mardi 27 septembre 2016

Chronique : Le dernier songe de Lord Scriven d'Eric Senabre


Le dernier songe de Lord Scriven d’Eric Senabre.
(Genre : Policier, Historique).

Editions : Didier Jeunesse
Prix : 14,20€ (Partenariat)
Date de parution originale : 17 février 2016

  Résumé : En se rendant à Portobello Road, le jeune Christopher ne s’attendait pas à devenir l’assistant de Mr Banerjee, un étrange détective privé qui résout ses enquêtes en rêvant. Il s’attendait encore moins à être plongé au cœur d’une effarante affaire : le meurtre à huis clos de Lord Scriven…


  Voilà un autre livre que j’aurais dû lire bien plus tôt. Le fait est que d’autres sont passés en priorité et celui là a dû attendre sagement dans ma PAL. La couverture est en plus très jolie. Ces déclinaisons de bleus, le titre qui ressort parfaitement bien. Elle ne peut qu’attirer les yeux du public dans les librairies. Pour tout vous dire j’avais lu le résumé lorsque je l’avais reçu… et depuis je l’avais oublié. Ça ne m’a pas dérangé, bien au contraire ! J’ai été surpris par les événements et au final j’ai passé un très bon moment de lecture.

  L’auteur débute son récit par la présentation de notre personnage principal Christopher. Jeune journaliste qui se retrouve sans emploi et qui, dans une annonce assez bizarre va postuler… à un job assez bizarre. Eric Senabre met en place son histoire rapidement et au bout de 50 pages, la rencontre entre Christopher et le célèbre mais non moins spécial Banerjee, est effectuée. Le lecteur a donc tout le plaisir de poursuivre l’intrigue en se posant déjà plein de questions. J’ai moi-même été intrigué par la suite des événements.

  Je ne peux pas dire que je me suis attaché dès le départ à Christopher et Banerjee. C’est en apprenant à les connaître au fil de l’histoire que je les ai de plus en plus appréciés. Au 1er abord, Christopher peut paraitre prétentieux et un peu trop fonceur dans ce qu’il entreprend. Quant à Banerjee… il est totalement fou, déjanté, mais on sent tout de même qu’il a la tête sur les épaules. La relation qui va se créer entre eux est attachante parce qu’ils passent d’employeur-employés à amis. Et si je vous parlais de Lord Scriven ? Ce personnage qui possède à lui seul son nom dans le titre du livre. Et bien non, je vous laisse le soin de découvrir quel est son rôle dans l’histoire. Je me suis fait berné par le titre, à vous de l’être à votre tour ! En tout cas il y a plein de personnages intéressants et vous n’allez vraiment pas vous ennuyer.

  Justement le rythme de l’histoire. Les chapitres sont assez longs, au final il n’y en a pas tant que ça. Pourtant Eric Senabre arrive bien à jouer entre la narration et les dialogues dans son récit. Le tout paraît fluide et les pages se tournent très facilement. L’intrigue menée par nos personnages nous rend curieux dès le départ. On se pose des questions sur l’enquête, sur les capacités de Banerjee et puis on se prend au jeu… on essaie de récolter des indices, de les mettre bout à bout et de déterminer qui est le coupable. Les personnages bougent aussi beaucoup dans le roman. Bref, je vous l’ai dit, on ne s’ennuie pas !

  J’ai adoré ce mélange des genres. Le livre possède à la fois une intrigue policière avec Banerjee et Christopher. Mais aussi un côté historique puisqu’on se situe dans le Londres du début du 20ème siècle. Egalement une touche de fantastique car le détective Banerjee a une méthode bien à lui pour décrypter les indices des enquêtes… le rêve. J’ai adoré ces mélanges que fait l’auteur. Tout est bien dosé et tout reste crédible pour que l’intrigue tienne la route. Et je peux vous dire que Lord Scriven va donner du fil à retordre à nos personnages. L’enquête est assez épineuse, le lecteur va devoir se triturer les méninges… mais l’auteur a des idées originales et bonnes pour son intrigue.

  Eric Senabre a une écriture assez mature pour un roman destiné aux enfants à partir de 13 ans. Attention rien n’empêche sa compréhension. Le contexte historique de l’histoire y est d’ailleurs sûrement pour quelque chose. Le style est fluide et on se laisse emporter facilement dans les songes de Banerjee. La fin m’a assez choqué. L’auteur m’a surpris par sa révélation et je dois dire que je suis resté sur les fesses. Bien joué ! J’espère qu’il y aura un tome 2 parce que laisser Christopher et Banerjee m’a fait un petit pincement au cœur. Un roman que je vous conseille… pour les jeunes, comme pour les adultes.

Ma note : 8/10.

Merci à Didier Jeunesse pour ce partenariat !

dimanche 25 septembre 2016

Chronique : Sweet d'Emmy Laybourne


Sweet d’Emmy Laybourne.
(Genre : Aventure, Thriller).

