko et Guillaume pour cette lecture commune : ICI et ICI.