jeudi 13 avril 2017

Chronique : Emmy & Oliver de Robin Benway


Emmy & Oliver de Robin Benway.
(Genre : Jeunesse).

Editions : Nathan
Prix : 15.95€ (Partenariat)
Date de parution française : 13 avril 2017
Année de parution originale : 2015
Titre version originale : Emmy & Oliver

  Résumé : Dix ans après le drame qui les a séparés, Emmy retrouve Oliver. Mais comment renouer avec son ami d'enfance devenu un étranger ? Depuis leur naissance, Emmy et Oliver sont inséparables. Mais alors qu’ils ont 7 ans, Oliver est enlevé par son père et disparaît de la vie d’Emmy, laissant derrière lui un vide impossible à combler. Dix ans plus tard, Oliver est de retour. Emmy ne l’a jamais oublié. Pourtant, au moment de le revoir, le doute l’étreint : que reste-t-il de leur amitié après une si longue absence ? Emmy tente alors de retrouver sa place dans le cœur d’Oliver.


  Une amitié rompue par une séparation est le thème abordé par « Mille baisers pour un garçon » de Tillie Cole et le tome 1 de « One : Même pas peur » de Jacinthe Nitouche, que j’ai lu récemment. J’avais donc très envie de découvrir « Emmy & Oliver » pour voir comment cet aspect avait été traité. Surtout que là, non seulement la raison de la séparation est dure, mais elle est aussi plus longue. Vous allez me prendre pour une tordue (ou peut-être pas tant que ça), mais j’ai encore une fois beaucoup aimé cette lecture !

  Emmy et Oliver sont nés le même jour, habite la même rue, et presque la même maison puisqu’ils sont voisins. On comprend donc très vite que ces deux-là sont faits pour s’entendre et être inséparables. Le roman commence avec un prologue et une jolie anecdote sur leur profonde amitié lorsqu’ils ont 7 ans. Dès le premier chapitre, Emmy nous décrit comment Oliver a disparu, enlevé par son père qui ne l’a jamais ramené. Nous sommes ainsi très vite plongés dans le récit. L’auteur emploie des mots simples mais justes, pour faire parler la petite fille. Nous la retrouvons ensuite, dix ans plus tard, quand une nouvelle que plus personne n’espérait arrive : on a retrouvé Oliver et il est sur le chemin du retour.

« - Je me demande si quelqu’un a vérifié que son étiquette est bien rentrée, ai-je dit tout haut.
Avant qu’on ait pu me demander de quoi je parlais, Oliver était rentré dans sa maison et la porte s’était refermée sur lui.
Et Voilà. Il était rentré. »

  En commençant ce livre je ne m’attendais pas à ce qu’il me plaise autant. Cette histoire m'a pris complètement par surprise. Je pensais relire une nouvelle histoire d’amitié brisée qui se reconstruit. Alors oui, c’est effectivement le cas, mais le sujet est amené différemment et traité d’une toute autre manière. Nous avons ici le point de vue d’une jeune fille qui a souffert de la disparition de son meilleur ami. Elle a également subi les conséquences de cet enlèvement sur son entourage : le changement de comportement de ses parents, enclin à la surprotéger depuis ce tragique évènement. 

  Robin Benway traite le sujet en profondeur. À travers les yeux d’Emmy, elle offre au lecteur la possibilité de connaitre les sentiments de plusieurs protagonistes : les parents d’Emmy, la mère d’Oliver ainsi que ses demi-sœurs, ses amis d’enfance et même son père. J’ai énormément apprécié les échanges entre Emmy et Oliver. Ils nous permettent d’avoir le point de vue de ce dernier. Comment se sent-il vis-à-vis de tout ça ? Comment se refait-il une place auprès de sa mère et auprès de ses anciens camarades ? J’ai adoré voir leur relation renouer et évoluer. Leurs amis, Caro et Drew, sont tout autant attachants. Ils apportent un peu de légèreté et dédramatisent l’ensemble. Ils permettent aussi à l’auteur d’aborder d’autres sujets importants de l’adolescence. J’ai également aimé la fin que nous apporte l’auteur. Elle est logique et laisse place à notre imagination pour l’avenir d’Emmy et Oliver… et c’est génial.

  J’aurais encore beaucoup de choses à dire tant cette lecture m’a plu. Robin Benway a fait de ce roman une histoire authentique, légère et touchante, malgré un sujet au départ dramatique et difficile. Je ne connaissais pas encore la plume de l’auteur, c’est donc une très belle découverte ! Et le petit plus : la couverture VF est non seulement bien plus belle que celle en VO, mais elle apporte un joli clin d’œil à l’histoire d’Emmy & Oliver !

Ma note : 9/10.

Merci à Samia et aux éditions Nathan pour ce partenariat !

mardi 11 avril 2017

Chronique : Signes d'Anna Martin


Signes d’Anna Martin.
(Genre : Romance, Contemporain).