Editions : Hachette
Prix : 15,90€ (Partenariat)
Date de parution française : 14 septembre 2016
Année de parution originale : 2015
Titre version originale : Sweet

  Résumé : Bienvenue à bord de l’Extravagance, la croisière de luxe où tout est possible, y compris se sculpter un corps idéal ! En avant-première exclusive, découvrez le SOLU, la solution miracle à tous vos complexes. Il n’y a rien de plus doux que de fondre en se faisant plaisir. Effet garanti : on se battrait pour y goûter !*
*Attention : la compagnie ne pourra être tenue pour responsable en cas de dépendance ou d’effets secondaires éventuels…


  Je ne vais pas vous mentir, ce qui m’a attiré dans ce livre c’est sa couverture. Alors oui on a l’habitude des bouts de visage avec quelques décorations. Pourtant, la couverture de « Sweet » a ce quelque chose en plus. Ces lèvres pleines de sucre, ces mains disposées de part et d’autre du visage… ces tâches de sang. En fait, la couverture peut résumer à elle seule l’ensemble du livre. Et puis arrive le résumé et là j’ai été doublement tenté ! Je suis sûr que vous l’avez été aussi. Au final j’ai passé un excellent moment avec ce bouquin… absolument addictif !

  Dès le début on fait la rencontre de Lauren, notre protagoniste, et de sa meilleure amie Vivika. C’est grâce à cette dernière que Lauren va pouvoir faire la croisière de luxe. On rencontre également Tom, journaliste présent pour promouvoir le SOLU et ses effets sur le corps. On se rend vite compte qu’on rentre dans un univers de paillettes, d’argents et de course à la gloire. Le lecteur se place en spectateur, attendant que les passagers goûtent au SOLU… pour enfin voir si les résultats escomptés sur les passagers.

  J’ai beaucoup aimé les personnages. Tout d’abord Lauren et sa manière de penser. Le fait que malgré ses rondeurs elle se trouve normale et non pas grosse comme Vivika. C’est une jeune fille mature, réfléchie et parfois naïve. Au fil du livre elle va évoluer et se dépasser avec les événements qui arrivent. Et puis… vive le mal de mer (je dis ça, je dis rien ^^). Tom est également un personnage intéressant. Tout le monde le prend encore pour un enfant à cause d’une série tournée étant plus jeune. C’est un homme qui fait attention à son apparence, qui mange équilibré et qui fait du sport. Autant dire que pour lui, le SOLU est inconcevable. Le scénario de la rencontre entre nos deux protagonistes peut paraître cliché. Pourtant c’est cette rencontre qui va tout changer. Lauren va tirer sa force de Tom et inversement. Et je dois dire qu’ils sont mignons tous les deux. D’autres personnages rentrent en compte mais je vous laisse les découvrir.

  Le rythme m’a laissé un peu perplexe. Emmy Laybourne met un certain temps à faire démarrer son histoire… je parle du côté thriller et sang. Elle prend son temps, installe son intrigue, distille quelques pistes au lecteur sans vraiment qu’il s’en rende compte. L’humour du bouquin permet de tourner les pages tout comme l’alternance de points de vue entre Lauren et Tom. Cela permet d’avoir une richesse dans le récit et de voir les deux côtés de l’intrigue. J’ai personnellement eu une curiosité assez malsaine dans les 150 premières pages. Une fois ce cap passé tout s’accélère pour notre plus grand plaisir et c’est super flippant !

  Je trouve le thème abordé très intéressant. Il est rare que les auteurs parlent de minceur et de solution miracle. Emmy Laybourne traite en plus son sujet en connaissance de cause et ça se sent. Des messages importants sont envoyés au lecteur dans ce livre : la dépendance, le poids, les régimes, les solutions minceurs dont on ne sait pas si elles sont efficaces. La mise en scène est vraiment remarquable. Ce paquebot luxueux, la primeur de pouvoir tester le SOLU, tout ce tape à l’œil. Mais le versant noir du récit est mené magnifiquement. Ça va bien au-delà d’une simple petite croisière pour tester un produit miracle… je vous le garantis, vous allez être servis !

  L’écriture d’Emmy Laybourne est assez simple mais qu’est-ce qu’elle est addictive. L’auteure use de beaucoup de dialogues dans son récit et fait de courts chapitres. J’ai aussi très bien pu imaginer toute cette splendeur des lieux, tout comme l’horreur du SOLU. C’était à glacer le sang. Franchement la fin mais WTF comment c’est possible. « Sweet » est un one-shot avec un final totalement ouvert qui laisse le lecteur pantois. J’ai été très choqué et en même temps, je suis super curieux d’avoir un après. Je ne peux que vous recommander ce livre. Si le rythme met du temps à démarrer, c’est un livre prenant et bien mené qui vous fera frissonner !

Ma note : 8/10.

Merci à Marie et aux éditions Hachette pour ce partenariat !

Pour lire un extrait : ICI.