mardi 11 octobre 2016

Chronique : Moka de Tatiana de Rosnay


Moka de Tatiana de Rosnay.
(Genre : Contemporain, Drame).

Editions : Le livre de poche
Prix : 6,90€
Date de parution originale : 1er avril 2009

  Résumé : Justine mène une petite vie tranquille entre son mari, ses deux enfants et son boulot de traductrice free-lance. Mais un mercredi après-midi, tout bascule. Un chauffard renverse son fils en plein Paris, et prend la fuite à bord d’une berline couleur moka. Malcolm sombre dans le coma, l’enquête piétine… Seule contre tous – ou presque –, Justine veut découvrir la vérité. Jusqu’au bout. Et à n’importe quel prix.


  Tatiana de Rosnay n’est pas une auteure inconnue pour moi. J’avais lu d’elle « Elle s’appelait Sarah », que j’avais adoré… qui m’avait ému et dont l’adaptation cinématographique est excellente ! Du coup, lors de ma virée librairie au mois de septembre, je suis tombé sur « Moka ». J’ai d’abord hésité et je me suis laissé tenter par la couverture du film. Le résumé m’a accroché et je savais que la plume de l’auteure me conviendrait. Mon instinct de lecteur ne m’a pas trompé puisqu’au final, j’ai adoré cette lecture.

  L’auteure n’y va pas avec le dos de la cuillère. Elle plonge directement son lecteur au cœur du sujet, au cœur de l’accident de Malcolm… on se sent touché par les réactions de son entourage. Surtout par ses parents Justine et Andrew. Encore plus par Justine, personnage principal. Très vite les choses se mettent en place (une soixantaine de pages environs). La tristesse laisse place à la détermination. J’ai vraiment été curieux de savoir qui avait pu commettre cet accident tragique. L’enquête sur la vérité pouvait alors commencer.

  Justine est un personnage très attachant et touchant. On comprend cette mère qui voit sa vie rangée, basculée du jour au lendemain. C’est une femme forte qui essaie de gérer les événements tant bien que mal. Son évolution dans le roman est remarquable. On sent au départ sa tristesse, son désarroi face à la situation. Puis au fil de l’enquête policière et de sa faible avancée, elle devient obsédée par la découverte de la vérité. Justine est un personnage bien travaillé et réaliste. J’aurais aimé avoir son courage pour affronter ces situations si difficiles. Son mari, Andrew, reste au second plan mais il a une place importante. Il réagit d’une autre manière que Justine. Triste lui aussi mais laissant faire le travail des enquêteurs. Ce qui m’a également attristé c’est la relation de couple qui se dégrade. Comme si l’accident de Malcolm avait arrêté le temps, comme s’il rendait les gestes du quotidien plus difficiles. Je vous laisse découvrir les autres personnages secondaires.

  Le rythme est assurément bon. Les événements s’enchaînent bien, les chapitres ne sont pas longs. La narration ainsi que les dialogues sont maîtrisés par Tatiana de Rosnay. Une fluidité s’installe naturellement dans la lecture tout comme la curiosité que peut éprouver le lecteur. On est derrière Justine, derrière sa recherche de vérité et son envie d’accélérer les choses. On aimerait que Malcolm sorte du coma, que le coupable soit retrouvé. C’est un roman avec lequel on ne peut pas s’ennuyer. Entre les émotions, le parcours de Justine et l’enquête en parallèle… l’intrigue est bien ficelée et l’histoire bien mise en place.

  Je connaissais Tatiana de Rosnay dans le genre historique… c’est maintenant chose faite pour le policier. Je trouve que l’auteure s’en sort à merveille. Avec très peu d’éléments elle arrive à construire une belle histoire. Justine chipe des indices par-ci par-là pour mener sa propre enquête. L’intrigue est bien menée, on se pose beaucoup de questions… et jusqu’à la fin, on ne se doute pas une seule seconde de qui cela peut être. J’ai également beaucoup aimé le fait qu’on aborde également la famille dans son intégralité lorsqu’un drame survient. Ce n’est pas cliché, c’est assez réaliste et ça m’a bien plu. J’ai aussi adoré les touches anglaises disséminées dans le roman. C’est un plaisir de découvrir les origines de l’auteure.

  La plume de Tatiana de Rosnay m’a énormément plu. Un style assez brut qui vous percute. Les phrases de l’auteure sont courtes, mettant une cadence excellente au récit. J’ai trouvé que cela amplifiait les ressentis et c’était vraiment super. J’ai adoré la fin… je ne vous dirai rien bien sûr. Je ne peux que vous conseiller de lire « Moka ». Il m’a manqué ce petit quelque chose pour que ce soit un coup de cœur. Mais il s’en est rapproché, vraiment. Si vous aimez les enquêtes, les relations familiales et le « franglish »… alors n’hésitez surtout pas à lire ce bouquin !

Ma note : 8,5/10.