Editions : MxM Bookmarks
Prix : 5,99€ (ebook)
Date de parution française : 8 juillet 2016
Année de parution originale : 2015
Titre version originale : Signs.

  Résumé : Après avoir passé la majeure partie de sa vie dans des écoles spécialisées, Caleb Stone rejoint une école publique pour sa dernière année de lycée. Une perspective qui l’excite autant qu’elle l’inquiète, risquant d’empirer son anxiété sociale. Sourd, et maitrisant avec difficulté la Langue des Signes, il s’est fermé au reste du monde. Caleb trouve du réconfort dans son amour pour la photographie. Tout ce qu’il n’arrive pas à exprimer, il le publie sur son Tumblr. Luttant pour concilier la douleur d’avoir perdu un parent et son ressentiment envers l’attitude de son père, Luc Le Bautillier parcoure Tumblr, cherchant quelqu’un qui pourrait comprendre son look goth et ses attitudes efféminées. Lorsque Luc reblogue l’une des photos de Caleb, c’est le début d’une amitié virtuelle qui devra surmonter bien des obstacles. Après tout, la communication peut prendre de nombreuses formes… quand vous apprenez les signes.


  Signes est une lecture que j’appréhendais. C’est ma première romance M/M et je ne savais pas si j’allais apprécier. Mais porté par l’engouement général, j’ai décidé de tenter. Après tout, je ne voulais pas passer à côté de quelque chose qui aurait pu me plaire. La couverture est très jolie même si elle met un peu mal à l’aise. Le résumé m’avait attiré par les thèmes abordés. Au final, même si j’ai passé un bon moment, certains points m’ont un peu dérangé.

  Dans un premier temps, on suit la rencontre virtuelle entre Caleb et Luc. Deux personnes totalement différentes qui vont accrocher sur un thème commun : la photo et l’art en général. Très vite, les deux garçons vont se mettre à parler sur internet en discussion instantanée. La surdité de Caleb aurait pu les éloigner, pourtant Luc va passer outre et va même commencer à apprendre la langue des signes. J’ai donc été curieux de voir comment leur relation allait évoluer. Et surtout comment l’auteur allait faire éclater cette relation au grand jour.

  Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages autant que je l’aurais souhaité. J’ai bien apprécié Caleb : ses problèmes sont difficiles à gérer et on ne peut pas imaginer ce qu’il vit à l’intérieur. C’est un jeune homme qui va s’ouvrir à la vie et aux sentiments. Si j’ai pu ressentir une certaine frustration émanant de son personnage (par moment), je n’ai pas été transporté davantage. Certes son histoire avec Luc est belle, mais il m’a manqué quelque chose. Luc a un passé familial douloureux et une grosse carapace, c’est avec lui que j’ai le moins accroché. Il est sympa à suivre mais sans plus. Je regrette de ne pas avoir été emporté par Luc et Caleb. Pourtant il y avait un beau potentiel et les personnages sont approfondis. Je n’ai juste pas eu le feeling.

  Le rythme est bon. Les chapitres ne sont pas très longs et apportent une belle fluidité au récit. L’auteur a décidé de mettre en scène deux points de vue : celui des deux protagonistes. Il était donc intéressant de pouvoir les suivre chacun de leur côté. Mais aussi ensemble, et de voir ce que chacun ressentait sur un moment clef de leur histoire. On suit Luc et Caleb, l’évolution de leur relation et les petites difficultés qu’ils rencontrent. On est curieux et avide de savoir ce qu’il va se passer. Pourtant, j’ai eu l’impression que tout était tracé et sans surprise…

  Ce qui m’a dérangé c’est la relation en elle-même. Tout va un peu trop vite pour moi, c’est presque le coup de foudre à la première rencontre. On ne prend pas tellement le temps de se connaître en vrai. Et lorsqu’ils se mettent ensemble, je n’ai pas trouvé de réelles difficultés à part la surdité de Caleb et leur coming-out respectif. Je suis peut-être dur, mais j’ai trouvé que ça manquait de piquant, d’épreuves et de difficultés. Tout est un peu trop lisse et facile. Après l’auteur traite bien ses sujets : la relation amoureuse, le coming-out, la surdité, les réseaux sociaux et la vie de famille.

  Le plume de l’auteur est intéressante et fluide. Alors certes je n’ai pas ressenti grand-chose, mais cela n’empêche pas le style d’être efficace et addictif. J’ai tourné les pages avec une réelle facilité et ce n’est pas pour me déplaire. Bon, cette fin m’a totalement frustré. J’étais là, à lire tranquille, je passe mon doigt sur mon écran de liseuse et paf… c’est la fin ! Je suis un peu frustré par ce final, je pense que ça aurait mérité un petit aperçu de l’après ! Sachez que ce n’est que mon avis, que ce livre a eu de très bonnes critiques. Soit je ne suis pas le public visé, soit je suis un peu passé à côté. J’ai apprécié mais je m’attendais à mieux.

Ma note : 7/10.

dimanche 9 avril 2017

Chronique : À tort ou à raison d'Alix Nichols


À tort ou à raison d’Alix Nichols.
(Genre : Romance, Contemporain).

Editions : Autoédité
Prix : 3,99€ (ebook)
Date de parution française : 2 mars 2017
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : La Boheme, Book 4 : Under My Skin.

  Résumé : Quand Jeanne, la fougueuse barmaid, et Mathieu, l’ancien crapaud devenu prince charmant, se croisent dans une fête de fiançailles, un baptême et un mariage, ils ne peuvent s’empêcher de se toucher des yeux… et des mains. Mais Mathieu est un politicien plein d’ambition, en couple avec une femme exquise, et il sait exactement ce qu’il veut avoir fait de sa vie d’ici cinq ans. Tomber à nouveau amoureux de Jeanne ne fait pas partie de ses projets.


  Avant de démarrer cette chronique, je tiens à remercier Alix Nichols. Tout d’abord de m’avoir proposé son livre et ensuite, pour la confiance qu’elle m’accorde à chaque fois (ah oui, et pour sa patience aussi !) Je dois dire que ce tome si m’a davantage plu que Un rêve inattendu. Plus court et donc plus rythmé. La couverture est aussi sympathique. Le résumé m’a aussi tenté parce que je savais que j’allais retrouver des personnages déjà vu. Au final, même s’il y a quelques défauts, j’ai passé un agréable moment de lecture.

  Ce que j’ai apprécié c’est que l’auteur rentre directement dans le vif du sujet. On fait la rencontre de Jeanne, cette serveuse avec un fort tempérament. Et Mathieu de l’autre côté, qui a bien changé depuis l’histoire de Un rêve inattendu. Au début, Jeanne ne reconnaît pas Mathieu, qui l’attire soit dit en passant. Et Mathieu… devenu beau gosse, a toujours aimé Jeanne. Les deux vont se parler, échanger, sentir une attraction. Mais le souci, c’est que Mathieu est en couple. J’ai donc eu envie de voir comment ces deux là allaient s’en tirer.

  J’ai beaucoup aimé les personnages. Jeanne ne m’attirait pas plus que ça dans le roman précédent. Pourtant ici, j’y ai découvert une fille sensible, qui se cache sous une carapace. Elle a un tempérament de feu (et on l’aime pour ça), je dois dire que j’ai aimé sa franchise et sa droiture. Elle sait ce qu’elle veut (ou pas), et c’est appréciable. Je l’ai davantage apprécié et la rebelle que je connaissais s’est envolée, pour se transformer en femme. Quant à Mathieu, je n’ai pas compris ses choix même s’il est fortement attiré par Jeanne. Se savoir en couple et… Bon ok, je sais que c’est le jeu, mais il faut d’abord apprendre à le connaître dans son intégralité pour ensuite savoir. Et là, je me suis dit qu’il ne pouvait pas faire autrement. C’est en tout cas un homme plein de charme qui va se révéler au fil de l’histoire.

  Le rythme est totalement meilleur au précédent livre. Les chapitres correspondent à un mois de l’année. Du coup, on voit l’avancée des personnages dans un long laps de temps : très appréciable. Et les chapitres ne sont pas très longs, ce qui apporte de la fluidité au récit. Il y a en même temps plusieurs petites intrigues qui apportent du dynamisme. Franchement je ne me suis pas ennuyé, il n’y a pas de petites longueurs, ce que j’avais reproché dans Un rêve inattendu.

  L’auteur aborde ses sujets d’une belle manière : avec délicatesse et franchise. Elle nous parle d’amour, de couple en général, de travail, d’immigration, de femmes battues. Bref tout un panel de thèmes qui peut nous faire réfléchir et avancer dans notre propre vie. Peut-être certaines choses auraient dû être un peu plus développées. Des scènes un peu plus mis en valeur par le temps et les réflexions des personnages. Ce n’est qu’un ressenti personnel. L’histoire aurait gagné en sensibilité.

  Ce qui me peine encore une fois, c’est que je n’ai pas été emporté par la plume de l’auteur. J’ai ressenti deux-trois petites choses par-ci, par-là, mais sans plus. C’est dommage parce que j’aurais voulu être plus emporté que ça. Bon et ce final… quelle frustration totale. Je lisais la dernière scène (en fait sans le savoir) et bim, c’était fini ! J’aurais apprécié un petit épilogue 2 ans plus tard. Ça aurait apporté un peu de fraîcheur et les cœurs sensibles l’auraient savouré. Même si le roman est court, Alix Nichols sait raconter des histoires avec un certain talent. Je vous recommande cette lecture. Avec le printemps qui revient, c’est le genre de récit qui fait du bien !

Ma note : 7,5/10.

Merci à Alix Nichols pour ce partenariat !